pourquoi comment agir local

1er décembre 2020  V du 18-12

 

« Lavez vous les mains et tout ira bien »

Graeme MacKay et un dessinateur argentin; source INTA, texte imv

Télécharger cet article au format pdf: Pourquoi-comment V18-12

 Pourquoi agir local ?

La démarche agir local, repose sur un constat et une ouverture : 

25 COP et 15 ans de politiques nationales de transition n’ont ni diminué, ni même limité les émissions de gaz à effet de serre. Elles croissent en France comme le constate le Haut Conseil pour le Climat.

C’est pourquoi il est proposé d’emprunter un chemin que nous avons pas essayé : l’action locale, méthodique, outillée, massive.

Ce qui n’exclut évidemment pas les actions internationales et nationales mais vise à les compléter en s’articulant avec elles, en mode projet, locaux, efficaces.

La démarche Agirlocal a plusieurs vertus : l’acceptabilité est discutée sur les lieux de vie, les projets sont à portée de décision locale, les gains de pouvoir d’achat, de bien être et d’emplois aussi. les lobbies auront plus de mal à la contrer.

Cette démarche, Agir local, demande de créer les conditions de son efficacité :

A l’expérience, pour être efficace, l’action locale demande une ingénierie publique tiers de confiance et une vitrine à projet :

– L’ingénierie publique pour franchir les falaises techniques, institutionnelles, financières qui se dressent devant les acteurs des projets locaux.

– La vitrine à projets pour ne pas réinventer l’eau sucrée aux quatre coins des territoires.

Ce que l’association Agirlocal vous propose de construire.

Cette construction des conditions d’efficacité ne part pas de zéro ; 

Elle est commencée de longue date, avec l’ingénierie publique tiers de confiance développée dans plusieurs institutions et associations depuis une vingtaine d’années mais aussi avec le site  www.agirlocal.org  ébauche d’une vitrine à projets notamment de trois projets démonstrateurs et une dizaine de projets et deux douzaines d’idées de projets.

Pour autant les moyens engagés à ce jour ne sont plus à la hauteur de l’urgence climatique et plus encore ils ne sont pas organisés pour faire masse.

La démarche d’identification nationale de 50 projets locaux efficaces et leur mise en vitrine est une étape clé à franchir en ce sens

Comment agir local :

l’appel à identification  

Pourquoi ? Pour réduire de 80% nos émissions dans les deux mandats municipaux qui restent avant le déclenchement des 2°C de réchauffement.

Qu’est-ce qu’on y gagne ? Réduire nos émissions de CO2e à coup de projets locaux efficaces fait gagner du pouvoir d’achat et du bien être, fait monter en compétences les acteurs locaux, développe l’emploi local, diminue la pauvreté, invente une nouvelle forme de démocratie dans l’action.

Comment ? En passant à l’action là où nous vivons, c’est à dire là où nous pouvons en décider, du citoyen à la Région.

Avec qui ? Avec les habitants, les entrepreneurs, les élus locaux, avec les autres territoires et leurs forces vives, projet par projet, sans autre préalable que l’accord sur un projet et un territoire donnés.

Comment se reconnaître de territoire à territoire? En déclarant l’urgence climatique dans nos communes, nos territoires, pour échanger, monter des communautés de projet, aux bonnes échelle de territoire.

Avec quels projets ? Avec des petits projets car il est trop tard pour les grands projets, trop longs à mettre en œuvre dans le temps qui reste ; nous avons besoin de penser local pour agir global, d’inventer et reproduire méthodiquement des petits projets efficaces, massivement. Dans 4 champs d’action de réduction mesurables nourriture, déplacements, bâtiments, énergies renouvelables et 2 champs d’action transverses biodiversité et éducation populaire-formation.

Faut-il réinventer 50 projets efficaces ? Non, de nombreux projets ont été menés à bien sur le territoire national (et ailleurs). C’est l’objet de cette proposition d’appel : les identifier, mesurer leur efficacité locale et nationale ; les mettre en vitrine pour que chacun les adapte et les reproduise sur son territoire. En invente d’autres quand c’est nécessaire. Si vous ne le croyez pas, en voici une première liste ; elle va de l’idée de projet formulée à 3 démonstrateurs reproductibles : http://agirlocal.org/liste-50-projets/

Comment identifier ces 50 projets efficaces ?  Cette note de méthode fournit une première liste de projets, des outils de mesure, une proposition d’organisation locale, une fiche type et un exemple de remplissage de la fiche : https://agirlocal.org/50-projets-methode-format-du-rendu/

Comment partager et s’approprier localement ce projet global ? Cette note décrit les enjeux et les développe en 10 pages illustrées : https://bit.ly/395wCRp

Comment transposer 50 projets sur mon territoire ? Pour peu que l’on soit maire d’une commune de 1000 habitants, la question paraît ridicule. Elle l’est si on en reste là. Pour ne pas en rester là, cette proposition : https://agirlocal.org/50-projets-sur-mon-territoire/

D’où partir sur notre territoire ? De l’empreinte carbone de nos communes : un tableur de calcul à la commune de l’empreinte carbone a été construit à partir des données du HCC. Il est gratuit, inclus dans un kit transition où l’on trouve quelques projets et de quoi s’informer et se former ; il vous est proposé cet indicateur simple, fédérateur, pour mesurer l’efficacité d’un projet: la tonne de CO2 économisée à l’euro dépensé : http://agirlocal.org/kit-transition-locale/

Si Copenhague est en passe de réussir zéro émissions carbone sur la période 2009-2025, pourquoi pas nous ?

Vendredi 11 décembre, nous avons mis en place l’organisation nécessaire pour les trier et les mettre en vitrine avec une  association à laquelle nous  vous invitons à adhérer : contact@agirlocal.eu

Samedi 19 décembre, nous avons lancé cet appel national à identification d’une cinquantaine de  projets locaux efficaces à impact climatique démontré: https://agirlocal.org/50-projets-organisation-et-calendrier/

About agirlocal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *