covid19 análisis y herramientas

El desarrollo de la epidemia en Europa fue 3 meses por delante de América Latina

Los análisis y herramientas que hemos desarrollado en Francia en una emergencia, posiblemente pueden ayudar :

Presentación

Aquí hemos traducido y presentado artículos seleccionados del sitio web frances que puede usar y modificar como mejor le parezca.

En Francia, la EMERGENCIA DEL CORONAVIRUS me llevó a utilizar mis habilidades como director de proyecto y este sitio web para una iniciativa ciudadana de fabricación masiva y local de máscaras artesanales, tratendo de articular les actionnes de los ciudadanos, los funcionarios electos y el prefecto.

En la práctica y en el sitio web, las costureras han sido privilegiadas (hay pocas modistas). La organización trató de facilitar su trabajo.

La producción se detuvo a principios de junio, cuando terminó la escasez.

Para darle una comprensión integral, los análisis y herramientas que hemos desarrollado en una emergencia pueden ayudar; se han agrupado en el orden en que podrían mostrarse en su sitio.

Jean Michel Vincent

PS Extractos:

El riesgo de contaminación y propagación aumenta en invierno. De hecho, en francia los científicos esperan una segunda ola alrededor del otoño, cuando los virus respiratorios regresen con el frío.

Hasta que encontremos una cura y una vacuna, el virus es peligroso. La vuelta al trabajo de un gran número de voluntarios a partir del 11 de mayo (en francia) secó la producción de máscaras de tela, afnor, acentuando el déficit. Con o sin los jubilados y los trabajadores activos involucrados, el número de víctimas y la recuperación económica no será la misma.

COVID-19: LLAMAMIENTO

PARA LA FABRICACIÓN DE MÁSCARAS ARTISANAL,AFNOR

1.Tutoriales

Esta página ha sido vista más de 8000 veces, más allá de los cientos de voluntarios de esta fábrica ciudadana.

El tutorial dirigido por una miembra del asociación, en 6mn40(en francés)

Tutoriel Flavia

Un tutorial con consejos adicionales sobre la elección del tejido adecuado, en 25 minutos:

Un tutorial sobre cómo quitar una máscara de forma segura. En 1mn20, dirigido por un hospital francese : https://bit.ly/2RVchrk

Descargue los dos patrones (http://agirlocal.org//wp-content/uploads/sites/15685/2020/03/AFNORSpec-S76-001-MasquesBarrieres-AnnexeC-patrons.pdf) : valla plisada y pico de pato. La más simple es la máscara de barrera plisada.

Descargue el extracto de fabricación (http://agirlocal.org//wp-content/uploads/sites/15685/2020/03/extrait-fabrication.docx)

: recomendaciones para prendas de vestir hechas a mano y especificaciones para la fabricación y el lavado.

Descargue el extracto de uso

(http://agirlocal.org//wp-content/uploads/sites/15685/2020/03/extrait-utilisation.docx)

Si no quiere permanecer aislado, si quiere ser contado, si quiere ser más numeroso y mejor organizado, inscríbase como voluntario ( https://bit.ly/3dnqDdd ).

Descargar la ficha completa: AFNORSpec-S76-001-MaskBarrieres

http://agirlocal.org//wp-content/uploads/sites/15685/2020/03/AFNORSpec-S76-001-MasquesBarrieres.pdf

También utilizar los carteles para el uso correcto de una máscara, publicado en la norma por el INRS :

http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=A%20758

http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=A%20759

Estos tutoriales son validados por las agencias sanitarias francesas, si tiene problemas de distribución con las máscaras puede ser una solución por un particular o por una comunidad lanzada en una fábrica ciudadana. De nuestro parte fue un éxito, un modelo común a todos permite de facilitar el organización y así el reclutamiento de nuevos participantes.

2.Ejemplo organización fábrica ciudadana

Para ponerse en contacto con los organizadores, estas 2 tablas de contacto se actualizan a medida que la organización se desarrolla; una para las costureras, la otra para los organizadores. 

3.Demostrador COVID-19

Nuestro prototipo de fábrica ciudadana:

Frente a la escasez de material (máscaras, sobre-blusas…), la asociación Agir pour le Climat se ha movilizado para proteger a los que salen cada día a recorrer el país: trabajadores sanitarios, limpiadoras, cocineros, secretarias, cajeros, recolectores de basura, trabajadores de mantenimiento, agricultores, camioneros, repartidores, trabajadores ferroviarios, policías, vigilantes, comerciantes…

El 20 de marzo, en una región francesa, el Val d’Oise, lanzamos un llamamiento a los ciudadanos y alcaldes para hacer máscaras artesanales que cumplan las especificaciones de la AFNOR. Ocho alcaldes se han inscrito hasta la fecha. Cincuenta voluntarios de 35 comunas se están coordinando para desarrollar esta llamada del 20 de marzo. La ESSEC y la Universidad de Cergy-Pontoise participan en esta iniciativa.

Sólo en una ciudad, Jouy-le-Moutier, se fabricaron y entregaron en pocos días más de 500 máscaras, 21.361 máscaras de 400 costureras en 10 ciudad desde el 13 de mayo.

Los procesos de desarrollo y fabricación de esta fábrica ciudadana se han formalizado a posteriori. Vea estos diagramas (en francés) :

Lanzar, fabricar, desarrollar y reproducir la fábrica ciudadana

NINGUNA FÁBRICA PUEDE ALINEAR 300.000 MÁQUINAS PARA SER COSIDAS

SIN UNA INVERSIÓN DE UN EURO

SIN UN SOLO DESPIDO CUANDO LLEGUE EL MOMENTO

ESTA INICIATIVA CIUDADANA LO HACE.

FRENTE A LA INMEDIATA EMERGENCIA DEL COVID 19,

ACCIÓN CLIMÁTICA « PENSAR LOCAL PARA LA ACCIÓN GLOBAL ».

SE TRASLADA A LA CRISIS SANITARIA

La fábrica ciudadana es uno de los objetivos del asociasion, ella funcione con la ayuda de la comunidad, puede recrear la en cualquier lugar o país. Este es un ejemplo del poder de la comunidad; no necesite mucho para actuar por la mejoracion del medioambiente. Si tiene tiempo libre y quiere mejorar su situación en esta crisis, prueba lanzar un sistema en su comunidad, puede ser muy pequeño en primero pero el importante es de aumentar el interés por sus maneras eficientes y fácil.

4.Llamamiento ciudadano

Esta página ha sido vista más de 4600 veces, más allá de los cientos de voluntarios de esta fábrica ciudadana.

Covid 19: Ayudar a los que salen a trabajar para mantener el país en marcha, llamamiento para la fabricación local de máscaras artesanales:

Podemos cooperar y hacer máscaras artesanales (AFNOR, agencia sanitaria francesa) para ayudar a todos aquellos que salen a trabajar para dirigir el país, en el sector público y privado, incluyendo el personal que rodea a nuestros cuidadores: limpieza, cocina, secretariado…

I-YO… ¿POR QUÉ?

Aplaudir a los trabajadores de la salud todas las noches a las 8pm les hace bien, ayudarlos nos ayuda a todos. Una no impide la otra. Hay todos los demás que salen de sus casas para dirigir el país, en primer lugar en los hospitales y en los EHPAD: personal médico, amas de llaves, cocineros, secretarias pero también cajeros, trabajadores de mantenimiento, agricultores, ferroviarios, gendarmes, policías, empleados públicos y privados, comerciantes… Respetamos las reglas de confinamiento, para los cuidadores, para nosotros Y tratamos de ayudarlos.

6 semanas y luego, 8 millones de máscaras por semana fue anunciadas por el gobierno en las semanas que vienen (22 de marzo). Dada la persistente escasez de máscaras, ¿pueden fabricarse localmente y con rapidez máscaras y camisetas?

Para todos aquellos que dejan sus hogares para dirigir el país, a partir del 13 de abril, aún no estamos allí: cuidadores, amas de casa, cocineros, secretarios, cajeros, recolectores de basura, trabajadores de mantenimiento, agricultores, camioneros, repartidores, trabajadores ferroviarios, gendarmes, policías, comerciantes…

Hay 30 millones de familias en Francia; a razón de una familia voluntaria de cada 100 y 7 máscaras hechas al día, 5 días a la semana, podríamos hacer 10 millones de máscaras artesanales (según las especificaciones de la AFNOR) en Francia, por semana. Tanto como se anuncia, mucho más si es necesario.

Depende de nosotros demostrar que es posible, con esta certeza:

Ninguna fábrica puede poner en línea 300.000 máquinas de coser sin un solo euro de inversión, sin un solo despido cuando llegue el momento.

II- ¿CÓMO?

En toda Francia y sin esperar a nadie, las costureras comenzaron a hacer máscaras para sus parientes y vecinos tan pronto como se anunció el confinamiento. Entonces estos invisibles se hicieron gradualmente visibles; permanecen abandonados a sí mismos.

Esta convocatoria propone una organización a escala departamental para ayudarles a producir masivamente, de manera eficaz, según las características validadas por la AFNOR: suministrarles las materias primas, el modelo AFNOR publicado el 27 de marzo, los mejores tutoriales, la compra y distribución de los tejidos, la recogida de las máscaras, su esterilización y distribución, por una organización ciudadana, transversal a los Prefectos, Oficiales Electos y Voluntarios, que sea seria, eficaz, mejorable, transpolítica.

Desde la compra hasta la fabricación y la entrega, se necesita un poco de organización para obtener un resultado masivo:

¿Cómo adaptar la oferta a la demanda a lo largo del tiempo?

3 tipos de actores trabajan en paralelo:

            El gobierno para los cuidadores, en las instituciones, en las ciudades y en el campo, comprando, requisando.

            La industria textil, que se ha organizado para producir máscaras de forma voluntaria y luego venderlas.

            Se trata de una iniciativa ciudadana para hacer cuanto antes las máscaras necesarias para los 10 millones de personas que trabajan hoy en día, 30 millones un poco más tarde, y para los otros 30 millones más que salen, aunque sea para ir de compras.

Entonces, ¿cómo los reconcilias para producir en masa máscaras artesanales y parar cuando llegue el momento?

Pasando gradualmente el testigo cuando se satisfaga la demanda: de voluntarios a auto empresarios y retocadores locales, pequeñas empresas textiles, distribución a gran escala que podrían producir y haber producido, distribuido y vendido en número creciente, sobre la base de patrones estandarizados, a partir de materias primas estandarizadas, hasta que ya no sea necesario utilizar nuestras 300.000 máquinas de coser.

A menos que, en estos tiempos de emergencia, podamos encontrar una manera de articular los sectores económicos y voluntarios ahora: jugar a las complementariedades.

En este crisi, necesita actuar por el mejor, este texto resume y explique porque la fábrica cuidadan fue un éxito necesario. Puede ayudarse de este texto para empezar su propio llamamiento, las problemas que puede tener están ciertamente cerca de nuestros.

5.Carta de agradecimiento y un video sobre los resultados

Esta carta presente el trabajo de múltiples grupos de benevoles, y agradece los. Fue un éxito,

se descarga aquí : Carta de agradecimiento

y el video allí : video fábrica ciudadana

la carta :

2 de junio de 2020

Señora, Señor,

3 hospitales en el Val d’Oise que enviaron una señal de socorro el 20 de marzo en el punto álgido de la crisis sanitaria, la llamada de uno de nosotros para producir máscaras, y diez días después éramos más de 80 cuando formamos el colectivo95-Covid 19 para hacer máscaras de tela de forma voluntaria para los cuidadores de la ciudad y el campo y luego para todo el mundo.

Con el apoyo del sitio web www.agirlocal.org,

Este carta se dirige a los varios centenares de ciudadanos que han formado un colectivo que ha decidido cooperar y organizarse localmente para actuar, solidarizarse en esta crisis sanitaria e inventar soluciones lo más cercanas posibles a las necesidades.

El resultado está ahí.21363 máscaras AFNOR producidas y distribuidas en 10 municipios del Val d’Oise hasta la víspera del desconfinamiento el 12 de mayo, 40286 máscaras de tela el 2 de junio. Esto es lo que hemos hecho juntos, pro bono, hasta hoy;

Hasta 400 costureras voluntarias en el trabajo, incluyendo algunos hombres, y más de 150 otros para la organización, corte y logística, incluyendo 8 alcaldes de todos los lados, funcionarios de la autoridad local y representantes electos, ESSEC y la Universidad de Cergy-Pontoise en apoyo, un grupo de proyecto de alrededor de 20 personas para organizar nuestro desarrollo de habilidades semanales, un sitio para compartir esta habilidad, esta fuerza voluntaria, mucho más allá de nuestras 10 comunas, así es como hemos construido y dirigido nuestra fábrica cívica.

La historia se cuenta aquí, con los 10 minutos de las reuniones de nuestro grupo de proyecto: http://agirlocal.org/cr-collectif95-covid19/; dentro de unas semanas, una historia estará disponible en esta dirección: http://agirlocal.org/recit-masques-citoyens-2020/

¿Este historia termina aquí?

Intentamos generalizar este prototipo en una verdadera fábrica ciudadana, sin éxito, a pesar de nuestros esfuerzos: replicado, habría producido el 2 de junio más de 13 millones de máscaras a nivel nacional. Sin embargo, se han producido máscaras en gran número en todas partes, voluntariamente, de otra manera; a veces sólo para la familia, incluso en nuestros 10 municipios.

¿Qué fábrica puede producir sin un solo euro de inversión y desaparecer sin una sola redundancia cuando llegue el momento? Con nuestra corta pero densa experiencia, tenemos

Juntos encontramos una solución que combina la industria, el trabajo voluntario y la democracia, de forma solidaria: compra de kits a la industria, fabricación voluntaria, esterilización y distribución por parte de las comunas.

El hecho es que, hoy y mañana, 10 millones de pobres no están en condiciones de comprar máscaras: una cuestión de solidaridad y salud pública. Habrá que encontrar una solución.

En cualquier caso, el reconocimiento de aquellos a los que hemos distribuido máscaras es nuestra mayor recompensa. Desde el punto álgido de la crisis hasta hoy, este farmacéutico desesperado por no poder llevar o vender máscaras en este racimo que es una farmacia, este Ephad desprotegido que recibe 150 máscaras en pocos días, este policía cuya brigada de 15 personas sólo había tocado 2 máscaras quirúrgicas y se las proporcionó, esta asociación que se ocupa de los autistas que pide 10 máscaras y las consigue en dos horas, las frágiles personas a las que las máscaras han protegido, todos aquellos que han dejado sus hogares para dirigir el país.

Su reconocimiento es nuestro mayor agradecimiento. Podemos estar orgullosos de lo que hemos hecho.

Por el Collectif95-Covid19

Jean-Michel Vincent

Destinatarios:

Debido a la RGPD que protege nuestra privacidad, sólo 170 personas (de 193) registradas el 2 de junio en la mesa puesta a su disposición y que han indicado su dirección de correo electrónico, reciben esta carta directamente. Los otros 400 o más, registrados por municipio, lo recibirán a través de los contactos por municipio, presentados aquí, o a través de su alcalde: http://agirlocal.org/tableau-contacts-95/

6.Presentación de la acción climática agirlocal.org

Este breve artículo resume las acciones tomadas y presentadas en este sitio web a partir del 25 de mayo de 2020

redirige a artículos en francés

Salida de crisis

Descartar la amenaza climática requiere cambiar nuestros estilos de vida. Lo que no se nos impondrá desde arriba.

Ahorrar CO2 desarrolla el poder adquisitivo, el bienestar y el empleo; y hace posible invertir en energía renovable, bienestar, dirigiendo la creación monetaria en la economía real y no la especulación.

25 La COP y las políticas nacionales han demostrado que este programa es imposible de implementar sin acciones locales masivas y efectivas, articuladas con mandatos nacionales.

Según los informes del IPCC, quedan dos mandatos municipales antes de que comience el calentamiento de la atmósfera a 2 ° C.

Propuesta: pensar localmente para actuar globalmente. Cincuenta proyectos locales, reproducibles masivamente, en 4 campos de toma de decisiones locales: alimentos, transporte, edificios, energías renovables, pueden reducir nuestras emisiones de CO2e en un 80%.

Esta convocatoria de candidatos a alcaldes resume su método de activación (15 líneas): http://agirlocal.org/tetes-de-listes-20200302/

Este documento detalla proyectos demostradores y un modo de invención de otros: https://bit.ly/395wCRp. Contiene un kit de transición: hoja de cálculo gratuita para calcular la huella de carbono y las soluciones del municipio.

Ofrece este indicador simple: la tonelada de CO2 ahorrada por euro gastado; y dos herramientas,

-Una ingeniería pública, tercero de confianza, para superar los acantilados técnicos, financieros e institucionales encontrados por cualquier proyecto local.

-Una vitrina de proyectos para reproducir y adaptar proyectos demostradores.

En esta crisis de salud, hemos construido una fábrica de ciudadanos: 600 voluntarios en 10 municipios, produjeron 40,000 máscaras AFNOR el 2 de junio, cuando hubo escasez; Replicada al level nacional, la fábrica habría producido 13 millones. Más, si las autoridades públicas habían respondido presentes; no lo hicieron.

La articulación de las accionesentre ciudadanos, funcionarios electos y el Estado es un tema vital en las elecciones presidenciales.. http://agirlocal.org/5-decisions-a-prendre/

Crea una nueva forma de democracia a través del compromiso cívico en proyectos locales.

Argumentos detallados: http://agirlocal.org/france-dapres/

7.Fundamentos y enfoque climático

El primer obstáculo es el diluvio de información que nos cae encima cada día sobre el cambio climático, el desarrollo sostenible y la transición. Entonces, ¿cómo encontramos un hilo conductor? ¿En quién podemos confiar?

« Piensa en global, actúa en local », dijeron los primeros ecologistas que analizaron la amenaza climática; el hilo es fuerte.

Según la ONU, la población mundial se ha triplicado en una sola vida humana, de 2.500 a 7.500 millones de personas. La humanidad ha podido hacerlo gracias a la prosperidad que ha traído consigo el uso masivo de combustibles fósiles acumulados durante cientos de millones de años; el resto sigue: la explotación de todos los espacios y recursos por parte de la especie dominante que somos a esta enfermedad mortal que tenemos ahora ante nosotros, el cambio climático.

Según nuestros científicos del clima, el GIEC, el Grupo Intergubernamental de Expertos sobre el Cambio Climático, tres cuartas partes de las emisiones de gases de efecto invernadero proceden del consumo desenfrenado de combustibles fósiles y la última cuarta parte de la deforestación. Inventaron el termómetro que mide esta fiebre: la concentración de gases de efecto invernadero en la atmósfera. Se mide en ppm, partes por millón como la fiebre en grados centígrados: todo el mundo sabe que a los 40° estamos muy enfermos, a los 42° estamos muertos. El equivalente en ppm de 42° es de 450 ppm; a la velocidad a la que continuamos quemando combustibles fósiles y deforestando, estaremos a 450 ppm de CO2 a principios de la década de 2030: https://www.co2.earth/

El problema es que este año, 2020, estamos cruzando el umbral de 1,5°C considerado peligroso por los científicos del clima. La emergencia climática no es una palabra vacía.

Para saber más sobre este instrumento de medición de ppm y las consecuencias para el cambio climático, véanse los extractos comentados de los informes del GIEC de 2007 y 2014; 3 páginas de comentarios guían la lectura de las 5 páginas de extractos. Este documento explica en particular el uso de ppm equivalentes de CO2 para el 2100 y ppm de CO2 para el 2030. El contenido completo de los 2 informes también está disponible (114 y 34 páginas).

El siguiente gráfico se extrae del informe del GIEC de 2019. Cuantifica los riesgos según el aumento de la temperatura.

Entonces, ¿qué hacer con esta realidad global?

En primer lugar, no hacemos nada con ppm, de ahí la necesaria traducción de lo que hacemos en términos de emisiones de gas, en toneladas de CO2 equivalente. Y para actuar localmente, en la vida diaria, el kw de la calefacción, los km en coche o avión, los productos locales…

Esto nos lleva a una primera conclusión contundente: no podemos ver claramente sin medir, ni siquiera aproximadamente, nuestro impacto local, sin datos públicos fiables, sin análisis que nos permitan elegir lo que es efectivo y está al alcance.

Todo el mundo puede juzgar esto empezando por contar el carbono, aproximadamente; vea aquí cómo contar el carbono aproximadamente. Es fácil ver el valor de medir y comparar las posibles acciones para tomar decisiones locales y efectivas para reducir las toneladas de CO2 equivalente emitidas por los edificios, los viajes y la comida. Para conocer las emisiones del municipio, intermunicipalidad, departamento y región, este método de cálculo de las emisiones de CO2e de la región al municipio permite calcularlas en menos de una hora:

Para ser aún más eficiente, y sobre todo para no limitarse sólo a las emisiones de gases de efecto invernadero, hay que ir más allá. De ahí la producción de herramientas públicas, que nos permiten conocer nuestro propio impacto local en el planeta.

En cuanto al corto tiempo, que tenemos entre ahora y la década de 2030, se puede extender si actuamos con eficacia. Para que se hagan una idea, una reducción de un tercio de las emisiones de gases de efecto invernadero en ese período haría retroceder el umbral de 450 ppm unos 10 años. Necesitamos actuar localmente tan fácilmente, tan efectivamente, tan barato como sea posible, en primer lugar.

Es posible, pero a un ritmo del 1% del desarrollo de la construcción y los nuevos transportes por año, el 90% de las emisiones de gases de efecto invernadero de la década de 2030 serán emitidas por la ciudad y el campo tal y como existen hoy en día.

Esto nos lleva a una segunda conclusión importante: el desafío es la reinvención ecológica de la ciudad y el territorio que están ante nuestros ojos. Lo nuevo no es un problema. Eso no es lo que estamos haciendo, enfocados como estamos, colectivamente, en la construcción de energía positiva, el eco-vecindario, la nueva infraestructura de transporte.

Cuando queremos medir nuestro impacto local, cuando decidimos cambiar nuestro territorio tal como está, pasamos un umbral de eficiencia: ¿cómo lo hacemos concretamente?

Hay (al menos) dos maneras:

– para conocer nuestro impacto local en el planeta, donde vivimos; para imaginar, luego comparar las acciones que están a nuestro alcance, y finalmente para elegir sobre qué actuar, solos o juntos. Esto requiere un poco de tiempo, no es una pérdida: las herramientas le facilitarán las cosas.

– o cambiar directamente el metabolismo de nuestro territorio tomando un atajo a las acciones, proyectos o incluso manifestantes, ya trabajados por otros. Lo que no excluye la medición de lo que se hace con las herramientas.

Index

Presentación

  1. Tutoriales
  2. Ejemplo organización fabrica ciudadana
  3. Demostrador COVID-19
  4. Llamamiento initial
  5. Carta y video de agradecimiento
  6. Presentación del asociación
  7. Fundamentos y enfoque climático

80% de estos artículos fueron traducidos y comentados por Gabriel Petel, ESSEC, GLOBAL MBA

Récit masques citoyens 2020

En attendant un récit plus ordonné et porteur de solutions pour les crises à a venir, voici la page d’accueil et le contenu de l’action covid19, bruts, tels qu’au 2 juin 2020 ; la lettre de remerciement et la vidéo ont été publiées juste après. Elles ont le mérite d’être synthétiques:

LETTRE DE REMERCIEMENT

VIDEO USINE MASQUES

La page d’accueil d’agirlocal.org au 2 juin :

COVID-19 : APPEL A FABRICATION DE MASQUES

ARTISANAUX, AFNOR

 Aussi longtemps que nous n’aurons trouvé ni remède ni vaccin, le virus est dangereux, en zone verte comme en zone rouge. Le retour au travail d’un grand nombre de bénévoles à partir du 11 mai va tarir la production de masques en tissu, afnor, accentuant le déficit. Avec ou sans les retraités et les actifs engagés, le nombre de victimes et la reprise économique ne seront pas les mêmes.

APPEL AUX  RETRAITES ET AUX ACTIFS ENGAGES

FABRIQUER DES MASQUES AFNOR ? LES TUTORIELS, LE PATRON

S’inscrire pour s’organiser mieux et reproduire dans votre département ce prototype d’usine citoyenne du Val d’Oise : https://lite.framacalc.org/9gl0-ymhhj4imxh

Développer la production dans le Val d’Oise :

Au 13 mai, 21 361 masques ont été produits par 400 couturières sur 10 communes.

http://agirlocal.org/tableau-contacts-95/

MANQUE DE MATERIEL, LIVRER LES MASQUES ? CONTACTS

DISPONIBLE POUR AUTRE CHOSE QUE LA  COUTURE ? CONTACT

VOLONTAIRE DANS LE VAL D’OISE, S’INSCRIRE

VOUS ETES MAIRE, PRET A MOBILISER VOS SERVICES ?

L’ORGANISATION DANS LE VAL D’OISE, C’EST ICI

Reproduire et améliorer le prototype dans les autres départements:

L’APPEL A FABRICATION, POURQUOI ? POUR QUI ? COMMENT

REPRODUIRE L’APPEL DANS VOTRE DEPARTEMENT

Notre prototype d’usine citoyenne :

Face à la pénurie de matériels (masques, surblouses…), l’association Agir pour le Climat s’est mobilisée pour protéger ceux qui sortent tous les jours pour faire tourner le pays : personnels soignants, femmes de ménage, cuisiniers, secrétaires, caissières, éboueurs, agents de maintenance, agriculteurs, routiers, livreurs, cheminots, gendarmes, policiers, commerçants…

Nous avons lancé  le 20 mars, dans le Val d’Oise, un appel aux citoyens et aux maires pour fabriquer des masques artisanaux respectant les spécifications AFNOR. Huit maires se sont  engagés à ce jour (Vauréal, Ennery, Maurecourt, Cergy, Osny, Cormeilles en Parisis; l’Isle Adam et Pontoise). Cinquante volontaires de 35 communes se coordonnent pour développer cet appel. L’ESSEC et l’Université de Cergy-Pontoise participent à cette initiative.

Rien qu’à Jouy-le-Moutier, plus de 500 masques ont été fabriqués et livrés en quelques jours, 21 361 masques par 400 couturières sur 10 communes au 13 mai.

Ce site montre comment fabriquer ces masques et à qui vous adresser dans le val d’Oise pour le Val d’Oise mais aussi pour  reproduire ce prototype dans les autres départements, l’améliorer.

AUCUNE USINE NE PEUT ALIGNER 300 000 MACHINES à COUDRE

SANS UN  EURO D’INVESTISSEMENT

SANS UN SEUL LICENCIEMENT LE MOMENT VENU

CETTE INITIATIVE CITOYENNE, SI.

 

DEVANT L’URGENCE IMMEDIATE COVID 19,

L’ACTION CLIMAT « PENSER LOCAL POUR AGIR GLOBAL »

EST TRANSPOSEE SUR LA CRISE SANITAIRE 

lettre de remerciements

600 bénévoles ont monté une usine citoyenne pour produire 40 000 masques en tissu au 2 juin, quand il y avait pénurie. 13 millions si elle avait été généralisée : cette lettre de remerciements en fait un court récit, utile au monde d’après.

L’expérience collective de terrain acquise sur le mode « penser local pour agir global » renforce  cette proposition de sortie de crise en 300 mots : http://agirlocal.org/sortie-de-crises/

La proposition est détaillée en quelques pages pour le monde d’après : http://agirlocal.org/france-dapres/

 

Sortie de crises

25 mai 2020

Sortie de crises

 

Ecarter la menace climatique exige de changer nos modes de vie. Ce que nous ne nous laisserons pas imposer par le haut.

Economiser du CO2 développe pouvoir d’achat, bien-être et emploi ; et permet d’investir dans le renouvelable, le bien-être, diriger la création monétaire sur l’économie réelle et non la spéculation.

25 COP et les politiques nationales ont démontré que ce programme est impossible à mettre en œuvre sans actions locales efficaces, massives, articulées avec les injonctions nationales.

Selon les rapports du GIEC, il reste deux mandats municipaux avant le déclenchement des 2°C de réchauffement de l’atmosphère.

Proposition : penser local pour agir global. Une cinquantaine de projets locaux, massivement reproductibles, dans 4 champs à portée de décision locale- nourriture, déplacements, bâtiments, énergies renouvelables- peuvent réduire de 80% nos émissions de CO2e.

Cet appel aux maires et aux présidents d’intercommunalités résume leur mode de déclenchement (15 lignes): http://agirlocal.org/tetes-de-listes-20200302/

Ce document détaille des projets démonstrateurs et un mode d’invention d’autres : https://bit.ly/395wCRp. Il contient un kit transition : tableur gratuit de calcul de l’empreinte carbone à la commune et des solutions. Il propose cet indicateur simple : la tonne de CO2 économisée à l’euro dépensé ; et deux outils,

-Une ingénierie publique, tiers de confiance, pour franchir les falaises techniques, financières et institutionnelles que rencontre tout projet local.

-Une vitrine à projet pour reproduire, adapter les projets démonstrateurs.

Dans cette crise sanitaire, nous avons construit une usine citoyenne : 500 bénévoles sur 10 communes, ont produit 24 000 masques AFNOR avant le déconfinement ; répliquée l’usine en aurait produit 8 millions. Plus si les pouvoirs publics avaient répondu présent, ils ne l’ont pas fait.

L’articulation citoyens-élus-Etat est un enjeu vital de la présidentielle. http://agirlocal.org/5-decisions-a-prendre/

Elle crée une nouvelle forme de démocratie par l’engagement citoyen dans les projets locaux.

Argumentaire détaillé : http://agirlocal.org/france-dapres/

Contribution France d’après

26 mai 2020

Articuler les initiatives de terrain et les décisions des gouvernants

 

Télécharger le présent article: Contribution France d’après

Ecarter la menace climatique exige de changer nos modes de vie. Ce que nous ne nous laisserons pas imposer par le haut.

Selon les rapports du GIEC, il reste deux mandats municipaux avant le déclenchement des 2°C de réchauffement de l’atmosphère.

Economiser du CO2 donne du pouvoir d’achat, augmente le bien-être et crée de l’emploi. Cela ne devrait pas être politiquement dissuasif. Avec cette augmentation de pouvoir d’achat, on peut investir dans le renouvelable, le bien-être, diriger la création monétaire sur l’économie réelle plutôt que sur la spéculation.

Les 25 COP et les politiques nationales depuis le Grenelle de l’environnement ont fait la démonstration de leur nécessité mais aussi de leurs limites, sans actions locales efficaces, massives, articulées avec les injonctions nationales.

Pourtant, 13 ans après le Grenelle de l’environnement, force est de constater, à l’usage que nos politiques publiques continuent d’ignorer les initiatives et les forces vives sur le terrain, refusent de les promouvoir, d’y concourir et d’organiser leur reproduction.

Même devant un danger mortel, immédiat, le covid-19.

Cette expérience collective dans la durée et immédiate conduit à une proposition on ne peut plus politique.

I-Actualité :

3 hôpitaux du Val d’Oise qui lancent un signal de détresse le 20 mars, au plus fort de la crise sanitaire, l’appel immédiat de l’un d’entre nous à produire des masques (http://agirlocal.org/20200320-protections-soignants/), 400 mails, plusieurs posts Linkedin (totalisant plus de 10 000 vues) et nous étions près de 500 bénévoles au moment du déconfinement.

Successivement cette initiative à mis en évidence nos soignants de ville et de campagne, démunis, puis les 10 millions d’actifs qui sortaient chaque jour de chez eux sans protection pour faire tourner le pays puis les 10 millions de pauvres qui n’ont pas les moyens d’acheter des masques.

La construction, avec préméditation, d’une usine citoyenne de fabrication de masques artisanaux afnor a fait la démonstration de la puissance de l’initiative locale organisée, jusque là délaissée :

Extrait d’une note du 28 mars :

« Pourquoi s’investir dans une initiative citoyenne de fabrication massive de masques artisanaux, validés, contre le Covid 19 ? Pourquoi tenter d’inventer depuis le terrain une organisation pour territorialiser une politique publique ?

Parce qu’il y a ce champ aveugle en matière de politique publique : le recours organisé au terrain qui peut apporter des solutions que nous ne pourrons pas fabriquer autrement. Pendant cette crise sanitaire, aucune usine, aucun groupe ne peut aligner 300 000 machines à coudre avec leur couturières (iers) et survivre après la crise : http://agirlocal.org/aide-aux-soignants-puis-tous/

Une organisation transverse, citoyens-élus-préfet, le peut. Et peut aussi se retirer progressivement au retour à la normale.

Cette crise sanitaire peut apporter des solutions, mais aussi servir comme une sorte de première répétition pour passer les crises à venir ». 

Le résultat est là : 21363 masques afnor produits et distribués au 12 mai, (40 000 au 2 juin) dans 10 communes du Val d’Oise totalisant 200 000 habitants, voilà ce que nous avons fait ensemble, bénévolement ;

Jusqu’à 400 couturières bénévoles au travail dont quelques hommes, une soixantaine d’organisateurs et d’organisatrices (600 en tout au 2 juin), dont 8 maires engagés, de tous bords, l’ESSEC et l’université de Cergy-Pontoise en soutien, un groupe projet d’une vingtaine de personnes pour organiser chaque semaine notre montée en compétence, un site pour partager cette compétence, cette force bénévole, bien au delà de nos 10 communes, voilà comment nous avons construit et fait tourner notre usine citoyenne. En nous servant de ce qui a été développé depuis le Grenelle de l’environnement, l’appel à l’action locale et les outils nécessaires.

Nous avons tenté de généraliser ce prototype en vraie grandeur d’usine citoyenne, sans succès à ce jour : répliqué il aurait produit 8 millions de masques jusqu’au sortir du déconfinement (13 millions au 2 juin). Plus si les pouvoirs publics avaient répondu présent, ils ne l’ont pas fait.

Des masques en très grand nombre ont néanmoins été produits partout, bénévolement, autrement que sous la forme de l’usine citoyenne ; parfois pour la seule famille, y compris dans nos 10 communes. Une évaluation par sondage (de la presse ?) ne serait pas de trop.

Seule indication disponible : le site www.agirlocal.org, vitrine à projets pour le climat a été mis au service de l’usine citoyenne ; la page d’appel a été vue plus de 4000 fois , celle sur les patrons AFNOR, tutoriels et les spécifications traduites en langage courant, plus de 7000.

La reconnaissance de celles et ceux à qui nous avons distribué des masques est notre plus belle récompense. Dans un ordre chronologique, cette pharmacienne désespérée de ne pouvoir porter des masques dans ce cluster qu’est une pharmacie, cet Ephad sans protections, ce policier dont la brigade de 15 personnes a touché 2 masques chirurgicaux, cette association qui s’occupe d’autistes qui demande 10 masques et les a dans les deux heures ; les personnes fragiles que les masques ont protégé, celles qui sont sorties de chez elles pour faire tourner le pays avec nos masques. Voilà notre remerciement. Nous pouvons être fiers de ce que nous avons fait.

L’histoire s’arrête-t-elle là ? Nul ne le sait.

Les besoins nationaux restent massifs : 50 millions de personnes en âge de les porter, 2 masques en tissu par personne, lavables 2 semaines, 50 millions de masques par semaine pour 20 millions disponibles dit le gouvernement.

Parmi ces personnes, 10 millions de pauvres ne seront  pas en mesure d’acheter des masques : question de bienveillance et de santé publique.

Et maintenant ? La crise économique, sociale et financière va nous tomber dessus à la rentrée, la crise climatique nous mine, jour après jour. Economiser du CO2 est et reste un levier de création d’emploi, continue de donner du pouvoir d’achat, d’augmenter le bien-être. Ce levier est et reste majeur.

Retour aux faits climatiques, ils sont têtus.

II-En matière de climat, nos politiques publiques ont un champ aveugle :

Les 25 COP et les politiques nationales depuis le Grenelle de l’environnement ont fait la démonstration de leur nécessité mais aussi de leurs limites, sans actions locales efficaces, massives, articulées avec les injonctions nationales.

A lire les rapports des scientifiques du climat, il ne reste pourtant que deux mandats municipaux avant le déclenchement des 2°C de réchauffement de l’atmosphère.

Pourrait-on s’organiser pour construire des projets de transition locaux, efficaces, massivement reproductibles, pour écarter la menace climatique et avec elle traiter les 3 autres crises, sociales, financières, économiques ?

Comment articuler les injonctions gouvernementales avec les initiatives citoyennes ?

Un outil de mobilisation territoriale co-construit :

Comme directeur de la stratégie et du développement durable à la Direction régionale de l’équipement Île de France, j’ai été amené pour « territorialiser le Grenelle » à construire un outil de mobilisation des quelques 5 millions de familles, 500 000 chefs d’entreprises et plusieurs dizaines de milliers d’élus que compte l’Île-de-France. Et dans la foulée, des actions, des projets, des démonstrateurs massivement reproductibles. Ceci avec les 8 établissements publics d’aménagement d’Île-de-France d’alors puis progressivement avec plusieurs milliers d’acteurs locaux : citoyens, entrepreneurs, élus locaux.

L’outil a pour coeur un double tableau de bord territoire-projet. Centré sur les maires, il permet de mesurer l’efficacité d’un projet par son impact sur le territoire, avant tout commencement et dans la durée, d’articuler les initiatives des habitants, entrepreneurs et élus locaux avec les injonctions gouvernementales.

Il a contribué, avec les projets résultants, à rendre visible le métabolisme des territoires et a fait la preuve de son efficacité par exemple avec le démonstrateur sur le chauffage urbain aux énergies renouvelables et de récupération : un enjeu à 5 milliards de PIB par an, des emplois non délocalisables et la stabilisation des charges locatives qui vont avec;

L’outil permet de changer le métabolisme des territoires, métabolisme conçu non comme une analogie médicale mais concrètement comme les productions et les consommations locales, les flux de personnes, de marchandises, de connaissances et d’argent qui entrent et sortent de ces territoires ; métabolisme qu’il s’agit de changer par des petits projets démonstrateurs, massivement reproductibles ; à structure territoriale quasi constante, dans le temps qui reste.

Retour d’expérience :

Le volet financier des expériences et projets opérationnels (je devrais dire l’absence de volet financier concourant) amène à soutenir le pacte finance-climat lancé par Jean Jouzel et Pierre Larouturrou. Sur deux considérations : Le prêt à taux zéro a pour vertu d’effacer les empilements institutionnels, les temps de retour sur investissement et autres spéculations sur les désirs de consommer et la demande solvable ; un budget européen a pour vertu de subventionner ce que le marché ne saurait financer et ce besoin de financement est crucial; vieille histoire.

Le principe est aujourd’hui acquit en Europe d’une banque du climat et de la biodiversité, d’un budget européen mais la mise en musique est loin du compte.

L’expérience opérationnelle accumulée a fait quant à elle la démonstration par l‘absurde, répétée, qu’il manquait deux outils essentiels.

  • Une ingénierie publique, tiers de confiance, pour franchir les deux falaises techniques et institutionnelles (et leurs modes de financement des projets) que rencontre tout projet sur le terrain ; une ingénierie constituée à partir de l’existant (fonctionnaires d’Etat et de la territoriale, ADEME…) en différenciant les villes et les campagnes au sein de chaque département, au service des habitants, des entrepreneurs des élus locaux. De quoi produire une nouvelle forme de démocratie, dans l’action ; une forme qui ne remet en cause ni la démocratie représentative ni l’expression par référendum mais les mettent à l’oeuvre urgente.
  • Une vitrine à projet permettant de ne pas réinventer l’eau sucrée aux quatre coins du territoire national, d’adapter chaque type de projet aux spécificités des lieux.

Ces deux propositions d’outils ont été envoyées au grand débat puis à la convention citoyenne ; ni l’une ni l’autre instance ne semble avoir identifié leur incontournable nécessité.

Les municipales

La perspective des élections municipales et la publication en juin 2020 de l’empreinte carbone nationale par le Haut Conseil pour le Climat ont alors permis- en jouant un des rôles de l’ingénierie publique tiers de confiance- de combler partiellement ce vide béant des politiques publiques : fournir au acteurs locaux de quoi calculer leur empreinte carbone à la commune, gratuitement, en moins d’une heure.

C’est le degré zéro de la machine à inventer des projets locaux efficaces, de la capacité à trier entre de la décoration verte et un plan d’action efficace ; en particulier en utilisant cet indicateur simple, compréhensible par tout un chacun : la tonne de CO2 économisée à l’euro dépensé.

Le tableur est assorti d’un kit transition à la commune et l’intercommunalité et d’un kit formation pour les forces vives des territoires. Cet outillage est affiché dans la vitrine à projet qu’est mon site http://agirlocal.org/kit-transition-locale/ et en particulier le document outil qui développe à usage des acteurs locaux le pourquoi et le comment faire, quelques projets efficaces qui ont fait leurs preuves et des instruments de mobilisation des acteurs locaux : http://agirlocal.org/agir-local-document-outil/

III-Penser local pour agir global : une mobilisation multi-projets

Ce qui apparaît aujourd’hui comme un (trop) long cheminement a convergé sur le lancement d’une initiative à l’ESSEC le 4 février dernier dont l’intitulé est un impensé qui nous a empêché de progresser : penser local pour agir global.

Pour autant, cette initiative arrivait sans doute au bon moment, après les gilets jaunes, Greta Thunberg , le grand débat puis la conférence citoyenne. En tous état de cause, 200 personnes dont 2 sénateurs et nombre d’élus locaux étaient présents, 2 heures durant, avec un panel, d’entrepreneurs, d’associatifs et de citoyens.

Le pourquoi et le comment sont détaillés dans cet article abondamment illustré de 4 pages de texte :

http://agirlocal.org/wp-content/uploads/sites/15685/2020/02/20200218-V4-ESSEC-introduction.pdf

Et les participants ont voulu poursuivre. Ce que nous avons commencé à travailler le 3 mars, cette fois avec l’université de Cergy-Pontoise.

A partir du constat que nous n’avons plus le temps de réaliser des grands projets à deux mandats municipaux d’ici, le travail s’est centré sur les petits projets, massivement reproductibles, aptes à réduire tout aussi massivement les émissions de gaz à effet de serre (qui développent emploi et bien-être), sans se priver de traiter directement des autres enjeux du développement durable identifiés lors du Grenelle de l’environnement : biodiversité, économie soutenable, bien être, ressources naturelles, risques et nuisances.

Il est alors apparu clairement qu’une cinquantaine de projets locaux, massivement reproductibles, dans 4 champs à portée de décision locale- nourriture, déplacements, bâtiments, énergies renouvelables- étaient en mesure de réduire de 80% nos émissions de gaz à effet de serre. Cet appel aux têtes de listes aux municipales en résume un mode de déclenchement en 15 lignes: http://agirlocal.org/tetes-de-listes-20200302/ et la page en annexe un mode de faire.

Le suivi de notre programme de travail est posté ici : http://agirlocal.org/penser-local-pour-agir-global/

Cette initiative a été suspendue par la crise sanitaire. Nous allons la reprendre, le moment venu, en nous adossant aussi à notre réseau constitué avec l’usine citoyenne de fabrication de masques. Nous allons tenter de bâtir avec celles et ceux qui le veulent une ingénierie publique, tiers de confiance.

IV-Une ingénierie publique, tiers de confiance ;

Il n’existe probablement pas de solution miraculeuse mais des organismes publics territoriaux, opérationnels publics, tiers de confiance, transverses aux 6 étages de gouvernement, de la commune à l’Europe, peuvent incarner l’intelligence collective nécessaire, stratégique, territoriale.

Pas pour débattre et repartir chacun dans son coin, non, pour construire des projets ensembles, pragmatiquement, dans la durée : les 6 étages de gouvernants et les français.

Ils peuvent contribuer à rétablir du lien, de la confiance, dans l’action menée ensemble sur le terrain, citoyens, entreprises, élus, préfets ; pas avec des discours, mais bien avec des actes, au plus près du terrain. En transverse.

Car pour agir ensembles, nous avons besoins de gens qui savent, agissent en mode projet, soient capables d’aider les acteurs de terrain, les citoyens à monter leurs projets ensembles. Autrefois, sous une autre forme et à destination des seules communes cela s’appelait l’ingénierie publique. Les maires ruraux lui faisaient confiance.

Quelle forme le tiers de confiance pourrait-il prendre ? Esquisse de cible:

« Un organisme public, tiers de confiance, est créé dans chaque département et intercommunalité de plus de 200 000 habitants. Il a pour mission d’aider les citoyens, les petites entreprises locales, les élus locaux à monter des projets opérationnels de leur initiative visant à réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre. Il capitalise et diffuse les expériences réussies, met à disposition l’ensemble des éléments qui permettent leur reproduction, leur amélioration. »

Cette proposition suppose la création progressive de 150 agences, dont 100 départementales financées par l’Etat et les départements et 50 urbaines financées par les collectivités concernées et par l’Etat. La moitié des postes pourrait être occupée par des titulaires en place des collectivités ou des directions territoriales de l’Etat et de l’Ademe ; elle fournit l’occasion d’améliorer une décision qui s’est avéré contre productive telle que : les ressources humaines de l’Etat d’un côté et l’argent de l’Etat à l’Ademe de l’autre.

Concentrées sur les projets, le nombre d’agences est un atout car chacune peut se centrer sur tel ou tel type de projet issu de son territoire et diffuser aux autres ; ensembles elles peuvent pointer les projets à construire et s’organiser pour combler les manques collectivement. Elles tiennent la vitrine à projet.

Composées de professionnels venant de tous horizons et de toutes les structures, réunies par une mission motivante, chaque fois sous la direction d’un professionnel soigneusement choisi pour ses compétences, elles tractent les projets, préparent les décisions, sous le regard des autres.

Ensembles, elles permettent une prise en main méthodique et industrielle du sujet, le contraire des politiques d’incitation qui se soldent par l’actuelle course aux guichets et le gâchis d’argent public saupoudré, faute de ce tiers professionnel de confiance, responsable global sur un territoire.

Quelle valeur ajoutée ?

Est-ce un 7ème étage de gouvernement? Surtout pas : il s’agit de constituer une communauté de projets sur des territoires à géométrie variable avec les projets.

En réseau, horizontal, chaque agence part du bilan carbone de chaque territoire, fournit par l’Insee, s’est doté de la panoplie d’actions qui produisent des économies d’argent en économisant du C02 et finance les projets avec le pacte finance climat. Voir les 5 propositions versées au grand débat national puis à la convention citoyenne :  http://agirlocal.org/5-decisions-a-prendre/

Ce qui permet aussi de monter des projets pour la puissance publique, ou à partir d’elle ou avec son appui :

-Exemple concret : l’efficacité énergétique des bâtiments de la puissance publique sur un territoire : mairies, écoles collèges, lycées, hôpitaux, Préfectures… Un même diagnostic, mené par les services respectifs dans un cadre commun, un plan d’action co-construit, dans la durée, créateur d’emplois locaux, un même appel à prestataires qualifiés pour mener à bien ce qui doit l’être et développer un vivier d’entreprises auxquels les particuliers puissent faire appel. Voir :

http://agirlocal.org//wp-content/uploads/sites/15685/2016/02/20160625-fiche-action-collectivite%CC%81s-et-e%CC%81tablissements-publics.pdf

-Autre exemple : la précarité énergétique d’une veuve âgée dans son pavillon trop grand peut être réglée par la colocation à de jeunes étudiants, ce qui permet avec l’argent des loyers, de rénover thermiquement le pavillon ; une banque-assurance garanti la bonne fin de l’opération en cas de décès de la veuve. Le Crous, la SEM à énergie positive en Île de France (elle a changé de nom), les prêts à taux zéro, sont là. Il manque le tiers de confiance pour finaliser le projet. Voir pages 55-60 de http://agirlocal.org//wp-content/uploads/sites/15685/2016/02/synthese_transition_2014_part_ii_-_web.pdf

Il y en a d’autres, certains mis en œuvre, voir le kit transition, déjà cité ou les onglets projets et démonstrateurs du site http://agirlocal.org/ : en particulier rénovation énergétique de maisons groupées, tiers lieux sur les gares, chauffage urbain aux énergies renouvelables et de récupération.

La création de tiers de confiance crée une nouvelle forme de démocratie dans l’action. Une nouvelle forme de démocratie qui ne revient ni sur la démocratie représentative, ni sur l’organisation des pouvoirs publics. Une forme de démocratie qui fédère par projet, local. Une organisation qui met en mouvement 30 millions de ménages, 5 millions d’entrepreneurs, plusieurs centaines de milliers d’élus locaux ; une puissance de changement sans égale.

Et qui laisse entière la responsabilité de nos gouvernants. Il y a bien d’autres matières à décider de nos biens communs qui ne peuvent l’être que par ceux que l’on a élu pour cela.

Articuler les initiatives de terrain et les décisions des gouvernants, n’est-ce pas une bonne question ?

V-Quelle proposition politique ?

Le démonstrateur usine citoyenne de masques covid19 a eu l’effet escompté : d’une part une production effective de masques et de l’autre le constat de la valeur ajoutée de l’ingénierie tiers de confiance que le collectif 95 a constituée, comme de la vitrine à projet que le site agirlocal.org a improvisé ; évidemment pas avec le professionnalisme ni les moyens du tiers de confiance et de la vitrine à projet cible ; et avec des enjeux financiers marginaux, des enjeux de réduction de gaz à effet de serre négligeables.

L’usine citoyenne de fabrication des masques AFNOR a néanmoins fait la démonstration de la puissance potentielle d’une telle mobilisation, de sa capacité d’organisation et de création d‘un réseau dédié en quelques jours, sur un sujet dont les citoyens ignoraient à peu près tout au moment du déclenchement de l’épidémie.

La mobilisation au delà de l’échelle communale a évidemment cruellement manqué.

Dans la période, en ces temps de monde de demain, force est de constater que nos gouvernants et les prétendants -de tous bords- ne sont collectivement pas prêts à l’action locale. Et n’apparaissent pas plus prêts demain. Il n’est que de lire leurs déclarations générales : pas de trace de projets locaux massivement reproductibles ni de proposition d’organisation articulant citoyens-élus-gouvernants.

On ne peut pas en dire autant de bien des citoyens. Ils sont beaucoup à mettre la main à la pâte ; mais cela ne se voit pas. Personne ne les compte. Nous ferions bien de nous compter, de nous organiser en conséquence. C’est le sens des 50 projets de réduction de 80% des gaz à effet de serre, de l’appel aux têtes de liste à déclarer l’urgence climatique dans leur commune http://agirlocal.org/tetes-de-listes-20200302/

Les aménageurs savent qu’on ne changera pas les territoires dans le temps court qui reste : deux mandats municipaux avant le déclenchement des 2°C de réchauffement. Il n’y a pas non plus de périmètre administratif idéal pour tous les projets.

Nous ne pouvons que changer le métabolisme de nos territoires, à organisation institutionnelle et infrastructures constantes et donc en mode projet, à périmètre territorial variable avec les projets. La planification territoriale nécessairement enfermée dans des périmètres administratifs ne paraît pas le meilleur cap pour éviter le pire. C’est un convaincu de la planification et de sa mise en œuvre qui le dit. La porte de sortie est dans l’intelligence stratégique territoriale. Elle n’exclut pas la planification stratégique au sens Delouvrier du terme, pour peu qu’elle étende son objet au delà des élus, aux habitants et entreprises considérés comme des acteurs responsables du métabolisme de leur territoire : habitants, entreprises, élus donc.

Habitants, le changement climatique ne peut être écarté qu’en changeant nos modes de vie. Nous ne nous laisserons pas imposer par le haut un changement de nos modes de vie[1]. En nous engageant dans des projets, si.

Entrepreneurs, l’industrie fossile ne se rendra pas sans que son marché dépérisse, ses actifs se dévalorisent par des choix citoyens -au jour le jour sur leurs achats ou plus ciblés sur les projets- ou/et par la contrainte réglementaire. La transition va devoir continuer à se développer en présence de prédateurs, organisés.

A contrario, les industries qui ont intérêt à la transition pour se développer ou pour ne pas se retrouver hors marché, sont déterminantes. L’entreprise de mission laisse entrevoir une toute autre perspective que celle des prédateurs.

Elus, nous avons besoin de toutes les échelles de territoire et tous nos élus ; les communes à l’évidence comme l’a montré en positif l’usine citoyenne de fabrication de masques, en négatif toutes les autres échelles de territoire. L’existence d’intercommunalités a le mérite de rétablir un minimum d’ingénierie territoriale sur tout le territoire national. Nécessaire, visiblement pas suffisant, à vision politique constante.

Sauf exception -le Loiret, Lille pour évoquer deux cas connus de notre collectif95- la majorité des élus n’a guère su faire autre chose en matière de masques que de se jeter exclusivement sur les commandes avec l’argent public dans le chacun pour soi ou attendre que les pouvoirs publics (les autres) fassent le nécessaire.

C’est donc élection après élection, territoire après territoire, que l’on peut imaginer des formes d’organisation qui construisent l’ingénierie publique tiers de confiance et la vitrine à projet. Ici dans un département, là dans une région, ailleurs dans une intercommunalité en particulier lorsque le milieu est hostile à cette construction d’intelligence collective.

Cela demande une organisation souple et une activité citoyenne dans les communes, que leur maire soit engagé, réticent, hostile (de fait) ou pas.

Les partis politiques ont un rôle majeur de coopération à jouer pour peu qu’ils acceptent -paradoxalement- de travailler localement de façon transpolitique, c’est à dire à la façon dont travaillent les intercommunalités.

L’espace politique est en tous cas ouvert.

La prochaine présidentielle devient un enjeu vital pour une généralisation de cette articulation citoyens-élus-Etat, sur un mode projet.

Cette articulation a deux vertus :

-L’efficacité d’abord : économiser du CO2 donne du pouvoir d’achat, augmente le bien-être et crée de l’emploi. Cela ne devrait pas être politiquement dissuasif. Avec cette augmentation de pouvoir d’achat, on peut investir dans le renouvelable, le bien-être, diriger la création monétaire sur l’économie réelle plutôt que sur la spéculation.

-De façon inattendue, elle a une deuxième vertu : la création d’une nouvelle forme de démocratie par l’engagement dans les projets locaux ; une forme de démocratie qui ne remet en cause ni la démocratie représentative ni les référendums.

ANNEXE  Novembre 2019

Agir local

Les 25 COP et les politiques nationales depuis le Grenelle de l’environnement ont fait la démonstration de leur nécessité mais aussi de leurs limites, sans actions locales efficaces, massives.

A lire les rapports des scientifiques du climat, il reste deux mandats municipaux avant le déclenchement des 2°C de réchauffement de l’atmosphère.

1- C’est pourquoi, au vu des expériences de terrain de plusieurs milliers d’acteurs locaux, il est apparu utile de faire 5 propositions de décisions nationales (septembre 2019) : http://agirlocal.org/5-decisions-a-prendre/

Elles ont été postées à la convention pour le climat.

2- C’est pourquoi, sans attendre ces décisions et leur mise en oeuvre, un tableur a été fabriqué, adossé aux données du Haut Conseil pour le Climat : il permet de calculer l’empreinte carbone de chacune des 35 000 communes de France, de leur intercommunalité et jusqu’à la région ; il est gratuit et calculable en bien moins d’une heure.

L’empreinte carbone permet de mesurer par exemple si les projets proposés par les candidats aux municipales sont de la décoration verte ou un plan d’action efficace. Et pour nous même d’agir efficacement : http://agirlocal.org/mode-calcul-emissions-co2e-a-la-commune/

3- Il est intégré dans un kit transition  qui propose des solutions concrètes mises au point par plusieurs milliers d’acteurs locaux ainsi qu’un ppt de lancement local : http://agirlocal.org/kit-transition-locale/

On y constate qu’économiser du C02 donne du pouvoir d’achat que l’on peut réinvestir dans la transition.

4- Il est complété par un dossier formation transition qui comprend, outre le kit transition locale :

– Un 2 pages grand public pour introduire un échange citoyen en réunion publique,

– Un ppt de formation à destination des acteurs motivés pour agir local. Il clôt sur un dispositif pour agir ensemble localement, efficacement.

– Une note de méthode d’une page, à discuter, adapter et partager entre élus, citoyens et entrepreneurs d’un conseil du développement durable pour contrer ensemble la menace climatique.

Il est téléchargeable à: http://agirlocal.org/kit-formation-agir-local/

Cet ensemble pourrait être utilisé pour les programmes des équipes qui se présentent aux municipales.

[1] Les citoyens peuvent-ils proposer des orientations contraires à leur intérêt immédiat ? Voir Jacques Testart « comment les citoyens peuvent décider du bien commun ». La piste qu’il a ouverte et travaillée en collectif est inexploitée.

appel retraites actifs engagés

25 mai 2020

S’inscrire retraités-actifs engagés :

Sur la crête, entre le nombre des victimes et la reprise économique, nous retraités en bonne santé, sommes disponibles et en capacité d’agir. Nous sommes près de 10 millions à pouvoir produire des masques lavables gratuits, plus et mieux. Un retraité sur dix suffirait pour contribuer à contenir le virus. Ceux qui travaillent -nos enfants- et sont engagés sont précieux ; quelques centaines suffisent pour nous outiller.

Comment faire ? Au vu de notre début d’expérience, cette proposition :

Produire et distribuer des masques, à la commune ;

La commune et son maire est le lieu de la plus grande proximité, de la solidarité vivante. Avec une difficulté, celle de cet entre deux tours d’élection. Se centrer sur le projet, s’organiser en mode projet permet de passer par dessus cette difficulté, pas toujours.

Si ce n’est déjà fait, nous vous recommandons de lancer au plus vite un appel à bénévoles à la commune. Selon votre idée : tableur inscriptible (voir https://accueil.framacalc.org/fr/ par exemple qui est open source), Facebook, maisons de quartier, associations. Si vous êtes démunis pour lancer la fabrication, servez-vous de notre petite expérience www.agirlocal.org et joignez au téléphone celles et ceux qui ont lancé cette fabrication dans votre département.

Partager les solutions, au département :

Pour rassembler les initiatives quelles qu’elles soient, le territoire départemental, a en effet un avantage décisif : il réunit une diversité de fait des communes qui pousse vers la solidarité, l’intérêt général, la production de masques afnor, au delà des clivages. Ce territoire historique est un lieu de proximité traditionnellement organisé. Du Préfet aux maires en passant par les syndicats et les associations, tous ont des organisations départementales structurées.

Si ce n’est déjà fait, contactez celles et ceux qui ont lancé cette fabrication dans votre département, groupe de citoyens, associations, professionnels, élus. Inscrivez alors un nom, un mail, par département sur ce tableau : https://lite.framacalc.org/9gl0-ymhhj4imxh. Si nécessaire, considérez le comme provisoire, cela vous fera gagner du temps. Un deuxième nom, d’élu (e), est nécessaire. Il n’aura pas la même disponibilité mais sera mieux à même de convaincre ses homologues. Force est de constater que se rassembler n’est pas spontané.

Dès que vous aurez décidé ensemble d’un nom et d’un mail au département ce responsable fera la mise en relation par commune (ou intercommunalité) avec un tableur inscriptible départemental puis éditera les contacts à la commune et au département sur un site porteur (voir par exemple http://agirlocal.org/tableau-contacts-95/ ). Ce responsable assurera la tenue d’une vidéoconférence hebdomadaire du groupe projet départemental que vous allez construire, pour échanger sur les problèmes et partager les solutions. (voir https://meet.jit.si/ par exemple, système de vidéo réunion lui aussi open source, et les compte-rendu de ces réunions dans le Val d’Oise : http://agirlocal.org/cr-collectif95-covid19/ )

Abondance de noms ne nuit pas : nous sommes 8 désignés dans le tableau des organisateurs au niveau départemental et une vingtaine dans le groupe projet départemental qui se réunit chaque semaine.

Dès le premier nom identifié dans un département d’une région donnée, il sera possible de s’organiser au département-région-national.

Nous construirons ensemble l’organisation nationale.

A ce stade, nous serons alors organisés pour agir local, trouver des solutions ensemble ; cela ne tient qu’à nous.

Au delà nous serons à même de développer d’autres projets locaux, si nécessaire, que le virus disparaisse à l’été et revienne à l’automne, que la crise économique qui arrive demande d’autres solutions dans l’année qui vient ou que la prochaine crise nous prenne à nouveau au dépourvu.

Nous serons mieux préparés pour ce qui peut arriver demain, de façon transpolitique, en mode projet, local, efficace, massivement reproductible. Avec toute la souplesse utile pour mettre les compétences nécessaires en face des besoins de chaque projet identifié.

Comment déployer l’usine citoyenne ?

5 mai2020

Comment déployer l’usine citoyenne ?

Télécharger cette note : développement sncf au 5 mai

Objectif :

Nous recherchons de quoi produire bénévolement des millions de masques grand public, AFNOR

Moyen :

– Développement national du prototype d’usine citoyenne et de mise en relation des initiatives communales :

– Proposition d’implication SNCF par les élus cheminots, les retraités et un appoint d’actifs clé : développement du réseau, fabrication et appui aux couturières et couturiers bénévoles. Avec les maires, sur 100 départements et 14 régions ; en mode coopération, bénévolat, gratuité des masques.

A-Un tableau inscriptible des volontaires sur internet :

Premier besoin : des bénévoles pour produire/ des porteurs pour organiser, rassembler.

Commencer par un double appel, aux couturières et organisateurs de terrain d’une part et d’autre part au département-région-national pour structurer et développer massivement. Et donc tableau d’appel et inscription comme celui-là, double et sécurisé pour faciliter le double appel. https://lite.framacalc.org/9g8u-zllw1cpfrz

Non piratables, ces deux tableaux permettent un traitement par région, département, commune et envoi d’un mail automatique avec regroupement à la commune des volontaires d’une part et de l’autre une identification progressive des responsables départementaux, régionaux, nationaux.

B-Déclenchements :

Au lancement, tout faire en parallèle, à toutes les échelles de territoire.

Selon deux modes d’initialisation: volontaires ou engagement du maire.

Production et distribution :

En Val d’Oise, le déclencheur de la production de masques est l’organisateur communal qui fait appel à volontaires. En général par groupe Facebook ou via les élus en charge des associations et les maisons de quartier quand le maire s’engage.

Dés les premiers engagements communaux, l’achat des matières premières est possible, les agents communaux assurent la logistique. Achat, livraisons aux couturières, récolte, stérilisation, distribution.

Le réseau départemental des DGS est enclenché. Le responsable départemental SNCF devrait assister à leurs réunions.

Par défaut d’engagement communal, une production est possible, comme à Jouy le moutier. Le réseau des DGS est d’autant pus précieux.

Pour être complémentaire de l’effort national, la distribution sera effectuée avec les mairies selon les critères décidés localement par elles. La vision départementale permettra de doser les priorités à cette échelle, voire à celle de la région.

Organisation du développement :

Le site internet est la référence et le vecteur de la montée en compétence. Une adresse par département ? agirlocal95 par exemple. Les tableaux des contacts sont clé. Appel à fabrication et tutoriels sont les pages les plus vues.

L’organisateur départemental monte un groupe projet qui échange sur les problèmes et solutions, accueille les nouveaux entrants, gère le développement départemental. L’élu cheminot est décisif pour l’engagement des maires, le chef de projet départemental pour le développement opérationnel.

L’échelon régional permet de développer méthodiquement le projet, d’identifier problèmes et solutions, d’assurer la communication, les relations institutionnelles.

L’échelon national est un développeur de la couverture nationale en même temps qu’un apporteur d’outils et de solutions communes. Il assure à son niveau la communication, les relations institutionnelles.

C-Organisation et missions territoriales :

National avec régional :

– Développement du réseau : identification des responsables territoriaux et chefs de projet Sncf, à feuille de route coopération-bénévole- gratuit. Constitution de groupes de volontaires, régional, national. Organisation des communications.

– Fabrications et mises à disposition d’outils (NTIC, méthodes de fabrication, achats, logistique) vidéo formations, FAQ, coordinations.

– Communication, relations institutionnelles,

– Consolidation des besoins et productions.

Régional avec départemental :

– Développement du réseau régional-départemental; Organisation des communications.

– Identification des besoins, problèmes et solutions: achats, méthodes (yc ntic), fabrications, gestion de projets ;

– Communication, relations institutionnelles.

Départemental avec communal et intercommunal :

– Développement du réseau départemental-communal,

– Traitement des problèmes-solutions : achats, méthodes, fabrication, logistique, gestion de projets (yc Communication, relations institutionnelles)

Communal et intercommunal :

– Fabrication : découpe composants ou kit, couture, stérilisation,

– Organisation : assistance à fabrication, cad tout sauf fabrication : gestion du projet (yc Communication, relations institutionnelles), recrutement, achats, tutoriels, logistique.

Jean-Michel Vincent

Retraité

Délégué Val d’Oise d’agir pour le climat

Mandaté au national pour développer cette initiative.

CR Collectif95-covid19

Les compte-rendus des vidéoconférences du collectif qui développe l’usine citoyenne en Val d’Oise:

CR1 Collectif95covid19 relevé de conclusion 31 mars

CR2 Collectif95covid19 relevé de conclusion 7 avril

CR3 Collectif95covid19 relevé de conclusion 14 avril

CR4 Collectif95covid19 relevé de conclusion 20 avril

CR5 Collectif95covid19 relevé de conclusion 27 avril

CR6 Collectif95covid19 relevé de conclusion 4 mai

CR7 Collectif95covid19 relevé de conclusion 11 mai

CR8 Collectif95covid19 relevé de conclusion 18 mai

CR9 Collectif95covid19 relevé de conclusion 25 mai

CR10 Collectif95covid19 relevé de conclusion 02 juin

industrialisation SNCF prototype

 5 mai 2020

Note sur l’industrialisation de l’usine citoyenne

Fabrication bénévole de masques AFNOR

 

Télécharger cette note au format pdf: note sur l’industrialisation au 5 mai

Dans le Val d’Oise, une initiative a été prise le 20 mars dernier de fabrication bénévole de masques en tissu artisanaux ; masques AFNOR depuis la publication du 27 mars.

Elle a conduit à monter une petite usine citoyenne, un prototype en vraie grandeur, massivement reproductible.

I-Un prototype en vraie grandeur d’une usine citoyenne :

1- le lancement :

L’initiative fait suite à l’appel à matériels de protections, lancé par les hôpitaux du Val d’Oise, avec cette idée que les stocks ont rapidement une fin et le réapprovisionnement difficile avec les désordres connus alors. Elle visait « les soignants puis tous ».

Au lancement massif, le 24 mars, j’ai envoyé 200 lettres à tous les parlementaires et maires du département ainsi qu’à la présidente du Conseil Départemental et au préfet ; puis 200 mails à des citoyens actifs. Ils étaient partie prenante d’une conférence débat sur le climat organisée à l’ESSEC avec mon association « Agir pour le Climat »le 3 février dernier sur le mode « penser local pour agir global ».

J’ai transposé cette démarche sur le coronavirus et capitalisé sur mon site www.agrilocal.org les outils et documents de notre montée en compétence : tutoriels (afnor), organisation, et quelques éléments pour la reproduction dans les 100 départements français.

Nous avons commencé par vider les placards pour y trouver les fournitures nécessaires, et fait appel au don, avant que la première maire (Vauréal) s’engage en achat-distribution-récolte et mette ses services à disposition de cette initiative dans le Val d’Oise. Nous bénéficions depuis du réseau des DGS territoriaux.

Des initiatives ont fleuri un peu partout, indépendamment, comme une production très efficace de surblouses. Le collectif que nous avons construit s’est centré sur les masques.

2- Etat des lieux au 28 avril :

Ce 5 mai, Nous sommes 361 couturières (iers) à avoir produit et distribué localement 17 000 masques sur 10 communes. Notre collectif compte une cinquantaine d’organisateurs qui développent cette usine citoyenne dans 35 communes avec l’appui de 8 maires engagés (de tous bords) et leurs services, l’ESSEC (chaire innovation et entreprenariat social) et l’université de Cergy-Pontoise. Le collectif se réunit en vidéoconférence chaque semaine.

Un calcul sommaire conduit à 5 millions de masques si cette usine était répliquée telle quelle dans les 100 départements. Bien plus si on l’organise méthodiquement dans chaque département. A ce stade, nous avons acquit un début d’expertise qui permet de gagner du temps (organisation, achats, méthodes) et d’éviter de reproduire certaines erreurs (patron du CHU de Grenoble)

L’organisation est à deux échelles de territoire : les communes et le Val d’Oise : http://agirlocal.org/tableau-contacts-95/

Ce prototype en grandeur réelle restera anecdotique s’il n’est pas massivement industrialisé.

Les besoins nationaux sont massifs : hors les enfants jeunes et les personnes âgées ou impotentes, le besoin de fabrication de masques pour le grand public est à hauteur de 50 millions par semaine pour 20 millions importés ou produits dit le gouvernement. (50 millions de personnes, 2 masques par personne, lavables 2 semaines).

Parmi elles, 10 millions de pauvres ne seront  pas en mesure d’acheter des masques ce qui renvoie à une question de santé publique.

3- le déconfinement :

Trois sortes de production sont donc nécessaires : les réponses aux commandes internationales et nationales du gouvernement ; les productions de l’industrie nationale (bénévoles et marchandes) ; l’usine citoyenne.

L’usine citoyenne a pour principal intérêt d’exister un peu partout (22 000 couturières à Lille) et de pouvoir allier bénévolat et commande de fourniture voire de Kits par les maires, avec une distribution locale ; dès le premier voyage en transport en commun.

Elle a un second avantage : elle peut produire instantanément sans un euro d’investissement et s’effacer sans un seul licenciement le moment venu, pour laisser la place à l’industrie.

Elle peut pourvoir, dans la durée de la crise sanitaire, aux besoins des plus démunis.

II Mode de faire et précautions 

Les 250 000 cheminots retraités et leur relationnel professionnel et personnel, nos valeurs, pourraient être mobilisés pour faire face à ce besoin crucial sanitaire et économique. Un appoint de quelques actifs clé serait déterminant.

Le gain en relationnel est patent dans les communes où le prototype produit et distribue. L’expérience ainsi faite, inhabituelle pour beaucoup et la montée en compétence individuelle et collective sont tout aussi évidentes. Cette catastrophe sanitaire lève un carcan.

La production se fait selon les spécifications AFNOR : 70 à 90 % de filtrage. Ce qui pour deux personnes masquées en vis à vis est équivalent à une porteuse de FFP2 (94%) : entre 91% et 99%. La traduction opérationnelle de la norme,-illisible pour le commun des mortels-, que nous avons faite est améliorable.

La production est bénévole. Les masques sont donc gratuits.

Pour que la production soit massive, l’engagement des maires est incontournable : achat de fournitures, stérilisation (s) dans les machines à laver des écoles, distribution selon des critères partagés.

Les maires cheminots (le club) seraient des points d’entrée clé.

La relation au préfet et au président (e) du conseil départemental est un enjeu pour l’usine citoyenne. Dans le Val d’Oise, la communication n’est pas établie, Dans le Loiret, si.

Le processus est formalisé.

Un cheminot volontaire par département pour déployer le prototype, un maire retraité ou salarié du groupe SNCF par département pour relayer, pourrait généraliser ce mode de faire. Nous sommes familiers des vidéoconférences et du travail en réseau.

Une organisation en appui par région et au national est incontournable.

Jean-Michel Vincent

Retraité

Délégué Val d’Oise d’agir pour le climat

Mandaté au national par l’association pour développer cette initiative.

Organisateur ? Disponible ?

CONTACTS :

02-06 Tableau des contacts organisateurs.xls




Il n’y pas que les kits, les tutos fabrication et les modes d’emploi ; il y a aussi le développement de ce projet en Val d’Oise et dans les 100 départements français. Un coup de main dans votre commune ou le partage dans vos réseaux?

Une famille sur cent en France, 300 000 machines à coudre, 10 millions de masques par semaine pour les 10 millions d’actifs qui sortent tous les jours pour faire tourner le pays.

 

matériel? livraisons? contacts

CONTACTS :

02-06 Tableau des contacts couturières.xlsx

Après avoir vidé vos placards et fait appel aux dons, prenez contact avec la mairie, demandez à dégager un budget municipal pour  achetez des kits. 183 couturières bénévoles ont commencé à coudre, avec les moyens du bord, dans 5 communes : plus de 3000 masques fabriqués en une semaine.

Une entreprise du Val d’Oise, PRESTMA, fournit des Kits à moins de 75 centimes pièce, en coton de 150g/m2 avec élastique. Murat@prestma.fr

Un agent communal peut les livrer et ramasser les masques puis ils seront stérilisés avant distribution locale.

Une fiche méthodologique toute simple dans deux cas de figure: des volontaires s’organisent sans la commune ou avec . Rédigée par la commune de Vauréal: 2020_04_09 méthodologie solidarité fabrication masques

Une famille sur cent en France, 300 000 machines à coudre, 10 millions de masques par semaine pour les 10 millions d’actifs qui sortent tous les jours pour faire tourner le pays.