note citoyens-élus-préfet

V6-13 avril 2020

Proposition d’organisation transverse, Préfet-Elus-Volontaires

à l’échelle du Val d’Oise.

Au 13 avril

Devant la pénurie persistante de masques, peux-t-on fabriquer localement et vite des masques, des sur-blouses ? Pour les hôpitaux et cliniques le président de la République a assuré faire ce qu’il faut avec les caractéristiques requises, en priorité dans les 25 départements les plus touchés (24 mars); c’est aujourd’hui fait (13 avril) y compris pour les soignants de ville en Val d’Oise.

Pour tous les autres qui sortent de chez eux pour faire tourner le pays, nous n’y sommes pas encore : caissières, mainteneurs, agriculteurs, services publics (cheminots, gendarmes, policiers …), salariés du public et du privé, commerçants…

Partout en France et sans attendre qui que ce soit, des couturières se sont mises à la fabrication de masques pour leurs proches, pour leurs voisins dès l’annonce du confinement. Puis ces invisibles sont devenus progressivement visibles ; Elles restent livrées à elles-mêmes.

Cette esquisse d’organisation et de dynamique locale est d’abord un appel à les soutenir, à leur fournir les matières premières, le modèle AFNOR publié le 27 mars, les meilleurs tutoriels, l’achat et la distribution des tissus, le ramassage des masques leur stérilisation et leur distribution, par une organisation citoyenne, transverse aux Préfet, Elus et Volontaires qui se veut sérieuse, efficace, améliorable.

Et qui est proposée à l’échelle départementale pour transcender les positions partisanes.

La version précédente date du 25 mars.

I- Enclencher une dynamique  municipale d’organisation et de production :

Ressources  en fournitures, volontaires et modes de faire :

Ce très rapide récit de la montée en charge est éclairant de la valeur ajoutée de l’organisation proposée et améliorée jour après jour par celles et ceux qui se sont constitués en « collectif95covid19 » :

A Jouy le Moutier (16 000 habitants) une couturière a fabriqué 200 masques, sans le modèle afnor. Tandis que dans le même temps cet appel lancé le 20 mars sur Linkedin et par 400 mails à des Val d’oisiens le 24 mars, déclenchait une organisation purement citoyenne ; ce 13 avril, un Facebook rassemble plus de 300 personnes à Jouy. Le 500ème masque a été livré vendredi. Une trentaine de couturières sont au travail.

A Vauréal (16 000 habitants), première maire à s’engager dans cet appel, le DGS est aux manettes depuis le 27 mars ; 3 cadres sont affectées à cette mission : organisation des couturières et recrutement, achat de tissu, distribution puis récupération des masques par des agents communaux, stérilisation dans les machines à laver des écoles et de la crèche, distribution selon les besoins locaux.

A Ennery (2000 habitants) la municipalité lançait dans le même temps la fabrication de masques pour l’EPAHD (le maire aussi, coud). 150 masques sur modèle CHU Grenoble puis a rejoint l’appel, juste après Vauréal. Et Ennery est passé au masque afnor publié sur agirlocal.org avec le tutoriel écrit rédigé par Jouy le Moutier puis le tutoriel vidéo fabriqué par Cergy et le collectif95 qui s’est organisé entre-temps.

Le DGS de Vauréal s’est aussi porté volontaire avec son équipe pour rassembler les couturières isolées dans le Val d’Oise et relayer l’appel dans le réseau des DGS du département.

Les maires de Maurecourt (4000 Habitants) puis de Cergy (63 000 habitants) se sont engagés à leur tour.

La première réunion du collectif a eu lieu en vidéoconférence le 31 mars. Le groupe projet rassemble au 31 mars 20 citoyens, élus ou maires de 9 communes (Auvers sur Oise, Bouffemont, Cergy, Ennery, Jouy le Moutier, l’Isle Adam, Maurecourt, Nesles la vallée, Vauréal) plus les deux soutiens ESSEC et Université de Cergy-Pontoise.

Les quelques 160 volontaires inscrits ce matin sur l’appel sont de 35 communes (dont 1 de l’Oise et 2 des Yvelines, voisines).

VOLONTAIRE DANS LE VAL D’OISE, S’INSCRIRE

En réalité, ils sont plutôt de l’ordre de 300 au travail, au vu des dire du groupe projet.

Le 7 avril, à la 2ème vidéoconférence du groupe projet, nous en avons conclus :

« Chaque volontaire, association, commune, chaque intercommunalité organise comme elle l’entend les couturières (et couturiers, il y en a maintenant quelques uns) et l’appui qu’elle entend leur apporter ».

II-Comment étendre méthodiquement la mobilisation et l’organisation ?

L’organisation proposée pour généraliser leurs initiatives à l’échelle du Val d’Oise résulte de l’ambition de produire massivement, efficacement, selon des caractéristiques validées au national, en l’occurrence les spécifications AFNOR.

A noter qu’à ce jour, aucune intercommunalité ne s’est engagée en Val d’Oise, le préfet non plus (10 intercommunalités en Val d’Oise, 8 en réalité, pour un peu moins de 200 communes). Ce n’est pas le cas à Orléans par exemple où la communauté d’agglomération s’est engagée, avec le préfet et l’autre intercommunalité, celle de Montargis.

Proposition :

Les maires, les présidents des intercommunalités (qui connaissent par cœur leur territoire, ses ressources et ses acteurs), appellent relais d’opinion et entreprises.

Sans attendre, les citoyens prêts à fabriquer appellent spontanément leurs relations puis leur mairie avec les noms et téléphones des volontaires ou groupe de volontaires. Mail de confirmation comme proposé ci-après.

Remontée vers le Préfet et la Présidente du Conseil départemental pour coordonner les prise de décisions nécessaires : financement des achats, qualité des processus de fabrication et logistique. (Via l’intercommunalité pour concentrer l’information ?) :

Le processus complet peut se coder par type d’acteurs locaux ; mots clé : achats, méthodes, fabrication, qualité, logistique, gestion de projets.

Pour accroitre l’efficacité collective, six tandems chefs de projet-agent préfectoral sont à constituer. Chaque tandem va piloter de façon autonome une étape du processus : achats, méthodes, fabrication, logistique, gestion de projet.

III- Trois questions à traiter : mise en relation organisée, méthodes et logistique.

1-La mise en relation des acteurs locaux pour actions coordonnées et complémentaires :

« Comme chaque heure continue de compter, c’est le téléphone qui marche dans un premier temps.

Puis les citoyens se portent volontaires par écrit, s’il le peuvent sur : https://bit.ly/3dnqDdd ce qui permettra de savoir s’il l’on en reste à 300 volontaires dans le Val d’Oise ou s’il y en a 5 000, (une famille sur cent), ce qui peut tout changer. Cela ne tient qu’à nous.

Cette liste d’engagés volontaires permet de s‘assurer de mettre en relation les couturières et les organisateurs, tous, sans en perdre au passage, notamment les isolés.

Les deux tableaux des couturières organisatrices et des organisateurs en appui, sont affichés sur ce site. A noter l’interlocutrice Val d’Oise de la DGS de Vauréal pour les isolées et l’interlocutrice des communes rurale, adjointe au maire d’Ennery :

MANQUE DE MATERIEL, LIVRER LES MASQUES ? CONTACTS

DISPONIBLE POUR AUTRE CHOSE QUE LA  COUTURE ? CONTACT

Pour la traçabilité, il est proposé un mail de déclaration de volontariat, adressé au maire, copie la préfecture prefecture@val-doise.gouv.fr, avec cet objet : stopcovid-19-Val d’Oise-mot clé-nom de la commune-nom de l’auteur du mail.

Les mots clé : ils correspondent aux tandems chefs de projet-agent préfectoral à constituer pour piloter de façon autonome les étapes du processus : achats, méthodes, fabrication, logistique, gestion de projets.

La signature du mail comporte également nom prénom et téléphone.

Voir mail type ici : http://agirlocal.org/mail-de-declaration-de-volontariat/

Au lancement, la préfecture met en relation et valide les tandems Val d’Oise chefs de projet-agent préfectoral.

Puis les tandems s’organisent avec les volontaires associés (achats, fabrication et logistique : a priori par intercommunalité ou bien commune pour les plus peuplées) et mettent leur organisation en copie à la préfecture et au département. Ils conservent leurs mails envoyés et reçus.

En savoir plus :

L’APPEL A FABRICATION, POURQUOI ? POUR QUI ? COMMENT

2-La méthode de fabrication et sa qualité

Elles engagent le résultat : aujourd’hui, les spécifications AFNOR et la stérilisation des masques sont assurées avant livraison soit par les services municipaux, soit par les volontaires là où le maire ne s’est pas engagé

3-La logistique :

Elle est déterminante dans le processus : achats, livraison, (fabrication efficace et stérilité après fabrication), acheminement des fournitures, récolte et transport des masques et sur-blouses.

Appel aux mairies pour la distribution des fournitures aux couturières (iers) et acheminement par les agents municipaux, ramassage, stérilisation et distribution des masques.

Les besoins sont ceux des actifs qui sortent de chez eux pour continuer à faire tourner le pays: caissières, mainteneurs, agriculteurs, services publics, services privés…

La question de l’économie du système se pose alors, en même temps que celle de la sortie du confinement. Pourquoi un retoucheur local, une petite entreprise textile ne pourrait-elle pas produire en nombre sur la base de patrons standardisés, à partir de matières premières normées ? Et vendre sa production de masques ou sur-blouses pour couvrir au moins leurs coûts de production ? A la vitesse à laquelle la production des 300 000 machines à coudre pour nos soignants pourrait satisfaire leur demande, on pourrait alors faire un pas de plus vers une sortie de crise.

La même organisation locale peut tenir à jour les besoins et les ressources. Apprendre en marchant.

IV- Condition de généralisation méthodique du processus et évaluation de la production potentielle  

C’est le Préfet qui déclenche le processus opérationnel de généralisation méthodique au Val d’Oise en désignant les tandems, en mettant en relation les volontaires, en organisant les circuits, en assurant les contrôles nécessaires, avec la légitimité de la puissance publique. Puis le pilote avec la présidente du conseil départemental.

Nous, citoyens, pouvons développer le processus en nous portant volontaires.

6 puis 8 millions de masques par semaine ont été annoncés par le gouvernement (22 mars), ils arriveront dans les semaines qui viennent.

Il y a 30 millions de familles en France; a raison d’une volontaire sur 100 et 7 masques fabriqués par jour, 5 jours sur 7, nous pourrions fabriquer 10  millions de masques en France par semaine. Autant que ce qui est annoncé, beaucoup plus si nécessaire.

Les préfets ont la main.

Pour relayer l’appel en Val d’oise : http://agirlocal.org/relayer-lappel/

Le 24 mars j’écrivais : A l’échelle citoyenne, je diffuse par réseaux sociaux, depuis le 20 mars, les versions successives de cette proposition (la V5 est du 26 mars) et par mails ce 24 mars, à partir du site de l’association « Agir pour le Climat » dont je suis le délégué Val d’Oise, (400 mails environ).

Ce 13 avril, les premiers posts Linkedin ont totalisé plus de 2000 vues, le post avec vidéo d’1mn22 du 6 avril, 2132 vues à lui tout seul. 844 pages de www.agirlocal.org, support de cette initiative ont été vues la journée du 7 avril, dernier jour où le comptage du site a fonctionné.

NB La version du 25 mars de cette note, c’est ici. La progression est visible

 

About agirlocal

2 thoughts on “note citoyens-élus-préfet

  1. J’aimerais participer mais je ne sais pas coudre et je n’ai pas le matériel. Par contre, si je peux aider avec mon expérience de community manager débutante en formation, contactez moi.
    Patricia

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *