Accéder aux indicateurs et cartes de chacune des 1300 communes franciliennes

1- Commencez par accéder au portail des indicateurs @d : http://cartelie.application.developpement-durable.gouv.fr/cartelie/voir.do?carte=portail_ad_2&service=DRIEA_IF Une carte de la région Île de France apparaît. A gauche, sélectionnez votre département dans le menu déroulant, puis votre commune. Vous avez accès aux indicateurs et cartes de votre choix.

 2- Il est possible de tirer un portrait de territoire communal en une fois : cliquez sur le bouton information en haut de la carte régionale, et à nouveau sur le même bouton information dans la fenêtre qui apparaît ; puis sur la carte de votre commune. Un nouveau tableau apparaît : à gauche, juste en dessous de portrait de territoire, cliquez sur consulter. Un portrait apparaît. Il danse la samba le temps de chargement de la douzaine de cartes qui illustrent les indicateurs. Quand il est stable, vous pouvez alors l’imprimer au format pdf.

  • Le portrait contient les indicateurs de votre commune, des communes environnantes, des départements et de la région Île de France et les cartes associées. Vous pouvez faire varier les échelles si vous le souhaitez : c’est particulièrement utile pour la biodiversité ordinaire.

  • Si vous revenez au portail des indicateurs @d (§a ci-dessus) vous pouvez accéder, à droite de la carte, à la méthode de calcul des indicateurs (et des sources). Vous pouvez aussi accéder à un calculateur @d, tableur demandé par l’association des maires Île-de-France ; il vous permet de calculer les indicateurs du groupe de communes que vous souhaitez : nouvelle intercommunalité ou parc naturel régional par exemple. La sélection par suppression de communes à partir des départements est la plus facile.

Metropolises facing the climate challenge

Metropolises facing the climate challenge:

Play well being against the climate

 

The time of a men’s life, the world’s population has tripled from 2.5 to 7.5 billion. The urban population has grown from a few hundred million to 4 billion.

 

Global middle and upper class has quadrupled, to 2 billion: 4 times more in 4 times less time.

Fossil energy consumption is accordingly, as is deforestation.

 

The result is there: since the early 1950s, the concentration of greenhouse gases in the atmosphere has increased from 300 to more than 400 ppm.

At the current rate, the fateful threshold of concentration of 450 ppm will be crossed in the years 2030, with the increase of 2 ° C which it involves; and the irreversible threshold effects that specialists agree to recognize.

Cities are responsible for most of these emissions. The world’s middle and upper classes are mostly concentrated in the cities and even more in the metropolises.

The urban metabolism born from the massive use of fossil fuels, the fruit of a century of accelerated development, is no longer sustainable in the state. If we do not take it seriously, climate change will slam like a door in the face of real or expected urban prosperity. We love the city, the well being, the prosperity after which everyone runs: the metropolises of the 21st century and their territories will be low carbon first or will not be.

It is the entire system of production of wealth, consumption of resources, mobility of men and goods that must be rethought.

Homi Kharas

What about here in France? Is our country prosperous? Yes. Do we live in peace? For the most part, yes, even if terrorism is on our territory and kills. Do we live better than our parents and grandparents? By the standards of living, yes. Is our country envied by many countries? Yes.

Is the situation the same in all countries? Yes and no. Developed countries are not the emerging ones who are not the ones looking to grow.

Like it or not, we depend on each other. This article is a contribution: to remove the climate threat in the pleasure of living; seen from France.

A look at the long term is worth the detour.

Public money is missing, we read. But with constant population and constant euros, the 6th world power has 7 times more public money than in 1950. A worker, an employee of the 2000s has as much purchasing power as a frame of the 30s. The RSA , minimum insertion income, the CMU, universal health coverage, are unique choices in the world.

Purchasing power has increased sevenfold, life expectancy has increased by 14 years.

On the other hand, in the same long run, according to Piketti (Capitalism in the 21st Century), we have the same distribution of world wealth as in 1914. A few dozen individuals concentrate as much wealth as half of humanity. In France, 8.8 million poor people have less than 60% of the median income;

And even more decisive, let’s insist: in less than 30 years, the world’s middle and upper classes have quadrupled. The consumption of fossil energy is a consequence, as well as deforestation. And if the CO2 emissions curve has remained roughly on the same slope, it is due to the increase in the share of nuclear power and gas in the global energy mix, less emissive. Despite this all-out compensation, the result is here: we are three years away from the threshold of 415 ppm requested by COP 21; the fateful threshold of concentration of 450 ppm will be crossed in the 2030s, with the increase of 2 ° C that it leads.

For skeptics, there is a thermometer in Mauna Loa in the Pacific that measures since the 1950s this concentration in ppm: https://www.co2.earth/. Incomprehensible the ppm? They work like the degrees of our thermometer; we do not know the definition of the degree well but everyone knows that at 40 ° C (104 °F ) you go urgently to the hospital, at 42 ° C (108 °F ) you are dead.

This mortal danger we created it.

We are the problem, we are the solution.

By the mid-2030s, is the major issue the new building, the eco-neighborhood, the new transmission line? No: at a rate of 1% per year renewal of the city and the countryside, 95% of greenhouse gas emissions will then be the fact of what exists today before our eyes. The major challenge is the ecological reinvention of the existing city and countryside and not those that are being built tomorrow. A reinvention that improves health, safety, well-being, biodiversity and social ties. But that’s not what we do.

And if it’s a question of changing our everyday life, should we leave in each country a few thousand big decision makers to take care of it at the risk of the big leap into the unknown or want to put us in the balance the initiatives and energies of the hundreds of millions of families that populate our cities and our countryside, and among them entrepreneurs, and local elected officials?

It is a choice that requires to see clearly on a global scale and to act accordingly on its territory, well beyond the usual action of elected officials: planning of all kinds, municipal routine and action of the management services; but also beyond our daily lives that it goes by the way we feed ourselves, consume or go on vacation; and just as much through our professional responsibilities, from photocopying to our vehicles to purchasing, transportation, energy, products and services manufactured. Every product, every purchase is a vote.

Who has an interest in acting?

For the first time in the history of humanity, the rich have as much interest as the poor to ward off the climate threat. This is good: the more you are rich, the more you emit greenhouse gases, the more you have the means to reduce them: 2 billion out of 7.5 people on the planet, mostly in the cities. In France, 80% of households, almost all entrepreneurs, elected officials, are part of the global middle class. This raises questions.

Especially since we can treat transition and inclusion one by the other; and move from a pure distributive model to an economic model that requires the inclusion of the poorest to drive the economy; and avoid climate disasters in which they will be in the front line.

How?

Governments have long recognized that half of all greenhouse gas emissions are a result of individual behavior, and thus are outside policies, laws and their powers of incitement or coercion. Proximity is key. Local projects are crucial.

A one-third reduction in our emissions would give us a decade or more to eliminate the climate threat. Experience shows that small changes in the behavior of residents, entrepreneurs and elected officials can almost instantly reduce our emissions by 20% and our expenses by improving our state of health. See proposals for inhabitants, entrepreneurs, local elected representatives on the homepage of www.agirlocal.org (in French)

With a little more time to implement them, 3 examples, massive at the scale of their territory:

In Cergy-Pontoise, 200,000 inhabitants-100,000 jobs-27,000 students, permaculture could create about a thousand jobs for 74 today, out of the 1250 existing agricultural hectares, highly qualified jobs and unskilled: weeding or glyphosate for short talk.

At La Défense, the international business district is heated with heavy fuel with low sulfur content, brought by train. Replacing it with wood would instantly turn it into a sustainable neighborhood. And would allow a region-to-region contract to ensure supply and move from the deficit of foreign trade to the GDP of non-relocatable jobs.

With the major players such as the Caisse des Dépôts, the Public Property Establishment Ile-de-France, Grand Paris Development, ICADE, AREP, Saint Ouen l’Aumone and Plaine Commune, a six-month work was carried out by a dozen young professionals on the future of the business parks. Among one of the 10 projects proposed, that on the production of photovoltaic energy and social link holds a national production field equivalent to that of 17 nuclear reactors.

So there is matter; but, as one of our elected representatives said, we can not continue to decide haphazardly, we must act efficiently, in an organized manner on our territories, massively. This has not been the case so far.

How to converge, without coordinating heavily?

A toolbox has been carried out in this way in Île de France for the last 10 years by several thousand technicians, inhabitants, entrepreneurs, local elected representatives. Validated by the association of mayors Île de France, it offers a dashboard to the municipality and actions, projects, demonstrators, reproducible. The method has proven itself. See more on www.agirlocal.org (in French)

A second organizational track was worked out by one of the Grand Paris civil society working groups. In reverse of French planning (plans, hyperplanes, Rantanplan; the name of the Luky Muke dog …), he proposes:

Not to mention the need for engineering, trusted third party, rather public than private.

A framework to mobilize massively local actors that we are

And the well being in all this?

Save money, reduce pollution and greenhouse gas emissions, improve health, the biodiversity of our territories; to reproduce or invent actions, projects, job creators, wealth of all kinds and social bonds, reducing inequalities, in the pleasure of living;

Treat transition and exclusion, one by the other, by ensuring that the economy requires low-skilled jobs and not by charity; and build skills, education, culture, contribute to improve its security, reduce climate immigration, control as much as possible his life, our collective destiny, ensure a future for our children, live in peace.

A soap opera for the summer, the workshop “life in metropolises in the 21st century”

At the beginning, our association was called the summer workshops; but when it’s summer north of the equator, it’s winter in the south. Then we call ourselves Workshops. We have done 37 in Ile-de-France in the last 37 years, 80 in all, including those we have done internationally. The workshops, known as international urban project management, have the characteristic of being a source of proposals for decision-makers.

This year, the Ile-de-France workshop is about “life in metropolises in the 21st century”. It is the exceptional preparation of this place of creativity, each time renewed, that I invite you to taste, in the form of a soap opera; with the distance befitting the sun, taking flight your reactions on this hot question, the life we want, in a dozen episodes.

It took us two years of preparatory work to plow the field of this workshop before two dozen young professionals from all disciplines, from around the world will produce next September good questions at the right scales of territory and ideas for action, presented to an international jury.

If we continue to manufacture this formula since 37 years, workshop after workshop, it is that it has demonstrated its effectiveness: the most decisive being the change of venue of the Shanghai World Expo 2010 from the grounds around from the airport to those in the city center. Other projects in Île-de-France have benefited, at their emergence, from the proposals of these young professionals and debates thus established: Paris Saclay, for example, which concentrates a quarter of the French research and the international competition of ideas of urban planning and sustainable development which launched its creation in the wake of the workshop. Farther back in time, the stopping of slab urbanism, the creation of the international district of Anfa in Morocco, or the table of 22 mayors of the agglomeration of Puebla … who had never met.

As always, preparation begins with the definition of a subject and a territory; and muscular debates.

 

Episode 1 : Hot in front

In this very old time, at that time, there was a public establishment of the new city of Cergy-Pontoise. His chief urbanist and two others invented the summer workshops, to renew the ideas of the fabrication of the city. Particularity of the chief urbanist: arrived at the Institute of planning and development of the parisian région shortly before Paul Delouvrier,- the delegate of the then President of the Republic, appointed by General de Gaulle to make the master plan of the Paris region-, Bertrand Warnier keeps the course of what has been the added value of the Workshops for 37 years: the issues and the method . In 2016, he wanted the topic “life in the metropolis in the 21st century” for the workshop Paris region 2018. Since then, a young architect and me have also become the pilots of this workshop, backed by a team employees, for a workshop financed by our public and private partners.

To understand what we make, a drawing is better than a long speech, the work of a workshop is located on the first steps of the stairs: the emergence of a project.

On this background and as usual, Bertrand draws a first proposal of subject and territory. This time, he has a heavy hand, like the subject who is of weight: 11 pages of commented drawings. I complete a one-page text for our partners, because of heated debates: for some, thinking long-term is useless. For us this allows us to know better what we have to do tomorrow morning. It’s April 2017;the choice of the subject of the 2018’s whorkshop is at stake; The 11 + 1 pages, in their juice :20180723 EN Hot in front

Episode 2 : background recovery

Some exchanges later, on the proposal of our scientific orientation committee, the subject of the workshop is validated by the board of directors of our association. And with him the realization of a launching seminar of this ambitious subject, to be organized in the wake of the jury of the 2017 workshop which was about the inclusive city.

September 2017: Bertrand has prepared for the occasion a first poster for the 2018 workshop; the idea is to recruit the participants before the end of 2017, -it’s unusual but at the height of the subject-, so that they can work alone or by mail from where they come from. Let’s cut short, that will not happen.

But the subject is on the table, at the IAU, September 25, 2017, debated a day by thirty experts fed by half a dozen speakers.

At the introduction of the seminar, Bertrand said: “everything moves, -agriculture, work, digital …, unpredictably but continuously and everything goes wrong, -the climate in the first place.” And adds: the metropolis in Paris is on the verge of great changes but does not seem to be provided with a precise vision, while history has shown that it mark the territory, permanently: Paris and the green areas of Alphand to XIXth century, the metropolis of balances and new cities in the XXth century ”

For me, the vision to build can not ignore the climate wall that overlooks life in the twenty-first century and conditions everything else. This evidence is far from being shared. Three pages try to drive the nail. They conclude by: we are the problem, we are the solution; a question is asked at the seminar: what does it change?

Invited to think at this level, the vision to be built, the speakers work on three themes: The metropolis and its inhabitants in the face of gigantism / digital, a challenge for the collective intelligence / metropolises face the climate challenge. This phase of the workshop is just an introduction. The fruit that comes out is green but promising. It points to the contradiction between the desire for proximity and gigantism with its consequence, distance between home and work; the contradiction also between the distracted search for profits of digital companies and the freedom, the private life of everyone; moreover the gap between the carelessness of the world middle class and the climatic wall, close to us.

The Chinese teacher introduces us to Harbin, its polar cold, the treatment of its public spaces and how to treat the reduction of greenhouse gas emissions. The former chief planner of the SOM agency tells us how he met the mayors of the cities of the Great Lakes on both sides of the US-Canada border around the water resource and more until the creation of the Great Lakes and St. Lawrence Cities Alliance, which now shares a platform of experiences. Our referent climate explains the staircase of the conviction of the COP 21 and quotes a figure: past one per thousand convinced, a public policy wins the support of the population. There are also contributions on the demographic forecasts of the Île-de-France, the urban policy of Mexico City, the report on the smart city in the National Assembly, collective intelligence and digital, changes in the modes of transport; and debates …

The first ingredients of the pot to the fire do not give all their taste yet but they are immersed in the pot. The construction of a vision is initiated.

In the following weeks, during the production of the second call sign, the contrast is striking between the openness of the contributions and debates of this seminar and the extent of the disagreements. The main thing, however, is to prepare the material that will be available to the participants: contradictory as for all the workshops, as close as possible to questions, the opposite of a tasteless broth. The graphics have been much worked: the man with the brush has taken his place.

The texts of the poster will reflect these disagreements: a recto with millimeter terms and a verso catch-all. But the essential is in place: the call for applications is launched this November 7, 2017 and we will organize well 4 metropolitan evenings, to enrich our visions, -contrasts, of observations, experiences, experiences, analyzes and operational experiences: affiche_v9_en

Episode 3: Subjects and contradictions

We now have two pans on the fire: the subject document and the organization of the first metropolitan evening that I took the responsability. This is the first time that workshops have organized such parties; to invent it, I write a proposal note. It dates well our ambitions and the method envisaged, at this stage; extract:

“The evening is part of a series of four in all: the other three have the theme,” Living and working, “” attractiveness of metropolises “,” Digital and lifestyles. ” The productive seminar will be inserted in the middle. It will lead to a dozen questions, documented in a 4 pages. The background document will integrate all the questions of the evenings and the seminar.

Metropolitan evenings aim at enriching the workshop and the debates based on the situations and the statements of the experts of the metropolises on the international scene. With consensus identification and disagreements by topic.

So, what life in the metropolis in an international vision. The Question: you are in charge of the Capital Region, you do what, has the merit of putting our guests in situation.

A real-time internet broadcast is to be planned. This aspect is major insofar as participants will not be able to attend.

The participants selected in early 2018 and organized in teams will be able to work on the subject in multidisciplinary teams, from one end of the world to the other, from where they live and cross their reflections with those conducted by Les Ateliers with experts, companies, elected officials who are at the maneuver, in France and elsewhere.

These afternoons will be co-published with the IAU; and film if funding “.

It is no coincidence that these evenings are barely mentioned in the call for candidates poster: disagreements persist. We will have to postpone the first evening, scheduled for November, at the beginning of February. His story will be for the next episode.

The subject document is off to a good start. It aims to compile data, little, give an global overview and especially focus on the issues that arise. To whom ? To those of the territory, to the actors who act there and to the experts who observe it; for refering them to the participants, for interesting them in applying and then processing them if they are selected.

Matter is abundant, too much; as always but there, even more, with a subject of such magnitude. The magic of the workshops lies in this ability to say too much about a subject, to hear conflicting opinions and then let the participants manage to make relevant proposals when the time comes; as in real life, but in a very short time.

However, we need to get to the basics, from our window of pilots, and then when the text is sufficiently advanced, confront it with the expert eye of the scientific steering committee that sends feedback, ideas and questions to the redactors.

We decide to structure the document with the product of the launch seminar and the themes of the 4 evenings: a chapter for each, around a central question:

The phenomenon of metropolisation: a model that is buoyant or outdated?

Metabolism and climate threat: what to do? How?

What new modalities of the habitat-work relationship

Digital, end in itself or average?

Economic and cultural attractiveness: for whom, for what?

And we add a chapter that is debated, in a title without question:

Individual and collective initiatives: a pool of innovation and a source of inspiration for public policies.

The body of this chapter says one thing and its opposite: an attack against urban planning, an attack against individualism.It ends with a question: how to articulate public policies, in responsibility, with individual initiatives, abounding?And an opening on 4 registers: But beyond reason? The imaginary? The emotions ? The Desires ?

Then three commented questions are following:

– The title of the first seems to implicitly consider that the attractiveness of the metropolis is a good thing:

Attractiveness: how to preserve the attractiveness of the metropolis? Economically and socially?

What the text denies, with very critical questions.

– The second takes up in a few questions the 5 scenarios drawn in the document which served to choose the subject of the workshop (cf episode 1):

What spatial scenarios for tomorrow?

– The third raises the question of the sorting out of the stakes:

What are the crucial issues?

And make a sorting proposal by returning to the central question: how will we live in the metropolis of the 21st century?

The document concludes on a lot of questions, too. it takes a little time to sift this questions.

He finished in one page on the organization of the workshop.

It is about this time that we write the introductory page: starting from the text that was used to choose the subject (see episode 1), enriched.

After two months of work, exchanges and some twists the subject document is published at the beginning of January: 19 pages, illustrated.

Episode 4 : evening dress 

As we write the document in several hands, we discuss at the science committee the best way to get on the 4 evenings. It is obvious that for each of them, there must be a leader, taken from the volunteer members of COS. We will call him reference: he or she ensures the good end, with the help of other experts of our association. This referent must surround himself as he wants and decide what is necessary when it is necessary.

I took the first on the climate challenge; Marie-Marie, Director of Urban Development in the agglomeration of the Vendômois territories, takes the second, on inhabit-work-mobility; Frédérique, Director of Education and International at Mines-Télécom Institute, digital; and Laurent, project director at IAU-IdF, economic and cultural attractiveness.

I am trying to edit this very first soiree with Magali, director of sustainable development of one of our partners: Grand Paris Aménagement. This public establishment was until recently called AFTRP, a historical tool of the master plan of Delouvrier of 1965 at the crucial moment of land control.

The first organization note will know 9 versions in one month. It has the merit of framing what we expect from these evenings through the organization of the first (in french)20171027 V9 Note sur la soire-e me-tropolitaine du 8 février

We stall this first evening on 3 questions:

Urban metabolism: how to reinvent daily metabolism of existing cities and territories more sober, more inclusive, integrating the requirements of comforts?

The flexible city: a city that adapts to the speed necessary for an uncertain, shifting context: how to make the city flexible, adaptable to population flows?

The ecological and social transition: can we treat transition and inclusion one by the other? With what urban and rural translation? What articulation of bottom up and top down?

To close the debates, the note on the choice of experts ( in french 20171128 Note sur le choix d’experts of this first evening on “metropolises facing the climate challenge”, dated November 27, draws up an inventory. The questions and even more the choice of the type of speakers were  discussed a lot

The expected output of the evening is stated as follows:

“An enrichment by what stakeholders bring on the societal, professional or social in their initial interventions: facts that make consensus and debate, the highlighting of practices that work, a vision on what ‘it would be necessary to live well in the metropolitan area, at the speed necessary to escape the climate wall’.

Hence the idea of inviting to the tribune,

– an international player, elected or not, involved and precursor

– and a French or European actor, elected or technician

We are at 6 weeks of the soiree and it will not happen like that.

The first invited participants decline, too well known, too much solicited. We must increase the number of invited to cover the 3 questions chosen. The icing on the cake, Magali gets sick and will not reappear until the soiree. Two COS members, although very  busy, Frédérique and Baptiste, come to the rescue.

The idea of a representative of the C40, this group of international metropolises aiming at sustainable development, will finally allow us to invite the project manager of the Parisian climate plan, via a cascade of actors, met as part of the “train climat “, french railway event in the east station of paris (in french)https://trainduclimat.fr/.

The need for a mobilizing narrative will be illustrated by the President of Quattrocento, met during Eco-city in Nantes in 2013.

That of an industrial eco-energies by the president of Tecsol, (a consulting firm specialized in the assembly of photovoltaic projects) who is also president of a pole of competitiveness on the solar; met him during a seminar at the Arene (French regional agency for sustainable development)

Finally the author of the book “these mayors who change everything”, contacted via a bookstore where he came to present his book, will explain the effective action of 6 elected in their communes.

It lacks the word of a global observer-actor of the climatic challenge and of an elected representative of an international metropolis at the forefront: impossible to make come otherwise than by extracts of filmed interviews, researched on Internet, passed to the opening of the soirée.

It will be Jean-Claude Jancovici, who built the carbon footprint for ADEME, the French national public agency that innovates in terms of sustainable development; and the Copenhagen mayor, Ritt Bjerreggard, who launched Copenhagen zero carbon, after the failure of COP 15.

I will launch the evening with a few slides that “clear the ground”: superimposing the growth curves of the world population, fossil fuel consumption and greenhouse gas emissions since 1750: they do not need comment.

we are the problem, we are the solution

This January 17, 2018, 3 weeks before the soirée, the program of the evening is just ready; almost, it misses … a place for the soiree and the modalities of inscription. Thanks to our partners in the department, we will have the roof of the Arch of Defense: a hundred places, what we are aiming for. Internet makes it possible to send the invitations of which only the date has been broadcast so far.

An exceptional snowstorm will occur these days; The region is paralyzed; we will be this February 8 at night only forty in the room …

There will be no broadcast of the evening in real time on the internet. but the evening is filmed by the services of the ministry; for the moment the film is accessible only to members of the Atelier. The written report of the evening, 8 pages illustrated, is accessible here,  without a snowstorm to prevent you from accessing it.

How to tell you ? It would interest us if you read it and react on Linkedin or agirlocal.org. This would enrich the workshop.

Episode 5 : to live, work, mobilities.

Marie-Marie starts organizing the second evening just before Christmas with two other members of our association: Olivier is director of development at Icade, French real estate group, subsidiary of the Caisse des Depots et Consignations, in charge of a demonstrator at the gates of Paris; Jean is an expert in transportation and mobility systems at Renault Group.

The 3 fields of the evening are covered: living-work-mobilities.

A month later, the 3 questions that frame the soiree are stated. It is Simon one of the two assistants of the workshop who began to synthesize the exchanges for the first time without going so far as to “use the format of the form for the moment”.

New forms of work and networking that change the mobility and expectations of the city:

How to imagine the future lifestyles in the domestic sphere (habitat, leisure) and work? How will we work? Does the job market have a future? Will it be necessary to move? Should the city adapt to these new spatial dynamics of employment and to these less homogeneous and predictable rhythms? Is proximity the answer to these different issues?

– The metropolis is deeply destabilized by these uses, which will become more generalized

How can a metropolis, an urban area, structure the various functions that characterize it, with priority given to the two essential functions that are inhabited and worked? Are we going towards the end of the centralities, pole of attractivities gathering functions to live and work, towards a world à la carte, without proximity, without obvious need to go “in the center”? Are we witnessing the death of the city centers? How does one organize this dilation of space and this restriction of time?

Which company model is in watermarked? And what role for communities?

What sovereignty, what governance vis-à-vis “unframed” actors with a great influence on urban metabolism? What citizen participation in this new world? What effects of social and spatial (de) partitions?

How is the urban phenomenon organized with the new entrants and the increasing participation of the citizens and the ever increasing rise of the individualism?

Educated by the experience of editing the first evening, the first list of possible speakers is very broad. There will remain three:

Astrid Sultan, Project Manager “Real Estate 3.0” – ICADE
Mathieu Saujot, Coordinator of the Digital & Ecological Transitions Initiative at the Institute for Sustainable Development and International Relations
Guillaume Faburel, Urban Geographer, Professor at the Lyon Institute of Urban Planning, Researcher at the Triangle Joint Institute (CNRS, Normale Sup, University of Lyon and Saint-Etienne), Sustainable City Specialist: participative mechanisms, new urban solidarities, modes living in eco-neighborhoods, …

The place is quickly set, it is Icade that hosts, at its Open Icade Hub, near Paris. The invitation will leave three weeks before the evening. In light better compared to the first evening.

That night, it does not snow on Paris. We will be a good sixty to listen and exchange.

The speakers approach the theme in a way that is at least contrasted: with the first two, we rub shoulders with nomadism and teleworking, communities and the wage-earning or rather its death announced by some. We point out the differences between promises and reality of life in the unavoidable smart city with the equally inevitable artificial intelligence; the irruption of networks but also tools like the blockchain and we are slowly getting closer to the third soiree on digital with the autonomous vehicle or the right to privacy.
Before the geographer asks: How do we collectively confront the digital revolution, the urban neo-productivism and the race to compete between the world’s metropolises?

It points the fabric of inequalities by the cities, the fact that three quarters of the French population are far away from this, the desire to leave the big cities (80% of Parisians would like today to leave Paris, survey conducted by Cadremploi in August 2017 ) and the majority feeling not to belong to these barbaric urban ensembles (see his book “Barbarian metropolises, de-globalization of the city, de-urbanization of the land, publisher le passager clandestin”). He argues that the acceleration that exhausts the bodies and the overdensity that creates feelings of suffocation, refer to the slowdown that emerges even in political programs. And wonders about: how to fabricate “commons”? Well beyond only third places, emerging.

The exchanges with the room add the growing privatization of the public space, the desertification of certain territories by the metropolis, the fragmentation of powers with the essential articulation of bottom up and top down to get out, the necessary invention Healing places and shared stories around the question of the habitability of space, in town and in the countryside, sustainable.

You said playing the wellbeing against the climate?

The report of the evening can be downloaded here , 6 pages

Episode 6: Productive seminar, under construction

In chronological order, the seminar, which we call productive, is planned on April 12, before the last two metropolitan evenings. We start to work on it as soon as the first soiree métropolitaine, climate challenge, is past; (see episode 4)

Question of substance: next to what highlights will we spend in this seminar that have not been treated in the four soirees?

A note dated one month before the seminar tell the frame of the seminar; extracts:

A- the unrolled

Its purpose is as usual to lead to less than ten questions each documented in a dozen lines; all in a 4 pages which we know is very read.

In the morning, from the transverse entrance by “life in the metropolises”, 3 dimensions to be treated, in 3 times an hour:

  • the large scale over 180 km (from Paris to Le Havre or from sources in Paris)
  • the timetable
  • the local economy

The idea is to involve two, maximum three experts with strong innovative content, operational preferably, without exclusiveness. Twice 15 minutes (or three times 10) then half an hour of work with the forty or so present in the room: questions of understanding and complementary lighting of each other.

In the afternoon, table distributions to formulate 3 questions documented per table (to experience, more or less result). Reports in general meeting, with exchanges on key points if not exhausted

All day long, maps and tables are available to point, produce, display, draw, write and calculate.

The experts invited to exhibit in the morning:

  • the large scale:

We take advantage of the investment of Philippe Inquist (and his 2 companions), to which we join someone from the Seine-Normandy Water Agency (Paris le Havre). This requires work upstream and downstream of the day with them for the production they plan to do, the restitution in seminar and possible follow-up.

  • the timetable

The interest is to focus on the time budgets of each in the gigantic metropolis, to address large scale and proximities of relations, productions, services, life. Operational expert of the office of the times, Lille preferably or Rennes which are among the oldest; Fabienne Commessie, project manager of the study of lifestyles in Strasbourg; a futurist Carine Dartiguepeyrou on socio-cultural developments and emergences.

  • the local economy

The prégnance, to say the least, of the economy in life in cities leads to shift the gaze on what can change this life: an expert on the local currency, integrator of solutions and local cooperation Philippe Derudder, historian and practitioner “Complementary local currencies, why, how? »; the circular economy, which is one of the positive effects, Jean Claude Levy, who has the advantage of having a look at China. “Circular economy, world in trance, China in transit”

Optionally, according to his availability: Guillaume Faburel, heard yesterday at the evening to live-work-mobilities; he was passionate about his analysis, the words and the distance he gives to evolutions in action; I solicited with Christine to intervene a few minutes at the end of each sequence; he proposed to come with some students; he sends us 2 contributions on his researches (infrastructural capitalism and immobile forum on 6 world metropolises) » .

At this moment Solenne abandons us for a professional emergency. It is the interest of flying with three different visions and ability to relay. I worked for 10 years with Bertrand; we do not need to talk to each other to do the right thing, by helping each other do it. He took charge of the cards to reflect on during this productive seminar. The big one on the Seine Valley in particular. He organizes the coming of those he calls the Chicago team: Phil Enquist, Meiring Beyers, Drew Wensely; the team proposed to contribute to the workshop by bringing its international experience, on the “large scale and ecology” mode. I assume the rest of the substantive issues and the animation of the seminar itself with our two assistants, Simon and Priscilla, at the spot for several weeks.

The arrival of the Chicago team, three days before the seminar, is a moment of happiness. Bertrand prepared their visit. The first day, we will take them to different high points of the great Parisian landscape. Just landed, we take them on the mound that dominates the airport. For them it is three in the morning. Meiring bends down to grab a handful of land and tells us: “The yields of this wonderful land will fall by 30% with climate change” … after, it’s Villiers le bel / Ecouen; the hillock of Orgemont; the Mont Valérien and return to Paris along the Seine by St Cloud, Issy les Moulineaux. Lunch in Suresnes with a mouthful view of Paris and return to their hotel rue du Bac. Tomorrow it is the great visit of Paris to Le Havre.

Appointment is taken at the Cergy Saint Christophe station; they arrive by taxi because RER A doesn’t work. We go on foot on the terrace of the major axis from where Bertrand describes the great landscape of the Paris region.

Then travel by minibus to Le Havre via Evreux, rebuilt on a completely different model, say exactly and the Isle d’Abeau, a new city where Bertrand with Alain who accompanies us, worked at the beginning before joining Cergy-Pontoise; when he arrived in Cergy-Pontoise, Alain created the chair of urban economics at ESSEC.

In Le Havre, Simon, director of the urban planning agency of Le Havre and former participant of the workshops, makes us feel the vibrations of the city rebuilt by Perret and its stakes; St. Joseph’s Church leaves us subjugated.

The team brought a huge A3 document that compiles aerial views close to the source of the Seine at its estuary. Simon gives us a XXL study, the aptly named, on logistics; It was carried out by the four planning agencies of the Seine Valley: those of Paris, Ile de France, Rouen and Le Havre. download the summary in 4 pages (in french): https://www.aurh.fr/media/na_6250_4pages_vds_xxl__008347700_1208_22032018.pdf

On the return, we will leave the team in Rouen; they want to experience the train, but they are exhausted for the Wednesday visit. This leaves us a little more time for the latest sets of documents and maps for the so-called productive seminar. He’s waiting for us, Thursday.

Next episode: a questioning seminar

 

Un feuilleton pour l’été : L’atelier « La vie dans les métropoles au XXIème siècle »

Au début, notre association s’appelait les ateliers d’été; et puis quand c’est l’été au nord de l’équateur, c’est l’hiver au sud. Alors nous nous appelons les Ateliers. Nous en avons fait 37 en Île-de-France ces 37 dernières années, 80 en tout, en comptant ceux que nous avons réalisés à l’international. Les ateliers, dits internationaux de maitrise d’oeuvre urbaine, ont pour caractéristique d’être force de proposition pour les décideurs.

Cette année, l’atelier francilien a pour sujet « la vie dans les métropoles au XXIème siècle ». C’est la préparation, exceptionnelle, de ce lieu de créativité, chaque fois renouvelé, que je vous invite à déguster, en forme de feuilleton d’été ; avec la distance qui sied au soleil, en prenant au vol vos réactions sur cette question, chaude, de la vie que nous voulons, en une douzaine d’épisodes.

Il nous a fallu en effet eux ans de travaux préparatoires pour labourer le terrain de cet atelier avant que deux douzaines jeunes professionnels de toutes les disciplines, venus des 4 coins du monde ne produisent en septembre prochain de bonnes questions aux bonnes échelles de territoire et des idées pour agir, présentées à un jury international.

Si nous continuons à fabriquer cette formule depuis 37 ans, atelier après atelier, c’est qu’elle a fait la démonstration de son efficacité : la plus décisive étant le changement de lieu de l’exposition universelle de Shangaï de 2010 depuis les terrains autour de l’aéroport à ceux du centre ville. D’autres projets en Île-de-France ont bénéficié, à leur émergence, des propositions de ces jeunes professionnels et des débats ainsi instaurés : Paris Saclay par exemple qui concentre le quart de la recherche française et le concours international d’idées d’urbanisme et de développement durable qui a lancé sa création dans la foulée de l’atelier. Plus loin dans le temps, l’arrêt de l’urbanisme de dalle, la création du quartier international d’Anfa au Maroc, ou la table des 22 maires de l’agglomération de Puebla… qui ne s’étaient jamais rencontrés.

Comme toujours, la préparation commence par la définition d’un sujet et d’un territoire ; et des débats musclés.

Episode 1, Chaud devant

En ce temps là, en ce temps très ancien, il y avait un établissement public d’aménagement de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. Son urbaniste en chef et deux autres y ont inventé les ateliers d’été, histoire de renouveler les idées de la fabrique de la ville. Particularité de l’urbaniste en chef : arrivé à l’institut d’aménagement et d’urbanisme peu avant Paul Delouvrier, Bertrand Warnier tient le cap de ce qui fait la valeur ajoutée des Ateliers depuis 37 ans : les sujets à enjeux et la méthode. En 2016, c’est lui qui a voulu le sujet « la vie dans les métropoles au XXIème siècle » pour l’atelier francilien 2018. Depuis, votre serviteur puis une jeune architecte sommes aussi devenus les pilotes de cet atelier, adossés à une équipe de salariés, financés à géométrie variable par nos partenaires publics et privés.

Pour comprendre ce que nous fabriquons, un dessin valant mieux qu’un long discours, le travail d’un atelier se situe sur les premières marches de l’escalier : à l’émergence d’un projet.

Sur ce fond et comme à son habitude, Bertrand dessine une première proposition de sujet et de territoire. Cette fois, il a la main lourde, comme le sujet qui est de poids : 11 pages de dessins commentés. Je complète d’un texte d’une page à destination de nos partenaires, pour cause de débats musclés : pour certains, penser à long terme ne sert à rien. Pour nous cela permet de mieux savoir ce que nous avons à faire demain matin. Nous sommes en avril 2017 ; il y va du choix du sujet de l’atelier 2018 ; Les 11+1 pages, dans leur jus : 20180723 Chaud devant

« La vie dans les métropoles au XXIème siècle »

Episode 2 : reprise de fond

Quelques échanges plus tard, sur proposition de notre comité d’orientation scientifique, le sujet de l’atelier est validé par la conseil d’administration de notre association. Et avec lui la réalisation d’un séminaire de lancement de cet ambitieux sujet, à organiser dans la foulée du jury de l’atelier 2017 qui avait pour sujet la ville inclusive.

Septembre 2017 : Bertrand a préparé pour l’occasion une première affiche pour l’atelier 2018 ; l’idée est de recruter les participants avant la fin de l’année 2017,-c’est inhabituel mais à la hauteur du sujet-, pour qu’ils puissent y travailler seuls ou par mails depuis là où ils vivent. Coupons court, cela ne se fera pas.

Mais le sujet est sur la table, à l’IAU, ce 25 septembre 2017, débattu toute une journée par une trentaine d’experts alimentés par une demi douzaine d’intervenants.

A l’introduction du séminaire, Bertrand précise :” tout bouge,-l’agriculture, le travail, le numérique…, de façon imprévisible mais continue et tout se dérègle,-le climat en premier lieu-. Et rajoute : la métropole parisienne est à l’orée de grands changements mais ne semble pas être munie d’une vision précise, alors que l’histoire a montré que celles-ci inscrivent durablement leur marque dans le territoire : Paris et les espaces verts d’Alphand au XIXème siècle, les métropoles d’équilibres et les villes nouvelles au XXème”.

Pour ma part, la vision à construire ne peut pas faire l’impasse sur le mur climatique qui surplombe la vie au XXIème siècle et conditionne tout le reste. Cette évidence est loin d’être partagée. Trois pages tentent d’enfoncer le clou. Elles concluent par: nous sommes la problème, nous sommes la solution;  une question est posée au séminaire  : qu’est-ce que ça change ?

Invités à penser à ce niveau, la vision à construire, les intervenants planchent sur trois thèmes : La métropole et ses habitants face au gigantisme/ le numérique, un défi pour l’intelligence collective / les métropoles face au défi climatique. Cette phase de l’atelier n’est qu’une entrée en matière. Le fruit qui en sort est vert mais prometteur. On y pointe la contradiction entre le désir de proximité et le gigantisme avec sa conséquence, la distance domicile-travail ; la contradiction aussi entre la recherche éperdue de profits des entreprises du numérique et la liberté, la vie privée de tout un chacun ; plus encore l’écart entre l’insouciance de la classe moyenne mondiale et le mur climatique, tout près, devant nous.

La professeur Chinoise nous fait découvrir Harbin, son froid polaire, le traitement de ses espaces publics et la façon de traiter la réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’ex urbaniste en chef de l’agence SOM nous raconte comment il a rencontré les maires des villes des grands lacs de part et d’autre de la frontière USA-Canada autour de la ressource en eau et plus jusqu’à la création de l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint Laurent qui partage désormais une plateforme d’expériences. Notre référent climat explique l’escalier de la conviction de la COP 21 et cite un chiffre : passé un pour mille convaincus, une politique publique emporte l’adhésion de la population. Il y aussi des contributions sur les prévisions démographiques de l’Île-de-France, la politique urbaine de Mexico, sur le rapport sur la smart city à l’Assemblée Nationale, l’intelligence collective et le numérique, les évolutions des modes de transport ; et des débats…

Les premiers ingrédients du pot au feu ne donnent pas encore tout leur goût mais ils sont plongés dans la marmite. La construction d’une vision est amorcée : Atelier La Vie – Synthese seminaire lancement – 2509

Dans les semaines qui suivent, lors de la fabrication de la deuxième affiche d’appel à candidatures, le contraste est saisissant entre l’ouverture des contributions et des débats de ce séminaire et l’ampleur des désaccords. L’essentiel pourtant est de préparer la matière dont disposeront les participants : contradictoire comme pour tous les ateliers, au plus près de ce qui pose questions, le contraire d’un brouet insipide. Le graphisme a été beaucoup travaillé : le bonhomme au pinceau a pris sa place.

Les textes de l’affiche reflèteront ces désaccords : un recto aux termes millimétrés et un verso fourre-tout. Mais l’essentiel est en place : l’appel à candidatures est lancé ce 7 novembre 2017 et nous allons bien organiser 4 soirées métropolitaines, pour enrichir nos visions,-contrastées-, de constats, de vécus, d’expériences, d’analyses et d’expériences opérationnelles : affiche v8

Episode 3 : sujets à contradictions

Nous avons désormais deux casseroles sur le feu : le document sujet et l’organisation de la première soirée métropolitaine que j’ai prise en charge. C’est la première fois que les ateliers organisent des soirées de ce type ; pour l’inventer, j’écris une note de proposition. Elle date bien nos ambitions et la méthode envisagée, à ce stade ; extrait :

« La soirée s’inscrit dans une suite de quatre, sur les thèmes « Habiter et travailler », «  attractivité des métropoles »,  « Numérique et modes de vie ». Le séminaire productif s’intercale au milieu. Il débouche sur une dizaine de questions, documentées, dans un 4 pages. Le document de contexte intègrera l’ensemble des questionnements des soirées et du séminaire.

Les soirées métropolitaines ont pour objectif d’enrichir l’atelier et les débats à partir des situations et des dires des experts des métropoles à l’international. Avec une identification des consensus et des désaccords par thème.

Quelle vie dans la métropole dans une vision internationale donc. La Question : vous êtes en responsabilité de la Région Capitale, vous faites quoi, a le mérite de mettre nos invités en situation.

Une diffusion internet temps réel est à planifier. Cet aspect est majeur dans la mesure où les participants ne pourront pas y assister.

Les participants sélectionnés au début 2018 et constitués en équipes pourront ainsi travailler le sujet en équipes multidisciplinaires, d’un bout du monde à l’autre, depuis là où ils vivent et croiser leurs réflexions avec celles menées par Les Ateliers avec des experts, des entreprises, des élus qui sont à la manœuvre, en France et ailleurs.

Ces après-midi donneront lieu à publication avec l’IAU ; et film si financement ».

Ce n’est pas un hasard si ces soirées sont à peine évoquées dans l’affiche d’appel à candidature : les désaccords persistent. Il nous faudra renvoyer la première soirée, prévue en novembre, à début février. Son récit sera pour le prochain épisode.

Le document sujet part, lui, d’un bon pied. Il a vocation à compiler des données, peu, donner une vue d’ensemble et surtout se centrer sur les questions qui se posent. A qui ? A ceux du territoire, aux acteurs qui y agissent et aux experts qui l’observent ; pour les renvoyer sur les participants, les intéresser à candidater puis à les traiter, s’ils sont retenus.

La région Île de France/ source DRIEA

La matière est abondante, trop ; comme toujours mais là, encore plus, avec un sujet d’une telle ampleur. La magie des ateliers tient à cette capacité à en dire trop sur un sujet, à faire entendre des avis contradictoires puis à laisser les participants s’en débrouiller pour faire des propositions pertinentes le moment venu ; comme dans la vraie vie, mais dans un temps très court.

Il nous faut néanmoins aller à l’essentiel, vu de notre fenêtre de pilotes, puis lorsque le texte est suffisamment avancé, le confronter à l’œil expert du comité d’orientation scientifique qui renvoie réactions, idées et questions aux rédacteurs.

Nous décidons de structurer le document avec le produit du séminaire de lancement et les thèmes des 4 soirées : un chapitre pour chacun, autour d’une question centrale :

-Le phénomène de métropolisation : un modèle porteur ou dépassé ?

-Métabolisme et menace climatique : que faire ? Comment ?

-Quelles nouvelles modalités du rapport habitat-travail

-Le numérique, fin en soi ou moyen ?

-L’attractivité économique et culturelle : pour qui, pour quoi ?

Et nous rajoutons un chapitre qui fait débat, au titre sans question:

-Les initiatives individuelles et collectives : un vivier d’innovation et une source d’inspiration pour les politiques publiques.

Le corps de ce chapitre dit une chose et son contraire : une attaque en règle contre la planification, une attaque en règle contre l’individualisme.

Il se solde par une question: comment articuler les politiques publiques, en responsabilité, avec les initiatives individuelles, foisonnantes ?

Et une ouverture sur 4 registres : Mais au delà de la raison ? L’imaginaire ? Les émotions ? Les désirs ?

Suivent trois questions commentées:

– Le titre de la première paraît considérer implicitement que l’attractivité de la métropole est une bonne chose :

Attractivité : comment conserver l’attractivité de la métropole ? Economiquement et socialement ?

Ce que dément le texte, aux questions très critiques.

– La seconde reprend en quelques questions les 5 scénarios dessinés dans le document qui a servi à choisir le sujet de l’atelier (cf épisode 1) :

Quels scénarios spatiaux pour demain ?

-La troisième pose la question du tri dans la masse des enjeux énoncés :

Quels enjeux cruciaux ?

Et fait une proposition de tri en revenant à la question centrale : comment vivrons-nous dans les métropoles du 21ème siècle ?

Le document conclue sur un lot de questions, trop. Mais il faut laisser tamiser tout cela.

Il termine en une page sur l’organisation de l’atelier.

C’est à peu près à ce moment là que nous rédigeons la page d’introduction : à partir du texte qui a servi à choisir le sujet (cf épisode 1), enrichi.

Après deux mois de travail, d’échanges et quelques péripéties le document sujet est publié début janvier : 19 pages, illustrées.

Episode 4 : tenue de soirée

Pendant que nous écrivons le document sujet à plusieurs mains, nous discutons en COS de la meilleure façon de monter les 4 soirées. A l’évidence, il faut pour chacune d’elle un chef de file, pris parmi les membres volontaires du COS. Nous l’appellerons référent : il ou elle en assure la bonne fin, avec le concours des autres experts de notre association. A ce référent de s’entourer et de décider ce qu’il faut quand il faut.

J’ai pris la première sur le défi climatique ; Marie-Marie, Directrice du Développement urbain à l’agglomération des territoires Vendômois, prend la seconde, sur habiter-travailler-mobilité ; Frédérique, Directrice de l’Enseignement et de l’International à l’Institut Mines-Télécom, le numérique ; et Laurent, directeur de projet à l’IAU-IdF, l’attractivité économique et culturelle.

Je tente le montage de cette tout première soirée avec Magali, directrice du développement durable de l’un de nos partenaires : Grand Paris Aménagement. Cet établissement public s’appelait jusqu’à il y a peu l’AFTRP, outil historique du schéma directeur de Delouvrier de 1965 au moment crucial de la maîtrise foncière.

La première note d’organisation connaitra 9 versions en un mois. Elle a le mérite de cadrer ce que nous attendons de ces soirées à travers l’organisation de la première.  V9 Note sur la soire-e me-tropolitaine du 8 février.

Nous calons cette première soirée sur 3 questions :

Le métabolisme urbain : comment réinventer au quotidien un métabolisme des villes et territoires existants plus sobre, plus inclusif, intégrant les exigences de conforts ?

La ville flexible : une ville qui s’adapte à la vitesse nécessaire à un contexte incertain, mouvant : comment rendre la ville flexible, adaptable aux flux de population ?

La transition écologique et sociale : peut-on traiter la transition et l’inclusion, l’un par l’autre ? Avec quelle traduction urbaine et rurale ? Quelle articulation du bottom up et du top down ?

Pour clore les débats, la note sur le choix d’experts de cette première soirée sur « les métropoles face au défi climatique, datée du 27 novembre, dresse un état des lieux. Les questions et plus encore le choix du type d’intervenants ont été pour le moins discutés.

Le produit de sortie attendu de la soirée y est énoncé ainsi :

« Un enrichissement par ce que les intervenants apportent sur le volet sociétal, professionnel ou social dans leurs interventions initiales : des faits qui ne s’admettent pas (consensus et débats), la mise en évidence de pratiques qui fonctionnent, une vision sur ce qu’il faudrait faire pour vivre bien dans la région métropole, à la vitesse nécessaire pour échapper au mur climatique ».

D’où l’idée d’inviter à la tribune,

– un acteur international, élu ou pas, impliqué et précurseur

– et un acteur français ou européen, type élu ou technicien

Nous sommes à 6 semaines de la soirée et cela ne se passera pas comme ça.

Les premiers participants invités déclinent, trop connus, trop sollicités. Il faut augmenter le nombre de présents à la tribune pour couvrir les 3 questions choisies. Cerise sur le gâteau, Magali tombe malade et ne réapparaitra qu’à la soirée. Deux membres du COS, déjà très occupés, Frédérique et Baptiste, viennent à la rescousse.

L’idée d’un participant représentatif du C40, ce groupement de métropoles internationales, finira par nous permettre d’inviter le chef de projet du plan climat de Paris, via une cascade d’acteurs, rencontrés grâce au train climat gare de l’Est https://trainduclimat.fr/.

Le besoin d’un récit mobilisateur sera illustré par le président de Quattrocento, rencontré lors d’Eco-cité à Nantes en 2013.

Celui d’un industriel des éco-énergies par le président de Tecsol, (un bureau d’études spécialisé dans le montage de projets photovoltaïque) qui est aussi président d’un pôle de compétitivité sur le solaire ; rencontré lui lors d’un séminaire à l’Arene.

Enfin l’auteur du livre « ces maires qui changent tout », contacté via une librairie où il est venu présenter son livre, nous expliquera l’action effective de 6 élus dans leurs communes.

Il manque la parole d’un observateur-acteur global du défi climatique et d’un élu d’une métropole internationale aux avant-postes : impossible à faire venir autrement que par extraits d’interviews filmés, cherchés sur internet, passés à l’ouverture de la soirée.

Ce sera Jean-Claude Jancovici, qui a construit entre autres le bilan carbone pour l’ADEME, l’agence publique française qui innove en matière de développement durable ; et la maire de Copenhague, Ritt Bjerreggard  qui a lancé Copenhague zéro carbone, au sortir de l’échec de la COP 15.

Je lancerai la soirée par quelques diapos qui « déblayent le terrain » : en superposant les courbes de croissance de la population mondiale, de consommations d’énergies fossiles et d’émissions de gaze à effet de serre  depuis 1750 : elles se passent de commentaires.


Ce 17 janvier 2018, à 3 semaines de la soirée, le programme de la soirée est juste prêt ; presque, il manque…une salle et les modalités d’inscription. Grâce à nos partenaires du ministère, nous aurons le toit de l’arche de la Défense : une centaine de places, ce que nous visons. Internet permet d’envoyer les invitations à une soirée dont seule la date a été jusque là diffusée.

Une exceptionnelle tempête de neige se déclenchera ces jours là; La région est paralysée ; nous ne serons ce 8 février au soir qu’une quarantaine dans la salle…

Il n’y aura pas de diffusion de la soirée en temps réel sur internet. La soirée est filmée par les services du ministère mais pour l’instant le film n’est accessible qu’aux adhérents de l’Atelier. Le compte-rendu écrit de la soirée, 8 pages illustrées, est accessible ici,   sans tempête de neige pour vous empêcher d’y accéder.

Comment vous dire ? Cela nous intéresserait que vous le lisiez et que vous réagissiez, sur Linkedin ou sur agirlocal.org. Cela enrichirait l’atelier .

Episode 5 : habiter-travailler-mobilités.

Marie-Marie se lance dans l’organisation de la deuxième soirée juste avant noël avec deux autres membres de notre association : Olivier est directeur de l’aménagement chez Icade, groupe immobilier français, filiale de la Caisse des dépôts et consignations, en charge d’un démonstrateur aux portes de Paris ; Jean est expert en systèmes de transport et mobilité au groupe Renault

Les 3 champs de la soirée sont couverts : habiter-travailler-mobilités.

Un mois plus tard, les 3 questions qui cadrent la soirée sont énoncées. C’est Simon l’un des deux assistants de l’atelier qui s’y est mis pour synthétiser une première fois les échanges sans aller jusqu’à « utiliser le format de fiche de soirée pour le moment ».

– De nouvelles formes de travail et de mise en relation qui font évoluer les mobilités et les attentes de la ville

Comment imaginer les modes de vie à venir dans la sphère domestique (habitat, loisirs) et du travail ? Comment travaillerons-nous ? Le marché de l’emploi a-t-il un avenir ? Sera-t-il nécessaire de se déplacer ? La ville doit-elle et peut-elle s’adapter à ces nouvelles dynamiques spatiales de l’emploi et à ces rythmes moins homogènes et prévisibles ? La proximité est-elle la solution pour répondre à ces différents enjeux ?

– La métropole est profondément déstabilisée par ces usages amenés à se généraliser

Comment une métropole, une aire urbaine, peut-elle structurer les différentes fonctions qui la caractérisent avec en priorité les deux fonctions essentielles que sont habiter et travailler ? Va-t-on vers la fin des centralités, pole d’attractivités regroupant des fonctions d’habiter et travailler, vers un monde à la carte, sans proximité, sans besoin évident de se rendre “au centre” ? Assiste-t-on à la mort des centres villes ? Comment organise t on cette dilatation de l’espace et cette restriction du temps ?

– Quel modèle de société en filigrane ? Et quel rôle pour les collectivités ?

Quelle souveraineté, quelle gouvernance face à des acteurs “sans cadre” ayant une grande influence dans le métabolisme urbain ? Quelle participation du citoyen dans ce nouveau monde ? Quels effets de (dé)cloisonnements sociaux et spatiaux ?

Comment organise t on le fait urbain avec les nouveaux entrants et la participation croissante des citoyens et la monté toujours croissante de l’individu ?

Instruis par l’expérience du montage de la première soirée, la première liste des intervenants possibles est très large. Il en restera trois :

Astrid Sultan, Responsable projet “Immobilier 3.0” – ICADE

Mathieu Saujot, Coordinateur de l’initiative Transitions numérique & écologique à l’institut du développement durable et des relations internationales

Guillaume Faburel, Géographe urbaniste, Professeur à l’institut d’urbanisme de Lyon, chercheur à l’institut mixte Triangle (CNRS, Normale Sup, Université Lyon et Saint- Etienne), Spécialiste ville durable: dispositifs participatifs, nouvelles solidarités urbaines, modes de vie dans les écoquartiers, …

Le lieu est vite fixé, c’est Icade qui accueille, à son Hub Open Icade, aux portes de Paris. L’invitation partira trois semaines avant la soirée. En léger mieux par rapport à la première soirée.

Ce soir là, il ne neige pas sur Paris. Nous serons une bonne soixantaine pour écouter et échanger.

Les intervenants abordent le thème de façon pour le moins contrastée : avec les deux premiers, nous côtoyons le nomadisme et le télétravail, les communautés et le salariat ou plutôt sa mort annoncée par certains. On pointe les écarts entre promesses et réalité des modes de vie dans l’incontournable smart city dotée de la toute aussi inévitable intelligence artificielle ; l’irruption des réseaux mais aussi d’outils comme la blockchain et nous nous rapprochons doucement de la 3 ème soirée sur le numérique avec le véhicule autonome ou le droit à la vie privée.

Avant que le géographe ne demande : Comment nous plaçons-nous collectivement face à la révolution numérique, au néo- productivisme urbain et à la course à la compétition entre les métropoles mondiales ?

Il pointe la fabrique des inégalités par les métropoles, le fait que les trois quarts de la population française en sont loin, le désir de quitter les grandes
 villes (80% des Franciliens souhaiteraient aujourd’hui quitter Paris, enquête réalisée par Cadremploi en aout 2017) et le sentiment majoritaire de ne pas appartenir à ces 
ensembles urbains barbares (cf son livre « Métropoles barbares, démondi            liser la ville, désurbaniser la terre aux éditions le passager clandestin »). Il soutient que l’accélération 
qui épuise les corps et la surdensité qui crée des
 sensations d’étouffement, renvoient au ralentissement qui émerge jusque dans les programmes politiques. 
Et s’interroge sur: comment fabriquer du « commun » ? Bien au delà des seuls tiers lieux, émergents.

Les échanges avec la salle en rajoutent sur la privatisation grandissante de l’espace public, la désersification de certains territoires par les métropoles, l’émiettement des pouvoirs avec l’indispensable articulation du bottom up et du top down pour en sortir, la nécessaire invention de lieux de ressourcement et de récits communs autour de la question de l’habitabilité de l’espace, en ville et à la campagne, durable.

Vous avez dit jouer le bien être contre le climat ?

Le compte-rendu de la soirée est téléchargeable ici , 6 pages

Episode 6 : séminaire productif, en travaux

Dans l’ordre chronologique, le séminaire que nous appelons productif, est planifié le 12 avril, avant les deux dernières soirées métropolitaines. Nous nous y mettons dés la première soirée, défi climatique, passée ; (voir l’épisode 4)

Question de fond : à côté de quels faits saillants allons nous passer dans ce séminaire qui n’ont pas été traités dans les quatre soirées ?

Une note datée d’un mois avant le séminaire fait le point, extraits :

Son objet est comme d’habitude de déboucher sur moins d’une dizaine de questions documentées chacune en une dizaine de lignes ; le tout dans un 4 pages dont on sait qu’il est très lu.

  1. le déroulé

Le matin, à partir de l’entrée transverse par la vie dans les métropoles, 3 dimensions à traiter, en 3 fois une heure :

  • la grande échelle sur 180 km, (de Paris au Havre ou des sources à Paris)
  • l’emploi des temps
  • l’économie locale

L’idée est de faire intervenir deux, maximum trois experts à fort contenu innovant, opérationnels de préférence, sans exclusive. Deux fois 15 minutes (ou trois fois 10) puis une demi heure de travail avec la quarantaine de présents dans la salle : questions de compréhension et éclairages complémentaires des uns et des autres.

L’après midi, répartitions en tables pour formuler 3 questions documentées par table (à l’expérience, plus ou moins en résultent). Rapports en assemblée générale, avec échanges sur points clé si pas épuisés.

Toute la journée, cartes et tableaux à disposition pour pointer, produire, afficher, en dessin, mots ou chiffres.

  1. Les experts invités à exposer le matin :

1- La grande échelle :

On profite de l’investissement de Philippe Inquist (et de ses 2 accompagnants), auquel on joint quelqu’un de l’Agence de l’eau Seine-Normandie (Paris le Havre donc). Ceci nécessite un travail en amont et en aval de la journée avec eux pour la production qu’ils envisagent de faire, la restitution en séminaire et les suites possibles.

2- L’emploi des temps :

L’intérêt est de centrer sur les budgets temps de chacun dans la métropole gigantesque, d’aborder grande échelle et proximités de relations, de productions, de services, de vie. Expert opérationnel du bureau des temps, de Lille de préférence ou de Rennes qui sont parmi les plus anciens ; Fabienne Commessie, chef de projet de l’étude des modes de vie de Strasbourg ; une prospectiviste Carine Dartiguepeyrou sur les évolutions et émergences socioculturelles.

3- L’économie locale :

La prégnance, pour ne pas dire plus, de l’économie dans la vie dans les métropoles amène à décaler le regard sur ce qui peut changer cette vie : un expert sur la monnaie locale, intégrateur de solutions et coopérations de proximité Philippe Derudder, historien et praticien « Les monnaies locales complémentaires, pourquoi, comment ? » ; l’économie circulaire qui en est l’un des effets positifs, Jean Claude Levy, qui a l’avantage d’avoir un regard sur la Chine. « Economie circulaire, monde en transe, Chine en transit »

4- En option, selon ses disponibilités : Guillaume Faburel, entendu hier à la soirée habiter travailler demain ; il a passionné par son analyse, les mots et la distance qu’il donne aux évolutions en action ; je l’ai sollicité avec Christine, à chaud, pour qu’il intervienne quelques minutes en fin de chaque séquence ; il a proposé de venir avec quelques étudiants ; il nous envoie 2 contributions sur ses recherches (le capitalisme infrastructurel et forum immobiles sur 6 métropoles mondiales) « .

A ce moment Solenne nous abandonne pour une charrette professionnelle. C’est l’intérêt de piloter à trois : visions différentes et capacité à se relayer. J’ai travaillé 10 ans auprès de Bertrand ; nous n’avons guère besoin de nous parler pour faire ce qu’il faut, chacun, en contribuant à ce que l’autre fait. Il a pris en charge les cartes sur lesquelles réfléchir pendant ce séminaire productif. La grande sur la vallée de la Seine en particulier. Il organise la venue de ceux qu’il appelle la Chicago team : Phil Enquist, Meiring Beyers, Drew Wensely ; la team a proposé de contribuer à l’atelier en apportant son expérience internationale, sur le mode « grande échelle et écologie ». J’assume le reste des questions de fond et l’animation du séminaire proprement dit avec nos deux assistants, Simon et Priscilla, à la tache depuis plusieurs semaines.

La venue de la Chicago team, trois jours avant le séminaire, est un moment de bonheur. Bertrand a préparé leur visite. Le premier jour, nous allons les emmener sur différents points hauts du grand paysage francilien. A peine atterrissent-ils que nous allons sur la butte qui domine l’aéroport. Pour eux il est 3 trois heure du matin. Meiring se baisse pour prendre une poignée de terre en nous disant: « les rendements de cette terre merveilleuse vont chuter de 30% avec le changement climatique »… Puis c’est Villiers le bel /Ecouen ; la butte d’Orgemont ; le mont Valérien et retour sur Paris en longeant la seine par St Cloud, Issy les Moulineaux. Déjeuner à Suresnes avec vue bouchée sur Paris et retour à leur hôtel rue du Bac. Demain, c’est la grande visite de Paris au Havre.

Rendez-vous est pris à la gare de Cergy Saint Christophe ; ils arrivent en taxi faute de RER A en marche. Nous allons à pied sur la terrasse de l’axe majeur d’où Bertrand nous décrit le grand paysage francilien.

Puis trajet en minibus jusqu’au Havre en passant par Evreux, reconstruite sur un tout autre modèle, disons à l‘identique et l’Isle d’Abeau, ville nouvelle où Bertrand avec Alain qui nous accompagne, ont œuvré au début avant de rejoindre Cergy-Pontoise ; en arrivant à Cergy-Pontoise, Alain a créé la chaire d’économie urbaine de l’ESSEC.

Au Havre, Simon, directeur de l’agence d’urbanisme du Havre et ancien participant des ateliers, nous fait sentir les vibrations de la ville rebâtie par Perret et ses enjeux; l’église Saint Joseph nous laisse subjugués.

La team a apporté un énorme document A3 qui compile les vues aériennes proches de la source de la Seine à son estuaire. Simon nous remet une étude XXL, la bien nommée, sur la logistique ;. Elle a été réalisée par les 4 agences d’urbanisme de la vallée de la Seine : celles de Paris, de l’Île de France, de Rouen et du Havre. télécharger la synthèse en 4 pages : https://www.aurh.fr/media/na_6250_4pages_vds_xxl__008347700_1208_22032018.pdf

Au retour, nous laisserons la team à Rouen ; ils veulent faire l’expérience du train mais déclarent forfait, épuisés, pour la visite du mercredi. Cela nous laisse un peu plus de temps pour les derniers jeux de documents et cartes à destination du séminaire dit productif. Il nous attend, jeudi.

Prochain épisode : un séminaire questionnant

Pacte finance climat :

Comment mettre la finance au service du climat 

Vous êtes entrepreneur : voulez vous réaliser des projets financés, utiles ? Question stupide et pourtant, cela dépend de vous, en commençant par lire la proposition du pacte finance-climat de Jean Jouzel et Pierre Larrouturou : pour éviter autant que faire se peut la crise financière annoncée par le FMI, tout en sortant de l’impasse climatique. Cette proposition de pacte vous place devant la question : voulez vous que l’économie réelle reprenne le dessus avec des projets financés tout en vous mobilisant sur la transition énergétique, écologique ? De la décision de signer ce pacte européen résulterait pour la France un financement annuel de projets de transition de 45 milliards par an, à taux zéro. Et selon l’Ademe, de 600 000 à 900 000 emplois créés sur notre territoire.

Pourquoi un pacte finance-climat ?

Depuis 2015, la quasi totalité de la création monétaire va à la spéculation. C’est à dire ne finance pas ce pour quoi elle est faite : financer l’économie réelle. Cela peut se changer. « La prochaine crise financière va nous tomber dessus, plus grave et plus générale que celle de 2008 » dit le FMI. La seule inconnue est la date. Si cela peut se changer, alors essayons.

La menace climatique est brûlante et là, on connaît à peu près la date : selon l’observatoire de Mauna Loa,( www.co2.earth ) nous avons franchi les 410 ppm en mois d’avril dernier; à 415 ppm nous déclenchons les 1,5°C de hausse de température ; au rythme actuel, c’est pour 2020 ; à 450 ppm, nous déclenchons les 2°C ; c’est pour les années 2030.

Quelle proposition de pacte ?

Flécher la création monétaire sur l’économie réelle, celle des entreprises, des habitants, des collectivités territoriales ; dans les 4 secteurs clé : bâtiments, mobilités, alimentation, énergies (www.agirlocal.org). Et pour cela décider que la banque européenne d’investissement devienne une banque du développement durable (Philippe Maystadt, Président honoraire de la BEI) : moyennant quelques fonds propres fournis par l’Europe, chaque pays dispose alors d’un droit de tirage annuel à hauteur de 2% de son produit intérieur brut ; 45 milliards pour la France, 60 pour l’Allemagne.

Et pour financer ce qui n’a pas de retour sur investissement comptable, créer un impôt européen sur le bénéfice des entreprises, de l’ordre de 5% ; ce qui porterait le taux moyen européen à 24%, celui que Trump vient de décider pour les USA (pas sur les contribuables, pas sur les entreprises, mais bien sur les bénéfices qui alimentent la spéculation). De quoi dégager chaque année 100 milliards d’euros et financer la recherche, une partie du chantier sur le territoire européen et augmenter très nettement l’aide aux pays d’Afrique et du pourtour méditerranéen. De quoi les aider à maitriser le réchauffement climatique, pour eux et donc pour nous. De quoi subventionner, avec les états membres, chacun, la moitié de la facture des chantiers nécessaires pour réussir la transition énergétique en Europe, le reste étant couvert par les prêts à taux zéro.

Total, 1100 milliards d’euros de chiffre d’affaire par an, le besoin en financement évalué par la cour des comptes européennes pour gagner la bataille de la transition.

Comment décider le pacte ?

3 ans après la COP de Paris, juste après la COP 24, le conseil des chefs d’Etat et de gouvernement européens se réunira en décembre 2018, comme prévu, pour évaluer la COP 21 et prendre les décisions nécessaires pour en rester à moins de 2°C de réchauffement.

Impossible de décider le pacte? Sur proposition de Jean Monnet, en moins d’un an, Schumann et Adenauer ont décidé l’Europe et signé le traité. Il s’agit de décider aujourd’hui un nouveau traité européen, approuvé par référendum voté le même jour dans tous les pays d’Europe.

Et vous, vous faites quoi ? Les temps ont changé, certes. Alors, vous retournez à vos occupations ou vous dites haut et fort ce que nous voulons pour notre avenir et celui de nos enfants ? En signant l’appel sur notre site www.climat-2020; mieux en activant vos réseaux professionnels associatifs et politiques ; en délibérant dans vos instances, professionnelles, associatives et territoriales et en le faisant savoir.

A juin 2018, nous nous y sommes mis dans 6 pays européens; et vous ?

 

                                                                                                Jean-Michel Vincent

l’atelier 2018 “la vie dans les métropoles au XXIème siècle”

 

Accéder à l’intégrale d’un feuilleton de l’été dont cet article cite des extraits : http://agirlocal.org/un-feuilleton-pour-lete-latelier-la-vie-dans-les-metropoles-au-xxieme-siecle/

Les ateliers, dits de maitrise d’oeuvre urbaine, ont pour caractéristique d’être force de proposition pour les décideurs.

Ces 36 dernières années, l’association des Ateliers en a produit 80 en Île-de-France, en France et à l’international . Cette formule a fait la démonstration de son efficacité, la plus décisive étant le changement de lieu de l’exposition universelle de Shangaï, depuis les terrains autour de l’aéroport à ceux du centre ville. D’autres projets en Île-de-France ont bénéficié, à leur émergence, des propositions de ces jeunes professionnels et des débats ainsi instaurés : Paris Saclay par exemple.

L’atelier francilien de cette année a pour sujet la vie dans les métropoles au XXIème siècle”.

Deux séminaires et 4 soirées métropolitaines préparent l’atelier de septembre, réalisé par deux douzaines de participants venant des ‘ coins du monde. Ils présenteront leurs travaux devant un jury international le 28 septembre.

Nous constituons pour les participants un dossier d’immersion qui récapitulera les 2 séminaires, les 4 soirées ( le défi climatique, habiter-travailler-mobilités, le numérique, et l’attractivité économique et culturelle), un descriptif de la région capitale et quatre “4 pages” qui problématisent le sujet: mobilités, transition, grand paysage et le gigantisme. Le compte rendu du 2ème séminaire sera comme d’habitude sous forme d’un 4 pages de 8 à 10 questions.

Pour vous donner une idée de ce travail de préparation, sur le thème de la soirée “les métropoles face au défi climatique”, un premier texte pose la question de la responsabilité de la classe moyenne et supérieure mondiale: nous sommes le problème, nous sommes la solution (3pages) ou version longue 8 pages. La première soirée métropolitaine animée par votre serviteur comprend deux interviews filmés et 4 experts : compte-rendu (8 pages illustrées)

Sur le thème de la mobilité et des modes de vie, un 4 pages  fait apparaitre qu’une moitié des actifs franciliens a droit à la semaine de 35h et l’autre moitié à la semaine de 41h, surtemps de transport domicile travail inclus : 4 pages mobilités

A suivre… et pour accéder aux documents publiés, aller sur https://ateliers.org/fr/workshops/213/

 

soirée transition de l’atelier “la vie dans les métropoles au XXIème siècle”

L’atelier francilien de cette année a pour sujet la vie dans les métropoles au XXIème siècle”. Sur le thèmes des métropoles face au défi climatique, nous avons organisé une soirée métropolitaine  avec deux interviews  filmés et 4 experts.

Outre le rappel du constat climatique et sa conséquence,-nous sommes le problème et nous sommes donc la solution-, il met en exergue

– des problématiques (Jancovici et la relation énergie-emplois-populisme ou Copenhague, les habitants et les élus)

– des solutions comme le plan climat de paris, zéro carbone qui ouvre des financements aux communes périphériques et rurales au titre de la compensation, ou le bouquin de Mathieu Rivat  sur « ces maires qui changent tout ».

Le compte rendu: 8 pages illustrées:V2 FR light soiree metro transition – Compte rendu

2ème forum des gorges de Todgha

 

Tinghir

Directement issu de la COP 22 à Marrakech, le forum international des gorges de Todgha s’est déroulé fin avril pour la deuxième fois à Tinghir, sur le côté de l’Atlas qui verse vers le désert. Un lieu paradoxal, château d’eau atteint par le stress hydrique provoqué par le changement climatique. Son objet : que peut-on faire ? Et une idée : créer là l’ingénierie territoriale permanente d’un parc naturel régional sous la houlette des élus rassemblés, pour développer le territoire sur le mode, la nourriture, les écomatériaux, les écoénergies poussent à la campagne et sont consommés en ville..

Un monde fou, beaucoup de compagnies de danseurs de plusieurs pays qui ont donné une résonance populaire à ce forum; Avec des danses dans les gorges et sur la place de Tinghir mais aussi à l’hôtel où se tenait le forum, ouvert par le gouverneur.

Comme d’habitude,(les gorges à la COP 22 et premier forum) la presse, la radio et la télévision sont là, interviewant les uns et les autres dans les couloirs.

Dans le forum proprement dit, une délégation mexicaine très importante d’un Parc naturel national, avec l’idée d’une coopération sud-sud. Des interventions d’experts du Pérou et de Tunisie et bien sûr de marocains. A noter une intervention sur la construction en terre d’un germano-franco-marocain. Ainsi qu’une journée de terrain à quelques uns dans les gorges à l’initiative d’un ex ingénieur en chef des eaux et forêts marocain, un puits de sciences qui connait les plantes de l’Atlas par coeur. A cette occasion, 200 photos de ces gorges, ont été prises et présentées le lendemain au forum. 2 français sont intervenus, l’un insiste sur le rapport ville campagne et la nécessité d’un inventaire dynamique, stratégique, mobilisateur Gorges jmv light2018; celle du représentant des Ateliers,- l’un des deux pilotes de l’atelier décroché lors de la COP 22 sur Ouarzazate-, a permis de déclencher un autre atelier sur les gorges cette fois, à la bonne échelle de territoire : de la ville et de la campagne autour. www.ateliers.org

Interventions en amazir, arabe, français, espagnol et anglais.

Le maire de Tinghir a bien intégré l’intérêt de ce qui manque à ce stade, le passage à l’action entre deux forums, en commençant par la publication des actes du forum: organisation d’une mémoire à la médiathèque de Tinghir, articulée avec les actions du président local de la francophonie (cette fois, la fondation d’experts marocains créée à l’occasion de la COP 22 a compilé les ppt présentés), travail entre deux forums des experts “permanents” motivés pour amorcer l’inventaire dynamique et le PNR (avec les élus) et compte-rendu au forum suivant avec plan d’action pour le suivant. Deux experts s’activent en ce sens. Leurs père et mère vivent dans un village à 20km, là où ils sont nés.

L’idée est d’organiser fin juin un groupe de travail sur place en ce sens, avec rendu d’une copie en fin de travail;

Reste à enfoncer le clou es qualité PNR: à quoi sert un PNR, comment on le monte et quelle coopération. C’est partie remise, dans la série travail entre deux forums. Un déplacement de la fédération des PNR français pourrait se faire en octobre.

Alimentation: quatre questions et quelques solutions

Cette contribution est fondée sur l’idée que la raison d’être de l’agriculture est de nourrir les habitants de la planète en gagnant sa vie, pas de les rendre malades et les agriculteurs avec, encore moins de les tuer.

Ce qui soulève quatre questions et conduit à quelques pistes de solution :

1- Comment empêcher la production alimentaire de tuer les habitants de la planète ?

Selon Jancovici, l’alimentation émet un tiers des gaz à effet de serre. Selon www.co2.earth la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère est à 408 ppm en Décembre 2017. Selon le GIEC, à 450 ppm nous franchissons les 2°C de réchauffement et basculons dans l’inconnu :   http://agirlocal.org/category/yvoirclair/

A la vitesse à laquelle nous émettons, ce seuil sera franchi dans les années 2030.

Si, à écouter nos scientifiques, ce réchauffement est bien une question de vie ou de mort, la première question à régler est : comment réduire drastiquement les émissions de l’alimentation ?

Le première idée qui vient est de permettre aux acheteurs de connaître la quantité de C02 émise par calorie de nourriture : 30 millions de ménages français, 5 à 6 millions d’entrepreneurs et des centaines de milliers d’élus locaux peuvent alors agir au quotidien, à chaque achat, en lisant les étiquettes. Ce que l’on fait pour les prix au kilo devrait pouvoir être fait pour les grammes de CO2 à la kilocalorie.

2- Comment empêcher la production alimentaire de rendre malades ceux qu’elle nourrit ?

Il y a 50 ans déjà, on pouvait lire un certain Fournier qui expliquait entre autres que nourrir les animaux avec leurs propres déchets amènerait inévitablement une concentration dans la chaine alimentaire de germes pathogènes et des maladies qui se transmettraient à l’homme. Depuis nous avons eu la vache folle et la grippe aviaire. Sur la même chaîne alimentaire, avec l’injection massive de produits chimiques, nous avons maintenant outre les cancers des agriculteurs et des riverains en exposition directe, les concentrations de produits chimiques dans notre alimentation et la nature en général, les antibiotiques et les perturbateurs endocriniens de nos enfants en particulier, ainsi que la destruction massive de la biodiversité, avec celle des services gratuits qu’elle nous rend.

Notre santé mérite mieux.

L’idée est de pousser vers l’agriculture raisonnée et le bio, par la transparence. De même que l’on fait une déclaration d’impôts, chaque vendeur devrait déclarer les quantités d’entrants de ses produits vendus, ainsi que ramenés à la calorie alimentaire ; Les pouvoirs publics se chargeant de publier les résultats par vendeur et par commune. Par département, on pourrait ainsi connaître les achats de produits chimiques ainsi que les quantités incorporées dans notre alimentation.

A charge pour les familles, les entrepreneurs, les élus locaux de faire leurs choix, au quotidien comme dans les contrats de restauration collective : cantines, restaurants interentreprises…

http://agirlocal.org//wp-content/uploads/sites/15685/2016/08/fiche-17-Privilegier_la_boucle_locale_alimentaire_cle013a46.pdf

Associée à la proposition d’étiquetage CO2 à la calorie, on tient là un levier de développement de la boucle locale alimentaire saine et durable.

3- Faut-il s’interdire de sortir du cadre de l’alimentation pour trouver des solutions ?

Cette troisième question est celle de l’enjeu de la production agricole en général : par exemple la rénovation énergétique du bâti existant à base de chanvre peut être source d’activité dans la plus grande région céréalière de France qu’est l’Île de France. Il n’est pas interdit de faire pousser ce chanvre, matériau isolant, demandant peu d’entrants, en assolement triennal avec des céréales.

Plus globalement, on peut faire mieux encore en raisonnant « métabolisme du territoire » : l’alimentation, les éco-matériaux, les éco-énergies poussent à la campagne et sont consommées en ville. Pourquoi raisonner métabolisme ? Par exemple pour associer productions agricoles et zones d’activités pour une première transformation des récoltes, celle qui permet de capter de la valeur ajoutée, créer du lien social ville-campagne et développer l’emploi. Et bien d’autres avantages.

Quelques fiches action en ce sens sont accessibles depuis http://agirlocal.org/a-la-une/ et notamment la fiche : « et si les ZAE étaient acteurs de l’indépendance alimentaire des territoires ? » p89-92 du document outil téléchargeable.

 

4- Comment donner une dimension économique à la transition écologique et sociale agricole ?

Cette quatrième question peut être abordée par le revenu agricole. Curieusement, il n’existe pas de smic de l’agriculteur. Est-il un entrepreneur comme un autre ? La réponse est a priori négative : il est le seul à produire de l’alimentation, des énergies et des matériaux bio-sourcés. Ce qui au vu des enjeux demande de le traiter à part : la solution à la transition écologique et sociale est dans la valeur comparative à donner à ces éco-productions en regard du pillage des ressources fossiles. D’autant qu’en territoire périphérique, il est au fondement d’une activité économique non délocalisable.

Comment ? En créant une force susceptible de contrer les activités économiques nuisibles, pire, mortelles, s’agissant des gaz à effet de serre. Cette force est nécessairement d‘ordre public. Prosaïquement elle touche au fondement de ces activités économiques nuisibles, c’est à dire au portefeuille. Il est proposé une taxe à la néga-valeur ajoutée ou plus simplement dit une taxe à la destruction ajoutée. Spécifique, fonctionnant comme la TVA, elle frappe l’emploi des ressources fossiles à la source et tout au long de leur chaine de production et d’exploitation.

Assise sur les émissions de gaz à effet de serre émises à chaque pas de production mais aussi spécifiquement sur les quantités de déchets chimiques produits et disséminés, elle contre le modèle économique dominant qui pille les ressources naturelles au détriment des générations futures. Appliquée sur les lieux de consommation quels que soient les lieux de production sur la planète, elle concoure à la résolution des 3 questions précédentes et peux régler celle du revenu des agriculteurs : au bout, rien n’empêche en effet d’en capter une partie pour assure un smic à chaque exploitant agricole, indépendamment des variations des cours des marchés mondiaux.

En outre, une telle taxe est de nature à faire évoluer le calcul du PIB vers celui du Bonheur National Brut, en soustrayant du PIB la « valeur ajoutée » des productions destructrices. Une idée à développer.

les métropoles face au défi climatique

Les métropoles face au défi climatique :

Jouer le bien être contre le climat

En une vie d’homme, la population mondiale a triplé, de 2,5 à 7,5 milliards. La population urbaine est passée de quelques centaines de millions à 4 milliards.

La classe moyenne et supérieure mondiale a quadruplé, à 2 milliards : 4 fois plus en 4 fois moins de temps.

La consommation d’énergie fossile est en conséquence, ainsi que la déforestation.


Le résultat est là : depuis le début des années 50, la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère est passée de 300 à plus de 400 ppm.

Au rythme actuel, le seuil fatidique de concentration de 450 ppm sera franchi dans les années 2030, avec la hausse de 2°C qu’il entraîne ; et les effets de seuil irréversibles que les spécialistes s’accordent à reconnaitre.

Les villes sont responsables de la majeure partie de ces émissions. La classe moyenne et supérieure mondiale est concentrée en majeure partie dans les villes et plus encore dans les métropoles.

Le métabolisme urbain né de l’utilisation massive des énergies fossiles, fruit d’un siècle de développement accéléré, n’est plus soutenable en l’état. Si nous ne le prenons pas au sérieux, le changement climatique va claquer comme une porte au nez de la prospérité urbaine, réelle ou espérée. On aime la ville, le bien être, la prospérité après lesquels chacun court : les métropoles du XXIème siècle et leurs territoire seront d’abord bas carbone ou ne seront pas.

C’est l’ensemble du système de production des richesses, de consommation des ressources, de mobilité des hommes et des biens qu’il faut repenser.

Homi Kharas

Qu’en est-il ici, en France ? Notre pays est-il prospère ? Oui. Vivons nous en paix ? Pour l’essentiel, oui, même si le terrorisme est sur notre territoire et tue. Vivons nous mieux que nos parents et nos grands-parents ? A l’aune du niveau de vie, oui. Notre pays est-il envié par beaucoup de pays ? Oui.

La situation est-elle la même dans tous les pays ? Oui et non. Les pays développés ne sont pas les émergents qui ne sont pas ceux qui cherchent à se développer.

Qu’on le veuille ou non, nous dépendons les uns des autres. Cet article est une contribution : pour écarter la menace climatique dans le plaisir de vivre ; vu de France

Un regard sur la longue durée vaut le détour.

L’argent public manque lit-on. Mais à population constante et euros constants, la 6éme puissance mondiale a 7 fois plus d’argent public qu’en 1950. Un ouvrier, un employé des années 2000 a autant de pouvoir d’achat qu’un cadre des années 30. Le RSA, la CMU sont des choix uniques au monde. Le pouvoir d’achat a été multiplié par 7, l’espérance de vie a augmenté de 14 ans.

En revanche, dans cette même longue durée, nous avons selon Piketti (Le capitalisme au XXIème siècle), la même répartition de richesse mondiale qu’en 1914. Quelques dizaines d’individus concentrent autant de richesse que la moitié de l’humanité. En France, 8,8 millions de pauvres, ont moins de 60% du revenu médian ;

Et encore plus déterminant, insistons : en moins de 30 ans, la classe moyenne et supérieure mondiale a quadruplé. La consommation d’énergie fossile en est une conséquence, ainsi que la déforestation. Et si la courbe d’émissions de CO2 est restée à peu près sur la même pente, cela tient à l’augmentation de la part du nucléaire et du gaz dans le mix énergétique mondial, moins émissif. Malgré cette toute relative compensation, le résultat est là : nous sommes à 3 ans de franchir le seuil des 415 ppm demandé par la COP 21 ; le seuil fatidique de concentration de 450 ppm sera franchi dans les années 2030, avec la hausse de 2°C qu’elle entraine.

Pour les sceptiques, il existe un thermomètre, à Mauna Loa dans le pacifique qui mesure depuis les années 50 cette concentration en ppm : https://www.co2.earth/. Incompréhensible les ppm ? Ils fonctionnent comme les degrés de notre thermomètre ; on ne connait pas bien la définition du degré mais chacun sait qu’à 40°C vous allez d’urgence à l’hôpital, à 42°C vous êtes mort.

Ce danger mortel nous l’avons créé.

Nous sommes le problème, nous sommes la solution.

A l’échéance des années 2030, l’enjeu majeur est-il le bâtiment neuf, l’écoquartier, la nouvelle ligne de transport? Non : à raison de 1% de renouvellement par an de la ville et la campagne, 95% des émissions de gaz à effet de serre seront alors le fait de ce qui existe aujourd’hui sous nos yeux. L’enjeu majeur est la réinvention écologique de la ville et de la campagne existantes et non celles qui se construisent demain. Une réinvention qui améliore santé, sécurité, bien être, biodiversité et lien social. Mais ce n’est pas ce que nous faisons.

Et s’il s’agit bien de changer notre vie de tous les jours, faut-il laisser dans chaque pays quelques milliers de grands décideurs s’en occuper au risque du grand saut dans l’inconnu ou voulons nous mettre dans la balance les initiatives et les énergies des centaines de millions de familles qui peuplent nos villes et nos campagnes, et parmi elles les entrepreneurs, et les élus locaux ?

C’est un choix qui demande d’y voir clair à l‘échelle de la planète et d’agir en conséquence sur son territoire, bien au delà de l’action habituelle des élus : planifications en tout genre, routine municipale et action des services gestionnaires ; mais aussi bien au delà de notre quotidien que cela passe par notre manière de nous nourrir, de consommer ou de partir en vacances ; et tout autant par nos responsabilités professionnelles, de la photocopie à nos véhicules en passant par les achats, les transports, les énergies, les produits et services fabriqués. Chaque produit, chaque achat est un vote.

Qui a intérêt à agir ?

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les riches ont autant intérêt que les pauvres à écarter la menace climatique. Cela tombe bien : plus on est riche, plus on émet de gaz à effet de serre, plus on a de moyens de les réduire: 2 milliards d’humains sur 7,5 sur la planète, en grande partie dans les villes. En France, 80% des ménages, la quasi totalité des entrepreneurs, des élus, font partie de la classe moyenne mondiale. Cela pose question. D’autant plus que nous pouvons traiter la transition et l’inclusion l’un par l’autre; et passer d’un modèle distributif pur à un modèle économique qui demande d’inclure les plus pauvres pour faire tourner l’économie ; et éviter les catastrophes climatiques dans lesquelles il seront en première ligne.

Comment ?

Les gouvernements ont depuis longtemps constaté que la moitié des émissions de gaz à effet de serre relevait des comportements individuels, c’est à dire échappait aux politiques, aux lois et à leurs pouvoirs d’incitation ou de coercition. La proximité est clé. Les projets locaux déterminants.

Une réduction d’un tiers de nos émissions nous donnerait une dizaine d’années de plus pour écarter la menace climatique. A l’expérience, des petits changements de comportements d’habitants, d’entrepreneurs, d’élus, peuvent réduire quasi instantanément nos émissions de 20%, nos dépenses avec, en améliorant notre état de santé. Voir des propositions pour habitants, entrepreneurs, élus locaux en page d’accueil de www.agirlocal.org

Avec un peu plus de temps, 3 exemples, massifs à l’échelle de leur territoire :

A Cergy-Pontoise, 200 000 habitants-100 000 emplois-27 000 étudiants, la permaculture permettrait de créer sur les 1250 ha agricoles de l’ordre d’un millier d’emploi pour 74 aujourd’hui, très qualifiés et peu qualifiés : le désherbage ou le glyphosate pour faire court.

A la Défense, le quartier d’affaires est chauffé au fuel lourd à basse teneur en souffre, amené en train. Le remplacer par du bois le transformerait instantanément en quartier durable. Et permettrait de passer un contrat de région à région pour assurer l’approvisionnement et passer du déficit du commerce extérieur au PIB d’emplois non délocalisables.

Avec la Caisse des dépôts, l’Etablissement Public Foncier Île-de-France, Grand Paris Aménagement, ICADE, AREP, Saint Ouen l’Aumône et Plaine Commune, un travail de 6 mois a été réalisé par une dizaine de jeunes professionnels sur le devenir des zones d’activités. Parmi l’un des 10 projets proposés, celui sur la production d’énergie photovoltaïque et de lien social recèle un gisement national de production équivalent à celle de 17 réacteurs nucléaires.

Donc il y a matière ; mais comme l’a dit un de nos élus, nous ne pouvons pas continuer à décider au petit bonheur la chance, Il nous faut agir efficace, de façon organisée sur nos territoires, massivement. Tel n’a pas été le cas à ce jour.

Comment converger, sans se coordonner lourdement ?

Une boite à outil a été réalisée en ce sens en Île de France ces 10 dernières années par plusieurs milliers de techniciens, d’habitants, d’entrepreneurs, d’élus locaux. Validée par l’association des maires Île de France, elle propose un tableau de bord à la commune et des actions, des projets, démonstrateurs, reproductibles. La méthode a fait ses preuves. Voir la suite sur www.agirlocal.org

Une deuxième piste d’organisation a été travaillée par l’un des groupes de travail société civile du Grand Paris. A rebours de la planification à la française (plans, hyperplans, Rantanplan…), il propose de :

  • Construire un plan climat, libérant les énergies des millions de décideurs du Grand Paris.
  • Construire une vitrine à projets démonstrateurs, aptes à être répliqués et exportés.
  • Créer un fonds transition pour des (petits) projets, innovants, reproductibles.

http://agirlocal.org/groupe-transition-de-la-metropole-du-grand-paris/

Sans compter le besoin d’une ingénierie, tiers de confiance, plutôt publique que privée. De quoi mobiliser massivement.

Et le bien être dans tout ça ?

Faire des économies, réduire la pollution et les émissions de gaz à effet de serre, améliorer sa santé, la biodiversité de nos territoires; reproduire ou inventer des actions, des projets, créateurs d’emplois, de richesses de toutes sortes et de lien social, réducteurs d’inégalités, dans le plaisir de vivre ;

Traiter la transition et l’exclusion, l’une par l’autre en faisant en sorte que l’économie exige des emplois peu qualifiés et non pas le fasse par charité ; et monter en compétences, en éducation, en culture, contribuer à améliorer sa sécurité, à diminuer l’immigration climatique, maitriser autant que possible sa vie, notre destin collectif, assurer un avenir à nos enfants, vivre en paix.

 

 

 

La vie au XXI ème siècle

Les métropoles face au défi climatique :

Jouer le bien être contre le climat

 

En une vie d’homme, la population mondiale a triplé, de 2,5 à 7,5 milliards. La population urbaine est passée de quelques centaines de millions à 4 milliards.

La classe moyenne et supérieure mondiale a quadruplé, à 2 milliards : 4 fois plus en 4 fois moins de temps.

La consommation d’énergie fossile est en conséquence, ainsi que la déforestation.

Le résultat est là : depuis le début des années 50, la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère est passée de 300 à plus de 400 ppm.

Au rythme actuel, le seuil fatidique de concentration de 450 ppm sera franchi dans les années 2030, avec la hausse de 2°C qu’il entraîne ; et les effets de seuil irréversibles que les spécialistes s’accordent à reconnaitre.

Les villes sont responsables de la majeure partie de ces émissions. La classe moyenne et supérieure mondiale est concentrée en majeure partie dans les villes et plus encore dans les métropoles.

Le métabolisme urbain né de l’utilisation massive des énergies fossiles, fruit d’un siècle de développement accéléré, n’est plus soutenable en l’état. Si nous ne le prenons pas au sérieux, le changement climatique va claquer comme une porte au nez de la prospérité urbaine, réelle ou espérée. On aime la ville, le bien être, la prospérité après lesquels chacun court : les métropoles du XXIème siècle et leurs territoire seront d’abord bas carbone ou ne seront pas.

C’est l’ensemble du système de production des richesses, de consommation des ressources, de mobilité des hommes et des biens qu’il faut repenser.

Homi Kharas

Qu’en est-il ici, en France ? Notre pays est-il prospère ? Oui. Vivons nous en paix ? Pour l’essentiel, oui, même si le terrorisme est sur notre territoire et tue. Vivons nous mieux que nos parents et nos grands-parents ? A l’aune du niveau de vie, oui. Notre pays est-il envié par beaucoup de pays ? Oui.

La situation est-elle la même dans tous les pays ? Oui et non. Les pays développés ne sont pas les émergents qui ne sont pas ceux qui cherchent à se développer.

Qu’on le veuille ou non, nous dépendons les uns des autres. Cet article est une contribution : pour écarter la menace climatique dans le plaisir de vivre ; vu de France

Un regard sur la longue durée vaut le détour.

En France, l’argent public manque lit-on. La 5éme puissance mondiale est à court d’argent. Mais le PIB, le fameux produit intérieur brut, la richesse que nous produisons chaque année, a cru de 285 milliards d’euros à 2097 milliards en 65 ans. Les prélèvements obligatoires sont passés de 30 % à 45 % dans la même période. A population constante et euros constants, nous avons à peu près 7 fois plus d’argent public qu’en 1950. Un ouvrier, un employé des années 2000 a autant de pouvoir d’achat qu’un cadre des années 30.

Outre la retraite et l’assurance maladie de ceux qui travaillent et leur famille, le Revenu Minimum d’Insertion et la Couverture Maladie Universelle pour les sans ressources sont des choix uniques au monde. Le seuil de pauvreté pointe 8,8 millions de pauvres, à moins de 60% du revenu médian français : à ce niveau la quasi-totalité de la population française était elle pauvre en 1960 ? Non mais nous avons beaucoup progressé : le revenu brut des ménages est passé de 32 milliards à 1342 milliards dans la période, le pouvoir d’achat a été multiplié par 7, l’espérance de vie a augmenté de 14 ans.

Si l‘on porte le regard à l’échelle du monde, la quasi totalité des prestations sociales mondiales est servie dans les pays développés ; une toute petite partie de la population mondiale. Nous sommes les mieux dotés.

Ne serions nous pas, en dépit des discours sur le déclin français, des enfants gâtés-pourris ?

Bon le trait est sommaire mais dans les années 70, il fallait attendre 3 ans pour avoir le téléphone fixe ; dans la France profonde ? Non, à Cergy-Pontoise. Pour l’enseignement, l’hôpital, le cinéma, les grands magasins, il y avait Paris à 35 km et c’est tout. Depuis, la métropole est passée de 7 millions à 12 millions d’habitants. Et Cergy est classée première pour son dynamisme, devant Neuilly et Versailles, villes bien habitées.

Pour le logement, besoin de base, le parc ancien était sans salle de bain, avec les WC sur le palier pour un grand nombre d’entre eux. Dans la campagne lointaine ? Non, à Paris.  En France, le nombre de mètres carrés de logement par personne est passé de 31m2 en 1984 à 40 en 2006.

Dans une étude, non publiée, d’une direction régionale Île de France du ministère en charge de la transition écologique et solidaire, le constat est fait que tous les franciliens ont les équipements d’enseignement, de santé et de sport de base à moins de 20mn de chez eux.

Mon grand père partait en vacances à 25 km de chez lui, 15 jours ; mon père à 1500 km, 3 semaines; depuis l’invention des charters, je pars à l’autre bout du monde, 4 voir 5 semaines par an.

Aujourd’hui un français qui n’a pas son téléphone portable et le coût mensuel qui va avec, n’est pas un citoyen à part entière. Bientôt son compte Facebook. Et quoi encore ? 10 jouets par enfant et par fête ? A Noel, pour son anniversaire, et plus à l’occasion ; un spin hand par exemple. Pourquoi pas 20, 30, 50 ? Une caisse de doudous ? Une pièce dédiée aux jouets dans le logement ? Une appli qui les cataloguent et une puce dans chaque doudou pour les retrouver facilement ? Mieux des jeux intersidéraux. 18 h par jour puisqu’il n’y a pas de travail pour tout le monde. C’est bon pour la nouvelle économie et pour l’industrie de la lunette, la croissance quoi.

Keynes écrivait dans une série d’articles sur la crise mondiale de 29 quelque chose comme : quand on voit ce que les riches font de leur argent, je ne suis pas sûr de vouloir être riche[1]. Il pronostiquait aussi la satisfaction de tous les besoins de base à courte échéance ; et plus: un niveau de vie pour tous identique à celui d’un cadre supérieur des années 30 en quelque sorte. C’est quoi être riche ? Millionnaire, milliardaire dans l’évaluation de ce que l’on laissera à ses héritiers ? Ou vivre bien dans un pays en paix ? Pouvoir vivre des intérêts des intérêts de son capital ou bien se réaliser tout au long de sa vie ? Être ou avoir ?

Difficile de l’admettre mais à l’aune de la longue durée, notre problème français n’est pas une question de niveau de vie. La cinquième puissance mondiale qu’est la France est outrageusement riche. 80 % de sa population relève de la classe moyenne et supérieure mondiale : 500 millions d’individus à l’échelle de la planète il y a seulement 20 ans, 2 milliards aujourd’hui.

En revanche, dans cette même longue durée, la démonstration de Thomas Piketti[2] est éloquente : nous avons la même répartition de richesse mondiale qu’en 1914. Quelques dizaines d’individus concentrent autant de richesse que la moitié de l’humanité. L’exclusion territoriale domine la scène internationale comme régionale. Comme d’habitude ? Oui si l’on en croit l’historien Fernand Braudel[3]. L’histoire, ça fait du bien au regard que l’on porte sur la réalité : la croissance sans fin des inégalités économiques, sociales, culturelles rend la planète toujours plus invivable, dangereuse. « Les hommes étant ce qu’ils sont et non ce qu’ils devraient être » avait dit le Général de Gaulle ; nous devons remettre le rocher au sommet de la montagne.

Comme d’habitude donc ? A un élément nouveau près, qui inverse les priorités, sans les effacer, une évidence que nous ne regardons pas vraiment en face : c’est cette classe moyenne et supérieure mondiale qui émet la quasi totalité des gaz à effet de serre, en quasi totalité depuis les métropoles : à coup d’énergies fossiles, de chimie et de déforestation programmée par la demande. Et nous subirons tous les conséquences dramatiques du changement climatique qui en résulte, riches ou pauvres, quelle que soit notre localisation sur la planète. Le PIB n’est plus ce qu’il était.

Qui parmi nous pense le contraire ? Mais qui agit vraiment en conséquence ?

Pourtant nous avons devant nous un problème vital, bien plus dangereux qu’une guerre mondiale fabriquée par les inégalités : un danger mortel que nous avons créé. Une situation que nous pouvons changer parce que nous sommes le problème et donc la solution.

Le mur du changement climatique est devant nous, tout près.

Répétons le, l’urgence climatique a une échéance : le début des années 2030. A cette date, et au rythme actuel, nous aurons franchi les 450ppm de concentration de gaz à effet de serre qui déclenchent le réchauffement de 2°C de l’atmosphère.

Nous sommes à 3 ans de franchir le seuil des 415ppm et du 1 ,5 °C de réchauffement  considéré comme limite par le GIEC et souhaité lors de la COP 21 à Paris. Une COP qui conduit à un réchauffement de 3,5°C.

Pour les sceptiques, il existe un thermomètre, situé à Mauna Loa dans le pacifique qui mesure depuis les années 50 cette concentration en ppm[4]. Incompréhensible pour le plus grand nombre? Les ppm fonctionnent comme les degrés Celsius du thermomètre ; vous ne connaissez pas forcément la définition du degré Celsius mais vous savez prendre votre température et agir : à 40°C vous allez d’urgence à l’hôpital, à 42°C vous êtes mort.

Préférerions nous être des fauteurs de guerre ou changer nos habitudes ?

Lorsque l’avoine vient à manquer dans les mangeoires, les chevaux se battent dit un vieux proverbe. Tempêtes, inondations, sécheresses, récoltes détruites, allons nous manger du pétrole ? Non. Catastrophisme ? Selon Jean Jouzel, la référence française du GIEC, « pas besoin de faire de catastrophisme : la situation est catastrophique »[5]Nos pères et grands-pères ont su combattre pour un monde meilleur. Serions nous incapables de nous mobiliser pour écarter la menace climatique et les dangers qu’elle fait peser sur nos vies ? Et pour vivre mieux ?

Ce qui renvoie à une question : allons nous prendre au sérieux la menace climatique, avec l’obligation de résultat qui en découle ? Allons nous établir un cadre pour agir massivement ? Avec des outils, des financements pour faire des projets efficaces, reproductibles, là où nous sommes, c’est à dire là où nous pouvons en décider ? Et une visibilité qui permette d’échanger les meilleurs projets d’une métropole à l’autre ? Allons nous nous en servir pour réduire les inégalités, ramener de la sécurité, améliorer notre santé, notre pouvoir d’achat, notre bien être, ou retournons nous à nos habitudes ? Si ce n’est pas le cas, une question se pose :

Que remet en cause l’état de fait climatique ?

La nouveauté du phénomène remet en cause nos façons de penser et d’agir.

A l’échéance des années 2030, l’enjeu majeur est-il le bâtiment neuf, l’écoquartier, la nouvelle ligne de transport? Non : à raison de 1% de renouvellement par an de la ville et la campagne, 95% des émissions de gaz à effet de serre seront le fait de ce qui existe aujourd’hui sous nos yeux. L’enjeu est la réinvention écologique de la ville et de la campagne qui sont sous nos yeux et non celles qui se construisent et s’aménagent demain  Une réinvention qui traite l’enjeu climatique donc mais aussi de santé, de sécurité, de bien être, et de lien social qui vont avec.

Et s’il s’agit bien de changer l’existant, alors c’est de notre vie de tous les jours qu’il s’agit : dés lors faut-il laisser dans chaque pays quelques milliers de grands décideurs s’occuper de notre vie au risque du grand saut dans l’inconnu ou voulons nous mettre dans la balance les initiatives et les énergies des centaines de millions de familles qui peuplent nos villes et nos métropoles, et parmi elles d’entrepreneurs, et d’élus locaux ?

Penser global-agir local, à plusieurs centaines de millions, cela dépend d’abord de ceux qui détiennent les mandats locaux, quel qu’ils soient. Vrai, faux ? Vrai pour ma part mais cela dépend aussi de chacun de nous.

Cela demande d’y voir clair à l‘échelle de la planète et d’agir en conséquence sur son territoire avec ses habitants, ses entrepreneurs locaux, ses élus ; bien au delà de l’action habituelle des élus : planifications en tout genre, routine municipale et action des services gestionnaires ; mais aussi bien au delà de notre quotidien que cela passe par notre manière de nous nous nourrir, d’acheter ou de partir en vacances, et encore par nos responsabilités professionnelles, de la photocopie à nos véhicules en passant par les achats, les transports, les énergies, les produits et services fabriqués. [6]

Mais alors, aurons nous le temps de faire tout cela à temps?

Le franchissement des 450ppm est-il inéluctable à l’horizon des années 2030 ?

Il reste un peu de temps pour retarder ce franchissement: une réduction d’un tiers de nos émissions nous donnerait une dizaine d’années de plus pour écarter la menace climatique. A l’expérience, des petits changements de comportements peuvent réduire quasi instantanément nos émissions de 20%, nos dépenses avec, en améliorant notre état de santé.[7]

Peux-t-on revenir durablement sous cette barre ?

Si les consommations et productions locales, les flux de personnes, de marchandises, de connaissances et d’argent qui entrent et sortent de nos territoires sont la cause des émissions de gaz à effet de serre, nous devons identifier et partager les pistes de changement massifs à suivre, urbaines et rurales, locales et globales. Changer ce métabolisme des territoires veut dire en particulier arrêter de ne s’intéresser qu’à la construction neuve, aux transports nouveaux, aux écoquartiers. Et mettre la priorité sur le changement de l’existant : l’isolation des bâtiments existants par exemple, qui consomment 43% de l’énergie en France. Et par la même créer de l’emploi.

La vie dans les métropoles et les campagnes qui les nourrissent, au XXIème siècle, en dépend.

Y a t-il place pour une transition pacifique ?

Nous y avons tous intérêt. Les plus démunis d’abord, car ils sont comme toujours en première ligne. Mais pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les riches ont autant intérêt que les pauvres à écarter la menace climatique. Cela tombe bien : plus on est riche, plus on émet de gaz à effet de serre, plus on a de moyens de les réduire: 80% des ménages français, la quasi totalité des entreprises, tous les élus. 2 milliards d’humains sur 7,5 à l’échelle de la planète, en grande partie dans les métropoles.

Sommes nous à l’échelle de la menace ?

A plusieurs centaines de millions, oui. Les gouvernements, qu’ils soient démocratiquement élus ou pas, ont depuis longtemps constaté que la moitié des émissions de gaz à effet de serre relevait des comportements individuels, c’est à dire échappait aux politiques, aux lois et à leurs pouvoirs d’incitation ou de coercition. En ce sens, la proximité est clé, les projets locaux déterminants.

Quels projets locaux sont effectivement portés? Combien d’élus, de responsables de territoires se sont mis sérieusement à un objectif zéro carbone, avec leurs habitants, leurs entrepreneurs, leur conseil d’élus et leurs services ?

Peut-on vraiment transformer cette menace en opportunité de développement harmonieux de nos territoires, villes, quartiers ou rural délaissés ? En création d’emploi et de lien social ?

Prenons trois exemples franco-français, en devenir :

A Cergy-Pontoise, 200 000 habitants, 100 000 emplois, 27 000 étudiants, 1250 ha sur une dizaine de milliers sont agricoles ; La permaculture permettrait de créer de l’ordre d’un emploi à l’hectare, soit plus d’un millier d’emploi  pour 74 aujourd’hui : du peu qualifié et du très qualifié.

A la Défense, le quartier d’affaires est chauffé au fuel lourd à basse teneur en souffre. Remplacer le fuel, amené en train, par du bois le transformerait instantanément en quartier durable. Et permettrait de passer un contrat de région à région pour assurer l’approvisionnement avec le Limousin ou la Normandie par exemple. Gagnant-gagnant.

Avec des acteurs français majeurs et deux grands territoires (la CDC, l’EPFIF, GPA, ICADE, AREP, Saint Ouen l’Aumône et Plaine Commune), un travail de 6 mois a été réalisé par une dizaine de jeunes professionnels sur le devenir des zones d’activités. Un nouveau regard et 10 projets en sont sortis dont un projet de production d’énergie renouvelable et de lien social qui recèle un gisement de production équivalent à celle de 17 réacteurs nucléaires.

Il y a matière donc ? Il semble ; mais nous ne pouvons pas continuer à décider au petit bonheur la chance, pour reprendre l’expression d’un de nos élus. Il nous faut agir efficace, de façon organisée sur nos territoires.

Comment s’organiser sur le terrain ?

A l’initiative d’une direction régionale du ministère en charge de l’écologie, un projet a été réalisé en ce sens en Île de France ces 10 dernières années par plusieurs milliers d’acteurs locaux : techniciens, habitants, entrepreneurs, élus locaux. La boite à outil résultante a été validée par l’association des maires Île de France. Selon une enquête réalisée en 2013, la moitié des décideurs franciliens en la matière la connaissent, le quart l’utilise.

Vous trouverez ces travaux, organisés et hiérarchisés sur www.agirlocal.org ; en poupées gigognes : 20 lignes, 2 pages, 20 pages… selon votre temps disponible.

Ils présentent de quoi en savoir plus pour y voir clair sur la menace climatique et convaincre, comment utiliser cette boite à outil qui traduit les enjeux planétaires en vie quotidienne comme les kwh de bâtiment, les km de déplacements, ou les corridors de biodiversité, comment choisir, reproduire ou inventer sur chaque territoire des actions, des projets, des démonstrateurs efficaces, reproductibles sur des gisements stratégiques identifiés.

Ils servent à faire des économies, réduire la pollution et les émissions de gaz à effet de serre, améliorer sa santé, la biodiversité de nos territoires; à reproduire ou inventer des actions, des projets, créateurs d’emplois, de richesses de toutes sortes et de lien social.

Comment converger, gouvernements et acteurs locaux, sans se coordonner ?

Une deuxième piste d’organisation a été travaillée à l’occasion de la création par le gouvernement de la métropole du Grand Paris. Avec les élus, le préfet en charge de la mission de préfiguration avait créé un lieu d’échanges et de propositions par la société civile : le conseil des partenaires socio-économiques. L’un des groupes de travail avait pour objet la transition énergétique. Il s’est adossé aux travaux réalisés dans la foulée du Grenelle de l’environnement : décisions politiques, législatives, territorialisation des 10 enjeux du Grenelle, schémas directeurs, la boite à outil, et deux ans de réflexions des grands groupes du CAC 40 associés aux territoires et leurs syndicats.

Le constat qui en ressort est sans appel : la métropole compte plusieurs millions de décideurs,-habitants, entreprises, élus-, qui importent 90% des énergies dont ils ont besoin, émettent 80 % des émissions de CO2 de la région et s’exposent par millions à un air pollué.

En regard, la planification à la française est inadaptée ; avec humour le groupe la caractérise par trois mots : plans, hyperplans, rantanplan.

De ce fait, la mise en place de la métropole du Grand Paris apparaît comme une opportunité de passer à l’acte massivement, selon d’autres chemins, pour faire face à la menace climatique, dans le plaisir de vivre.

Avec cette évidence : au cœur de la région île de France, la métropole agit sur des territoires très au-delà de ses strictes frontières administratives. Elle peut jouer un rôle moteur, avec les quelques 20 autres métropoles de rang international dans le monde.

Lourde responsabilité.

Le groupe fait trois propositions :

– Organiser un plan climat proactif, libérant les énergies de ces millions de décideurs.

En commençant par leur fournir des données publiques à l’échelle communale, pour qu’ils connaissent leur impact sur la planète, une boite à outils pour mesurer l’efficacité des programmes et projets par des indicateurs ; et un cadre d’action identifiant les gisements stratégiques : réduction du CO2, pollution, précarité énergétique, développement de l’emploi… De quoi fabriquer des projets démonstrateurs reproductibles sur les gisements stratégiques identifiés comme les réseaux de chaleur, la logistique, les tiers lieux, le vélo. Avec la certitude de converger, sans nécessité de se coordonner dans l’action au delà du nécessaire : projet par projet.

– Construire une vitrine à projets démonstrateurs, aptes à être répliqués et exportés.

A plusieurs millions, il y a toutes chances de réinventer les mêmes projets. D’où l’intérêt d’une vitrine métropolitaine, favorisant les initiatives, aidant à les faire émerger, installant une ingénierie, tiers de confiance, mettant en valeur les démonstrateurs et accompagnant leur démultiplication. Une vitrine qui permet d’échanger de région à région, d’aller dans le sens d’une réponse française à des appels d’offres internationaux. Une sorte de coordination a posteriori.

– Créer un fonds transition pour des projets, innovants, reproductibles.

La raison d’être d’un fonds transition est de donner le coup de pouce qui déclenche des projets qui ne verraient pas le jour autrement. Paradoxalement, les petits projets demandent plus de temps pour trouver des financements que pour être réalisés ; quand ils en trouvent. A fortiori en phase d’émergence, quand il s’agit de subventionner leur lancement ; ou quand le porteur du projet est dans l’incapacité de s’endetter sur la durée d’amortissement.

Et le bien être dans tout ça ?

Faire des économies, réduire la pollution et les émissions de gaz à effet de serre, améliorer sa santé, la biodiversité de nos territoires; reproduire ou inventer des actions, des projets, créateurs d’emplois, de richesses de toutes sortes et de lien social, réducteurs d’inégalités, dans le plaisir de vivre ; monter en compétences, en éducation, en culture, contribuer à améliorer sa sécurité, à diminuer l’immigration climatique, maitriser autant que possible sa vie, notre destin collectif, assurer un avenir à nos enfants, vivre en paix. What else ?

[1] John Maynard Keynes, sur la monnaie et l’économie, petite bibliothèque Payot, P176.

[2] 1000 pages mais elles valent la peine. Thomas Piketti, Le capitalisme au XXIème siècle, sinon, au moins Wikipedia.

[3] Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, champs, histoire. P 94-95 et 115 à 120 ; le livre de Piketti répond à l’appel de ces 6 dernières pages.

[4] https://www.co2.earth/

[5] http://www.lejdd.fr/societe/rechauffement-climatique-pour-jean-jouzel-climatologue-nous-navons-que-trois-ans-pour-agir-3409817

[6] voir par exemple : http://agirlocal.org/groupe-transition-de-la-metropole-du-grand-paris/ et le ppt synthétique présenté aux élus.

[7] http://agirlocal.org/ page d’accueil

5 questions clé à votre député

5 questions pour évaluer la capacité de votre député à contrer la menace climatique.

  • Le changement climatique est-il naturel ou les hommes en sont-ils la cause ?

Selon les scientifiques du climat, la probabilité que ce soit l’humanité qui fabrique la menace climatique est de 98%, autant dire une certitude. Posez lui la question ; s’il dit le contraire, vous avez des questions à vous poser. Nous sommes le problème, nous sommes la solution.

  • Existe-t-il un thermomètre du climat qui permette de mesurer l’urgence climatique ?

Depuis 1958, une station scientifique à Mauna Loa (Hawai), loin de toute émission parasite donc, mesure la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ; nous avons dépassé 408 ppm ce mois de juin 2017; à 3 ans d’ici nous aurons franchit le déclenchement du réchauffement de 1,5°C ; passé 450 ppm, les 2°C de réchauffement sont irréversibles. A la vitesse à laquelle l’humanité émet et accélère ses émissions, nous franchirons ces 450 ppm au début des années 2030. Si votre députét fait des discours et des plans à l’horizon 2050, 2100, c’est comme si votre médecin vous expliquait ce qu’il fera pour vous après que vous ayez passé les 42° de fièvre.

  • Faut-il faire des bâtiments à énergie positive, des éco-quartiers, des lignes de transport nouvelles ou changer la ville et le territoire tels qu’ils sont aujourd’hui ?

A raison de 1% de neuf par an, à 15 ans d’ici, 85% des m2 bâtis seront ceux qui existent aujourd’hui ; avec les nouvelles réglementations thermiques, 95% des émissions de gaz à effet de serre seront le fait de nos territoires tels qu’ils sont aujourd’hui. Le neuf n’est pas un enjeu. L’enjeu est la réinvention écologique, énergétique de nos villes et campagnes qui sont sous nos yeux : la réinvention de leur métabolisme. Par la permaculture par exemple et bien d’autres actions, projets, démonstrateurs. Qu’en dit votre député ?

  • Qui peut décider de changer ce métabolisme des villes et des territoires ?

Nous : en France nous sommes 30 millions de décideurs, autant que de ménages, de propriétaires de voitures, et parmi nous d’entrepreneurs et d’élus. Notre force est considérable, encore faut-il connaître notre impact sur la planète, seul ou localement pour y voir clair et choisir les actions, les projets les plus efficaces. Nous avons besoin d’informations, de données publiques fiables, simples, gratuites, à la commune. Là où nous pouvons en décider. Les émissions de CO2 par exemple. Votre député a-t-il identifié les décideurs que nous sommes et la force de changement que nous pouvons constituer s’il s’en occupe ?

  • Que propose votre député ?

La COP 21, les politiques et lois nationales, les grandes régions, sont nécessaires, pas suffisantes. La nourriture, les éco-matériaux, les éco-énergies poussent à la campagne et sont consommés en ville. Là, nous pouvons penser global et agir local. Votre député s’occupe-t-il de vous fournir un cadre, des informations publiques, une organisation et un financement pour que vous puissiez bâtir des projets locaux efficaces avec les autres habitants, entrepreneurs, élus locaux?

Si vous souhaitez renforcer votre argumentaire, allez sur la rubrique y voir clair pour les enjeux climatiques, la rubrique outils pour des données publiques à la commune, et les rubriques actions, projets, démonstrateurs pour des projets locaux efficaces. Voir aussi l’article transition Grand Paris qui vertèbre cette proposition d’articuler les injonctions nationales et les initiatives locales ; et prône une émergence financée des initiatives locales dans un cadre organisateur.

Et si rien ne bouge, prenez l’initiative. Nous sommes 30 millions de familles, d’entrepreneurs, d’élus locaux.