REV rénovation énergétique

Comment faire des économies de chauffage quand on est en maison individuelle ? A Cergy-Pontoise les maisons ont été souvent bâties par dizaines à partir de quelques plans type. Pour une bonne raison, construire moins cher, en mutualisant les coûts d’études et travaux de construction. Ce qui s’appelle faire des économies d’échelle. D’où l’idée de mutualiser pour économiser aussi le coût de la rénovation énergétique de nos maisons : isoler nos maisons ensemble, pour avoir un meilleur résultat et des prix, en se groupant pour passer commande : audit énergétique, études puis travaux.

A l’initiative d’un service régional de l’Etat, la DRIEA, relayé par la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, quelques propriétaires dans un groupe de 105 maisons ont tenté la démarche. Et se sont associés pour mener à bien le projet : REV comme rénovation énergétique du Valmoutier, compte une vingtaine d’adhérents : de quoi rester au moins à dix au moment de la commande des travaux et avoir des prix en passant des commandes groupées, chacun commandant ses travaux selon ses moyens.

Le projet comprend deux volets, l’un opérationnel pour faire la démonstration que ça marche, l’autre pédagogique pour pouvoir le reproduire. Il y a de quoi : 20 000 logement ont été construits sur ce mode à Cergy-Pontoise, de l’ordre de 10 millions en France :

Côté opérationnel, à fin janvier 2018, 13 familles ont engagé la phase d’études, dite de maitrise d’oeuvre, au cours d’un rendez-vous programmé en assemblée générale; cette fois sans aucun financement de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise.

En effet, pour lancer ce projet pionnier, Cergy-Pontoise  a financé l’audit à 80%. Ce qui a ramené l’audit mutualisé à un coût de DPE individuel, mais avec des prestations sans comparaisons. Un audit sérieux donc, qui permet de savoir d’emblée quels types de travaux sont efficaces pour quel prix approximatif : de quoi décider maison par maison. Ainsi la démonstration a été faite qu’un diagnostic énergétique permet d’éviter bien des mauvais choix.

Pour donner une idée, si rien n’a été fait sur la maison depuis sa construction, l’audit a évalué :

  • Les coûts des travaux d’isolation possibles, évalués comme si ces travaux étaient commandés individuellement par chaque propriétaire :

Ils vont de 8 000 à 80 000 euros maximum (quand on va jusqu’à la production d’électricité photovoltaïque). Ces travaux reviendront moins chers donc si la maison a déjà été un peu isolée ces 30 dernières années ; encore moins avec les subventions ; et encore moins en se groupant : de l’ordre de 30% sur ces premières estimations.

  • Les économies d’électricité :

elles vont de 24% à 49 % ; il s’agit d’énergie dite finale, celle que l’on paye. En acceptant de changer un peu de comportement, jusqu’à 10% sont gagnables sur la facture à l’année. Voir habitants

  • Les économies de CO2 :

elles vont de 0,7 à 2,4 TeCO2 par an ; le français moyen émet environ 9 TeCO2 par an.

  • La valeur patrimoniale de la maison :

elle est augmentée de 6000 à 18 000 euros.

Du fait de sa reproductibilité, ce projet pionnier a reçu le soutien financier et technique de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, de l’ADEME et de la DTT (ex DDE). Cergy-Pontoise a inscrit cette opération dans le PLH, le plan local de l’habitat, approuvé à l’unanimité par le conseil communautaire.

Pourquoi faut-il faire maintenant des études ?

Pour une raison simple, ces chiffrages correspondent à une maison type, supposée inchangée depuis la construction, sans aides publiques et en commandant les travaux individuellement. L’étude permettra d’affiner ces chiffres en tenant compte

  • de la maison de chacun et des travaux qui ont déjà été réalisés,
  • des subventions auxquelles le propriétaire a droit : avec la loi transition et quel que soit le revenu, 30% des coûts des matériaux, (plafonné à 16 000 euros pour 2 personnes), un prêt à taux zéro et une TVA à taux réduit ; plus de subventions selon les niveaux de revenu.
  • de la réduction de prix résultant de l’achat groupé, totalisant ce que chacun a décidé.

Exemple de scénario d’économies :

L’audit a présenté 10 actions d’économie d’énergie et une de production d’électricité photovoltaïque. Puis 4 scénarios combinant ces actions.

L’intérêt d’un échange avec le sachant est de construire un scénario qui adapte l’investissement aux moyens et aux comportements de chaque famille ;

Par exemple, la famille Martin a retenu la solution de base en y ajoutant l’isolation par l’extérieur d’une partie des murs de sa maison (pignon).
En se regroupant avec les autres propriétaires, son investissement travaux est de 11 000 € (hors aides) au lieu de 16 000 € (soit 30 % d’économies).

Dès la première année, les économies d’énergie permettent à la famille Martin de payer ce qu’elle a à rembourser (sur la base d’un apport personnel de 1 000 €, sauf changement de comportements qui permettent un apport zéro)

500 à 1 000 € d’études en amont des travaux (selon le bouquet de travaux choisi) sont à ajouter à cette dépense. 1000 à 2000 € d’études si le propriétaire veut commander seul.

Grâce à ces travaux, la valeur de leur maison augmentera de 10 000 €, et elle émettra 0,9 TeCO2 de moins par an.

Pour en savoir plus sur le montage du projet :

Cahier des charges opérationnel mutualiser pour économiser

Cahier des charges pédagogique

Le projet s’appelle REV, rénovation énergétique du Valmoutier, du nom de l’association d’habitants qui se sont pris en charge pour le mener à bien, avec l’appui de la communauté d’agglomération  Projet associatif & Statuts. Leur enquête de consommation, menée porte à porte a servi à lancer l’association avec 75 réponses sur 105 maisons. Les consommations annuelles des maisons, toutes construites en 1982, varient de 1 à 4… Question de travaux d’isolation faits au fil de ces 30 dernières années mais aussi de comportements.

Côté opérationnel, on profite du mode de décision individuel, beaucoup plus simple que celui de la copropriété, pour monter un groupement de commande pour chacune des trois étapes, diagnostic énergétique, études travaux; ainsi, à chaque étape, chacun peut adapter sa commande à ses capacités financières. Mais on demande aussi l’appui technique de la communauté d’agglomération pour garantir la bonne fin de l’opération, s’assurer que les résultats seront au rendez vous.

Dans le jargon, cela s’appelle une assistance à maîtrise d’ouvrage qui va écrire les cahiers des charges, aider les propriétaires à choisir les bons prestataires et à réceptionner les travaux avant de payer. Cette AMO est payée par la CACP, pour reproduire l’opération, contribuer au développement de filières économiques locales et de l’emploi, des éco-matériaux et de la formation. Voir la présentation au comité consultatif de l’agglomération:  Plénière comité consultatif

Côté pédagogique, il a été fait appel à une association de professeurs et de cadres d’entreprises ficheREVTPline. Elle fabrique des travaux pratiques sur internet à partir d’installations existantes : une machine outil à Bordeaux, le passage du TGV sur le pont d’Avignon soumis au mistral…

Vous voulez utiliser voire co-construire des travaux pratiques comme professeur de collège, de lycée, de classes préparatoires ou comme cadre de l’industrie? Accédez à toutes les activités de TPline, aux travaux pratiques en particulier, et aux “grains de connaissances” voulus par l’éducation nationale : TPline

Il a été aussi fait appel aux ressources pédagogiques de l’agglomération : le lycée Galilée, pour des projets d’élèves en sciences et techniques de l’ingénieur développement durable et l’université de Cergy-Pontoise, pour un mémoire de Master.  soutenance

Grâce à un financement de TPline par la CACP, 2 maisons, la bleue et la rouge qui dépense deux fois plus que la bleue, ont été instrumentées pour mesurer en temps réel les kwh consommés. Le résultat s’affiche sur internet : http://valmoutier.tpline.eu : les variations au jour le jour peuvent aller de 1 à 8. Si vous êtes professeur, vous y trouverez aussi les grains de connaissance des nouveaux programmes de l’éducation nationale. Pour une fiche de synthèse du projet :  synthèse REV .

De quoi penser travaux efficaces et comportements attentifs, gagner de l’argent et réduire nos émissions de gaz à effet de serre, former et développer l’emploi.

A l’échelle France, une division par deux des consommations de ce type de logements économise  chaque année 75 000 Gwh (75kwhef/m2*100m2* 10 millions), soit 7,5 milliards d’euros par an (à 10 centimes le kwh) et  13,5 millions de Teco2 (75kwhef/m2*180g/kwhef*100m2* 10 millions).