VELO ELECTRIQUE, Luxe ou choix d’économie et de bien-être ?

VELO ELECTRIQUE,

 Luxe de privilégié ou choix d’économie et de bien-être ?

 

1-Un achat de 2000 euros pour 900 euros d’économie par an :

2 000 euros, c’est le prix d’achat de mon vélo électrique pour mon noël.

250 euros, c’est la subvention qu’a décidée l’agglomération de Cergy-Pontoise pour l’achat d’un vélo électrique. L’investissement net est donc de 1750 euros.

506 euros par an, c’est ce que me coûte mon parking à la gare ; le parking à vélo fermé est gratuit. J’économise 506 euros par an.

5 000 km, c’est mon kilométrage annuel en voiture (la deuxième, elle a 12 ans d’âge) ; coût : 50c du km. Je vais transférer sur mon vélo au moins la moitié de mes parcours à moins de 5 km : un millier de km donc. Avec quelle économie ?

L’assurance-voiture me coûte chaque année 250 euros mais je vais continuer de la payer. Les autres coûts de la voiture sont proportionnels aux km parcourus. L’assurance du vélo est incluse dans celle de ma maison. Le prix de la charge de la batterie au km est dérisoire. Moyennant quoi, chaque fois que j’utilise mon vélo, j’économise plus de 40c du km, et donc au moins 400 euros par an pour 1000 km.

Avec le parking, l’économie totale s ‘élève à plus de 900 euros par an : je récupère le coût d’achat de mon vélo électrique tout confort en moins de deux ans. Son espérance de vie, batterie incluse est plutôt de 8 ans. Taux de rendement de cet investissement de 2000 euros, 45% avant subvention de  l’agglomération. C’est beaucoup mieux que la caisse d’épargne, 3 fois ce que les actionnaires cupides attendent du rendement de leurs fonds propres. Et encore, je garde ma deuxième voiture, sinon, c’est un treizième mois. Vous avez dit luxe ?

2- Ma santé, mes impôts et la menace climatique 

Si j’en crois une étude du Ministère en charge de l’écologie sur l’effet de la pratique du vélo sur la santé, le transfert d’un déplacement sur cinq sur le vélo économise 15 milliards d’euros par an à la sécurité sociale, environ 300 euros par personne de plus de 6 ans. Probablement parce qu’on est en meilleure santé. Je veux bien le croire, c’est un peu comme si on faisait du sport.

Quant au CO2, les émissions du vélo électrique au km sont négligeables ; tandis que ma deuxième voiture affiche 150 gCO2/km en nominal, c’est à dire 300 gCO2/km en réel ; les 1000 km à vélo réduisent mes émissions de CO2 de 300 Kg par an.

Et je ne vous parle pas de la pollution évitée.

3- Et ça roule ?

Vous verriez mes gants jaune-fluo tous neufs au bout du guidon ; mais bon, les parcours laissent à désirer : 2-3% du linéaire à traiter pour être en confortable plus quelques panneaux qui homogénéisent les limitation de vitesses ou aident à se diriger ; au pire le coût de quelques dizaines de mètres de voierie neuve, pas de quoi ruiner mon agglo de 200 000 habitants, 100 000 emplois et 27 000 étudiants.

Je vais emprunter la camera frontale de mon gendre pour pointer les passages désagréables. C’est plus parlant pour nos élus et leurs services.

4- Et si la question se posait plutôt en sortant de la gare pour aller au travail ? 

Ca tombe bien, à Cergy-Pontoise nous avons deux gares desservant deux zones d’activité totalisant 25 000 emplois, à moins de 3km. Et nous n’avons effectivement pas réglé cette question insoluble : comment desservir une surface avec une ligne de transport ? Même quand la ligne dessert la surface en se tortillant, la capacité des bus n’est pas suffisante aux heures de pointe, ni la fréquence de passage aux heures creuses.  Ce doit être pour ça que les trois quarts des employés viennent au travail en voiture. Il y a là de quoi faire.

La commission transition de Cergy-Pontoise que je préside s’est mise en tête de développer un projet vélo pour répondre à cette question à partir des deux gares : un vélo, comme la marche à pied permet d’aller où on veut, à n’importe quelle heure, encore plus si c’est un vélo électrique qui efface les dénivelés.

Mais allez voir ce projet ; il est argumenté et réfléchi. Vous pouvez y glaner des informations, un cahier des charges, l’adapter et le reproduire chez vous, dans le sens domicile travail ou l’inverse : http://agirlocal.org/projet-velo/

Et si vous, habitants, entrepreneurs, élus, voulez faire d’autres économies en modifiant juste un peu vos comportements, allez sur la page d’accueil du site www.agirlocal.org

About agirlocal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *